Langue française

  • Finance d'entreprise (3e édition)

    Gérard Charreaux

    Parution : 6 Octobre 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    La finance d'entreprise se préoccupe de la recherche et de l'allocation des ressources financières de façon à permettre à l'entreprise decréer de la valeur.L'évolution de l'environnement financier et de la recherche en finance a profondément fait évoluer le raisonnement financier au cours des dernières décennies. Ce dernier s'articule désormais autour de deux dimensions principales, la rentabilité et le risque, qui conditionnent l'ensemble des décisions financières et la mesure de la valeur créée.Ce manuel est un ouvrage d'introduction à la finance d'entreprise :- il s'adresse en particulier à des étudiants débutants dans le domaine et n'appartenant pas à des filières spécialisées en finance (options non financières des masters d'économie et de gestion ou des grandes écoles de gestion, écoles d'ingénieurs...) ;- il permet d'acquérir rapidement l'essentiel de la discipline (diagnostic financier, choix des investissements et des financements, options, évaluation, gestion financière à long et à court terme) ;- il privilégie l'apprentissage rigoureux du raisonnement financier ;- il ne requiert aucune connaissance préalable en comptabilité, économie, droit et mathématiques autre que les connaissances élémentaires de toute personne qui étudie la gestion.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Aujourd'hui, chaque organisation, chaque marque et chaque dirigeant public ou privé doit pouvoir maîtriser l'évolution de son E-réputation. Il ne s'agit plus seulement de mesurer la notoriété ou la popularité d'une entreprise, d'une association ou d'une collectivité publique. Il faut comprendre les mécanismes et saisir la tonalité des perceptions qui s'expriment sur les différentes sphères du web 2.0. Chacun doit promouvoir et protéger son E-réputation.
    Le premier Dictionnaire de l'E-réputation est conçu comme un outil pratique au service des professionnels. Il comporte plus de 350 définitions détaillées enrichies par de nombreux shémas et tableaux de synthèse sur les outils, les techniques et les stratégies de l'E-réputation.
    Cet ouvrage apportera une aide précieuse et de nombreuses références à tous les directeurs généraux, chefs d'entreprise, cadres et dirigeants du secteur public, responsables de communication, présidents d'association et consultants qui désirent mettre en oeuvre une stratégie de positionnement, de communication d'influence et de surveillance de leur E-réputation.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les travaux de Sankaran Venkataraman le positionnent au recouvrement de deux domaines de recherche, la stratégie et l'entrepreneuriat, ce que confirme un chapitre co-signé dans un collectif dédié au management stratégique intitulé « Strategy and entrepreneurship : outlines of an untold story » (Venkataraman, Sarasvathy, 2001). La longue liste de ses publications, dans les plus grandes revues des deux domaines, témoigne de son intérêt pour les thèmes suivants : l'opportunité d'affaires, l'intrapreneuriat, le financement des entreprises nouvelles, l'enseignement de l'entrepreneuriat, l'éthique dans les affaires, le management de la croissance, le développement régional par l'entrepreneuriat, l'approche par les parties prenantes en stratégie. Néanmoins, il faut noter un intérêt générique marqué pour l'entrepreneuriat, consacré par son titre d'éditeur du Journal of Business Venturing. Sa contribution la plus remarquée dans ce domaine est une note de recherche co-signée avec Scott Shane dans la Revue Academy of Management Review. Elle est devenue une référence incontournable, même si elle est controversée depuis sa publication en 2000. Elle fait partie des textes qui, indubitablement, font avancer un domaine de recherche, autant par son contenu que par les commentaires qu'elle provoque. Certes, on ne compte plus les propositions plus ou moins heureuses visant à cadrer le domaine de recherche en entrepreneuriat. La jeunesse de celui-ci est souvent évoquée pour justifier l'exercice afférent. Les spécialistes du domaine en sont un peu lassés, surtout lorsque les chercheurs le découvrant commencent par rappeler le sempiternel débat entre approche par les traits (l'entrepreneuriat s'expliquant par les traits de personnalité d'individus en quelque sorte prédisposés à revêtir la fonction ou le statut d'entrepreneurs) versus l'approche behavioriste (le comportement de l'individu important davantage que ses traits, les situations qu'ils traversent pouvant révéler des capacités jusqu'alors non décelables) ou, pire, lorsque les paradigmes, voire les modèles, de la recherche en entrepreneuriat sont oubliés faute de les avoir véritablement étudiés. Les contributions significatives visant à singulariser la recherche en entrepreneuriat, sans être absentes, ne sont pas légion. Sankaran Venkataram a participé à l'une d'entre elles de façon suffisamment marquante pour que les auteurs s'y attardent. L'opportunité est placée au coeur du phénomène entrepreneurial et fait l'objet d'une tentative de cadrage théorique qui, dans sa construction, n'a pas été sans provoquer des réactions de la part de la communauté scientifique.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les travaux de Richard Rumelt ont occupé une part prépondérante de la recherche en management stratégique du début des années 70 à la fin des années 90. Cette synthèse a vocation à montrer l'apport des travaux de Rumelt à cette discipline. En particulier, elle retrace la rupture avec l'économie industrielle introduite par l'auteur en s'appuyant sur des méthodologies positivistes ouvrant les possibilités de réfutation scientifique qui ne manqueront pas. Tout en maintenant un enracinement très économique, Richard Rumelt trouvera ensuite dans la théorie des ressources et compétences un autre moyen de contrer le paradigme du pouvoir de marché. Ses apports restent totalement d'actualité dans un contexte de montée accélérée du référentiel financier et les stratégies obligées (Martinet, 2006, à paraître 2007).

