Jeannot et Colin, et autres contes philosophiques

  • J'ai Lu Librio
  • Parution : 28 aout 2013 - création : 9 septembre 2014
Icon Baobab App

À propos

Jeannot et Colin sont inséparables. Pourtant, lorsque Jeannot apprend que son père a fait fortune et qu'il le somme de monter à Paris, il quitte son ami sans le moindre regret. La tristesse accable le bon Colin, resté au pays. L'amitié saura-t-elle vaincre les préjugés sociaux ? Voici onze contes mordants dans lesquels on croise des fakirs, une princesse amoureuse d'un porteur borgne, un fils de prince aux prises avec sa conscience... Entre Orient et Occident, Voltaire raconte avec malice les absurdités et les bonheurs du monde.

Règles du prêt

  • Durée de la licence :

    3650 Jours

  • Nombre de prêts :

    25 (CHF 0.24 par prêt)

  • Prêt(s) simultané(s) :

    5

  • Durée maximale d'un prêt :

    59 Jours

  • Renouvellement :

    1

Streaming

  • Type d'accès :

    In-Situ

  • Nombre d'utilisateurs simultanés :

    5

Protection

  • Type de protection :

    LCP

  • Type de protection :

    DRM Adobe ASCM

  • Nombre de périphériques :

    6

  • Copier/Coller :

    Interdit

  • Impression :

    Interdit

savoir_plus

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782290096437

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    79 Pages

  • Poids

    1 177 Ko

  • Distributeur

    Flammarion

  • Support principal

    ebook (ePub)

Voltaire

1694-1778. Dernier enfant d'un riche notaire, Voltaire fait ses études chez les Jésuites et fréquente la haute société libertine. A la suite d'une altercation avec le Chevalier de Rohan, il s'exile en Angleterre où il découvre la philosophie de Locke (1726-1729). Il partage ensuite la vie de Mme du Châtelet, puis rentre à Paris où il mène une carrière de courtisan avant de tomber en disgrâce. De 1750 à 1753, il voyage à la cour de Berlin et se brouille avec Frédéric II. Enfin, en 1760, il s'installe à Ferney, sur la frontière franco-helvétique et en compagnie de Mme Denis, il règne sur un millier d'âmes, se fait agriculteur, architecte, fabricant de montres et de bas de soie. En 1778, il revient à Paris: le peuple de la capitale l'accueille avec un tel enthousiasme que certains historiens voient dans cette journée du 30 mars la première des "journées révolutionnaires".ÿOn le croyait dramaturge; de nos jours, son théâtre est oublié mais il nous reste 1500 lettres, un Dictionnaire philosophique et une trentaine de contes. Il nous reste son intelligence, son ironie, sa rosserie, sa générosité et sa fantaisie. Maître de l'humanisme, il a collaboré à l'oeuvre de civilisation par sa lutte contre toutes les oppressions, au nom du bien-être, de la justice et de la libre pensée.

empty