Michael Kohlhaas

Michael Kohlhaas

Icon Baobab App

À propos

En 1808, sous le choc de l'équipée napoléonienne qui, en traversant l'Europe, défait le saint Empire romain germanique, Kleist publie en feuilleton l'une de ses plus beaux romans courts, Michael Kohlhaas. Il raconte l'histoire d'un honnête homme, maquignon de son état, victime d'un préjudice que lui a fait subir un hobereau. Ne parvenant pas à faire reconnaître le bien-fondé de sa plainte par les recours judiciaires habituels, il sollicite le prince-électeur, qui pratique lui aussi le déni. Harcelé pour avoir voulu en appeler au droit, ayant épuisé tous les recours et perdu sa famille dans un noir acharnement contre lui, il décide de se faire justice tout seul... Aucune circonstance atténuante ne lui sera accordée, Kohlhaas sera condamné à mort. C'est son amour de la justice qui l'a conduit au crime, il accepte la sentence de mort. Roman politique, qui voit s'affronter deux logiques, deux conceptions, celle du Moyen-Âge et celle de l'Absolutisme (Etat moderne), qui broient l'individu Kohlhaas, il était l'un des livres préférés de Franz Kafka. Ernst Bloch dira de son héros qu'il est le « Don Quichotte du rigorisme moral bourgeois ».

Règles du prêt

  • Durée de la licence :

    illimitée

  • Nombre de prêts :

    illimité

  • Prêt(s) simultané(s) :

    1

  • Durée maximale d'un prêt :

    12 Mois

  • Renouvellement :

    1

Protection

  • Type de protection :

    LCP

  • Type de protection :

    DRM Adobe ASCM

  • Nombre de périphériques :

    6

  • Copier/Coller :

    Interdit

  • Impression :

    Interdit

savoir_plus

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    3663608125949

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    208 Pages

  • Poids

    942 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Support principal

    ebook (ePub)

Heinrich Von Kleist

D'abord voué à la carrière militaire, Heinrich von Kleist (1777-1811) s'en détourne pour plonger dans l'étude de la philosophie et des mathématiques. À Paris, il compose un drame, La Famille Schroffenstein. Lui succède Robert Guiscard, duc des Normands, qui emporte l'admiration de Wieland et celle de Goethe. De 1805 à 1806, il écrit entre autres La Marquise d'O et Penthésilée. Il rédige également des essais, dont Sur le théâtre de marionnettes, écrit peu avant son suicide.

empty