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Abraham Moles - Un phénoménologue de la vie quotidienne

    Richard Ladwein

    Parution : 22 Septembre 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Les travaux d'Abraham Moles sont divers et variés. Ils ne semblent pas a priori présenter d'unicité. Ils concernent aussi bien la théorie structurale de la communication, qu'une théorie des actes, ou encore une approche fonctionnelle et informationnelle de la communication en particulier de la communication visuelle. Abraham Moles s'est pourtant intéressé à bien d'autres choses comme la psychologie de l'espace, la théorie des objets ou encore à la sociodynamique de la culture et le kitsch. A cela s'ajoute une micropsychologie de la vie quotidienne. Abraham Moles a tenté de systématiser sa pensée et ses options méthodologiques dans un opus qu'il a intitulé les sciences de l'imprécis (1990).Ses approches sont multiples, diversifiées, apparemment déconnectées les unes des autres et pourtant elles présentent une cohérence certaine. Le point de vue général de la pensée de Moles réside dans la quantification raisonnée de l'activité humaine et sa structuration sous contrainte. En pratique il a développé une théorie généralisée de l'environnement (environnement spatial, objets, images, médias et événements qui l'habitent). L'approche est dominée par deux conceptions majeures. La première a trait à la théorie de l'information. La seconde mobilise la phénoménologie.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Merleau-Ponty et la chair du monde

    ,

    Parution : 22 Septembre 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Entre les thèses de l'idéalisme et celles du naturalisme, Merleau-Ponty propose une hypothèse intermédiaire : l'existence d'une troisième dimension dans les rapports de l'homme au monde - ce qu'il nomme « l'inter-monde ».

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Lévy-Bruhl : une anthropologie des mentalités

    Philippe Robert-Demontrond

    Parution : 22 Septembre 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Philosophe de formation, titulaire à la Sorbonne de la chaire d'histoire de la philosophie moderne, Lévy-Bruhl est l'un des fondateurs, en France, de l'ethnologie. Son cheminement intellectuel, continu, tout en tâtonnements, sur plus de soixante ans, l'a mené de premiers travaux (d'inspiration néo-kantienne) sur « l'esprit subjectif », affirmant l'existence nouménale d'un sentiment intérieur de responsabilité, à des recherches sur « l'esprit objectif », étudiant l'organisation phénoménale des croyances collectives. Travaux proches en cela de l'école durkheimienne. Tout ce cheminement, glissant progressivement au delà du champ philosophique, s'installant entre psychologie et sociologie, se résume dans la notion de « mentalité ».

