Mon doudou divin

Mon doudou divin

Icon Baobab App

À propos

Pigiste pour la presse féminine, Wera tombe sur une petite annonce proposant un stage en spiritualité. Un sujet en or ! C'est parti pour trois semaines d'immersion à La Béatitude, en compagnie d'un apprenti gourou, d'une petite mère, et de quatre autres participants en manque de spiritualité. Il y a un médecin radié, un musulman iranien, une femme invisible, et Madeleine qui porte en permanence son sac à dos comme un fardeau. Ressortiront-ils adeptes d'une nouvelle religion ou déchargés de leurs préjugés ? Car tous, même Wera et son pseudo-cynisme, ont besoin de sacré, comme d'un doudou divin à dorloter.

Règles du prêt

  • Durée de la licence :

    2555 Jours

  • Nombre de prêts :

    30 (CHF 1.32 par prêt)

  • Prêt(s) simultané(s) :

    30

  • Durée maximale d'un prêt :

    59 Jours

  • Renouvellement :

    1

Streaming

  • Type d'accès :

    In-Situ

  • Nombre d'utilisateurs simultanés :

    10

Protection

  • Type de protection :

    LCP

  • Type de protection :

    DRM Adobe ASCM

  • Nombre de périphériques :

    6

  • Copier/Coller :

    Interdit

  • Impression :

    Interdit

savoir_plus

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782847205428

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    215 Pages

  • Poids

    1 003 Ko

  • Distributeur

    Actes Sud

  • Support principal

    ebook (ePub)

Katarina Mazetti

Née en 1944, Katarina Mazetti est journaliste à la radio suédoise. Auteur de livres pour la jeunesse et de romans pour adultes, elle a rencontré un succès phénoménal avec le Mec de la tombe d'à côté, traduit en de nombreuses langues. Aux éditions Gaïa, elle a publié Le Mec de la tombe d'à côté (2006 ; Babel n° 951), Les Larmes de Tarzan (2007 ; Babel n° 986), Entre Dieu et moi, c'est fini (2007 ; Babel n° 1050), Entre le chaperon rouge et le loup, c'est fini (2008 ; Babel n° 1064), La fin n'est que le début (2009 ; Babel n° 1086), Le Caveau de famille (2011) et Mon doudou divin (2012).

empty