Passions celtes

Les mots clés

Bretagne Le Goffic

Passions celtes

Icon Baobab App

À propos

Il y a du Conan Doyle dans cet art qu'a Charles Le Goffic de camper, en quelques phrases, une histoire, une atmosphère, une époque, et captiver aussi sûrement sur des textes courts mais denses, ô combien !
Dans ces Passions celtes, de l'évocation des Celtes d'autrefois, des Gens de Mer ou de Ceux de la glèbe, Charles Le Goffic déploie un talent consommé de diversité dans les thèmes abordés et sait ménager, toujours, un suspense et un intérêt qui emportera l'adhésion même du lecteur le plus exigeant.
En tous les cas, le temps n'a aucune prise sur ces nouvelles bien qu'écrites il y a déjà plus de 100 ans (première édition en 1908). Il faut absolument les redécouvrir, elles vous passionneront, sans nul doute, et vous y découvrirez finalement un peu de l'âme profonde de la Bretagne celtique...
Connu et reconnu pour ces recueils de contes traditionnels et de romans régionalistes, Charles Le Goffic (1863-1932) a su prouver un incomparable talent de « metteur en scène » de la Bretagne éternelle.

Règles du prêt

  • Durée de la licence :

    illimitée

  • Nombre de prêts :

    20 (CHF 0.60 par prêt)

  • Prêt(s) simultané(s) :

    20

  • Durée maximale d'un prêt :

    2 Mois

  • Renouvellement :

    1

Protection

  • Type de protection :

    LCP

  • Type de protection :

    DRM Adobe ASCM

  • Nombre de périphériques :

    6

  • Copier/Coller :

    Interdit

  • Impression :

    Interdit

savoir_plus

  • EAN

    3612226068282

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    164 Pages

  • Distributeur

    Immatériel

  • Diffuseur

    Immatériel

  • Entrepôt

    Dilicom

  • Support principal

    ebook (ePub)

Charles Le Goffic

Charles Le Goffic est né en 1863 à Lannion où il est mort en 1932. Il fut un poète, un romancier et un critique littéraire français dont l'oeuvre tout entière célèbre la Bretagne. Charles Le Goffi c fut enseignant. Bien que républicain convaincu, son régionalisme militant et ses idéaux traditionalistes lui font côtoyer les tenants de la restauration monarchique. Il parlait parfaitement le breton, mais il fi t le choix de ne pas utiliser sa langue à l'écrit. En 1895, il a introduit en Bretagne la grande cornemuse écossaise, connue aujourd'hui sous le nom de « biniou bras ». Il est élu membre de l'Académie française en 1930, au 12e fauteuil.

empty