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Entrepreneuriat et culture d'entreprise

    Bernard Largillier

    Parution : 11 Juin 2015 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Il apparaît que la culture joue un rôle important et parfois déterminant dans les motivations des dirigeants, et donc dans leurs décisions. Il importe donc de savoir comment les composantes culturelles d'une famille, d'une personne, d'une société ou d'actionnaires vont dans le sens de l'intérêt de l'entreprise ou bien leur sont contraires.L'objectif de cet ouvrage est de donner des repères au lecteur en acquérant une véritable culture d'entreprise et d'aider les dirigeants à mieux décider de ce qu'ils veulent, de ce qu'ils sont en droit et en devoir de vouloir, à l'aide de témoignages et de leçons d'expérience pour les entrepreneurs actuels et futurs ; ainsi que de nombreux exemples historiques de réussite d'entreprises et de leurs causes.Comme l'indique Thibault Lanxade dans sa préface, « l'ouvrage réalisé par Bernard Largillier a une approche diamétralement opposée et fait le choix de revenir à l'essentiel : la création d'une entreprise est une incroyable aventure humaine. [...]l'auteur défend l'unique solution qui permettra de résoudre la très grande majorité des défis auxquels nous sommes confrontés ».Cet ouvrage s'adresse en premier lieu aux étudiants et stagiaires. Il est aussi dédié à ceux qui veulent entreprendre et acquérir une vraie culture d'entreprise, non pas pour réussir une carrière, mais pour réussir simplement leur vie, pour servir toujours mieux leurs clients. Il est aussi dédié à tous ceux qui cherchent la vérité en économie, disons le simplement, qui cherchent des vérités plus humaines et autres que celles du pouvoir et de l'argent.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Jean-Baptiste Say vient d'une famille engagée dans le développement de la société et les affaires. Produit d'une époque où la pensée des Physiocrates (apogée 1750) exerce encore une grande influence en France, les premiers écrits de Say nous font découvrir un moraliste qui réfléchit aux façons de rendre la société plus prospère. C'est d'ailleurs à partir de valeurs morales fortes que son engagement graduel vers l'économie politique prendra forme.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Chercheur en psychologie comportementale, spécialiste de la motivation humaine, McClelland a analysé les effets des besoins d'ordre supérieur ou complexes (désir d'accomplissement, désir de puissance, désir d'affiliation principalement) sur le comportement humain. Ses travaux sont également réputés et cités en entrepreneuriat par les auteurs qui relèvent de ce que l'on qualifie d'approche par les traits de la personnalité, approche très populaire au cours des années soixante-dix/quatre-vingt chez les psychologues qui se sont intéressés aux recherches sur les entrepreneurs, mais qui fut grandement critiquée par la suite. Néanmoins, ses apports dans le champ entrepreneurial présentent encore une modernité certaine à un double titre. D'une part, sa caractérisation du rôle de l'entrepreneur laisse une large place aux individus qui se comportent comme des entrepreneurs au sein des organisations existantes. D'autre part, sa conviction que la formation joue un rôle moteur dans le développement de certaines compétences l'a amené à mettre sur pied de nombreux programmes de formation au comportement entrepreneurial.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Arnold Cooper a réalisé un travail pionnier sur bien des sujets comme les PME technologiques, la création d'entreprise technologique ou les organisations incubatrices de nouvelles entreprises. Dans chacun de ces domaines, il a significativement amélioré notre compréhension des phénomènes entrepreneuriaux. Cooper est aujourd'hui l'inspirateur d'une nouvelle génération des chercheurs dans le domaine de l'entrepreneuriat qui est d'un intérêt majeur pour des décideurs dans le monde entier. Le but de cette contribution est de présenter la recherche d'Arnold C. Cooper dans le champ de l'entrepreneuriat. La présentation commence par l'exposé de la carrière d'Arnold C. Cooper et se poursuit par la mise en perspective de ses contributions de recherche les plus importantes dans le domaine de l'entrepreneuriat.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les noms Raymond Miles et Charles Snow sont systématiquement associés tant ils ont produit de nombreux articles et ouvrages ensemble depuis près de trente ans. On peut dire pour synthétiser leurs recherches que les auteurs ont développé une analyse stratégique des formes d'organisation, se focalisant notamment à partir du milieu des années 1980 sur les fonctionnements en réseau, entre entreprises indépendantes (voire entre entrepreneurs) comme à l'intérieur des grandes firmes. Ce qui caractérise les travaux de Snow et Miles est également leur intérêt revendiqué (voir Snow, Miles et Miles, 2005) pour des perspectives managériales, proches des problématiques des dirigeants. Leur argumentation débouche ainsi dans la plupart des cas sur des prescriptions. Cette démarche rend les ouvrages et articles de Miles et Snow particulièrement adaptés à l'enseignement de stratégie dans les universités et les écoles.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • The Boston Consulting Group (B.C.G.)

    ,

    Parution : 17 Octobre 2007 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Acteur aujourd'hui incontournable dans le paysage de l'analyse stratégique et du conseil en gestion, le Boston Consulting Group a construit sa renommée internationale sur une série d'outils de diagnostic et d'aide à la décision largement diffusés dans les milieux professionnels et abondamment relayés par le milieu académique. Parmi ces outils, la courbe d'expérience et la matrice de portefeuille ont joué un rôle déclencheur et décisif dès les premières années d'existence du cabinet. Mais, au-delà de cette partie la plus visible de l'oeuvre du BCG, quelles productions significatives peut-on retenir et quel type de contribution le BCG a-t-il finalement apporté au champ du management stratégique ? Dans quelle mesure l'oeuvre du BCG reflète-t-elle plus largement l'évolution de l'environnement et des pratiques et préoccupations des entreprises en matière de management stratégique ? D'une activité délibérément focalisée dans le domaine de l'analyse stratégique, le BCG passe progressivement vers une activité élargie à la plupart des problématiques centrales de management, la stratégie occupant alors une place secondaire dans le portefeuille de ses domaines d'intervention. D'une contribution majeure à l'analyse stratégique dans sa première décennie d'existence, le BCG produit aujourd'hui des contributions probablement moins « visibles » et (car ?) moins formalisées, relevant plus de l'idée que de l'outil. Cet ouvrage est construit à partir d'une analyse systématique et exhaustive des fameuses Perspectives parues depuis le milieu des années 60, mais aussi à partir des documents internes disponibles sur le site Internet du BCG, et enfin à partir d'un ouvrage récemment publié par le BCG sur ses propres productions en stratégie. C'est au travers d'une présentation chronologique et critique que sont analysées les principales productions du BCG : le portefeuille d'activités et la plateforme stratégique au cours des années 1960 et 1970, la gestion du temps et de la flexibilité stratégique au cours des années 1980, la prégnance de l'économie de l'information au cours des 1990 et la création de valeur par l'innovation et dans la turbulence au cours de l'actuelle décennie. Evolutions qui épousent les transformations économiques et industrielles, qui se nourrissent de l'intensité de la lutte concurrentielle entre les grands cabinets de conseil en stratégie et qui alimentent les mécanismes de la mode managériale dans le domaine du management stratégique

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Kenichi Ohmae peut être considéré comme un observateur privilégié de la réalité économique et géopolitique. Dans le cadre de ses travaux, il formalise un savoir empirique acquis grâce à son expérience de praticien et de consultant dans le but d'enrichir la réflexion stratégique. Il s'inté resse aux fondements et à la pratique du management stratégique. Adoptant une vision prospective, il s'interroge également sur le devenir possible de l'environnement international des entreprises. L'objectif de ce chapitre est de présenter les travaux réalisés par l'auteur et d'évaluer leur impact sur le champ du management stratégique. Dans un premier temps, nous nous attacherons à expliquer la contribution de l'auteur à la réflexion stratégique et à l'analyse du fonctionnement des grandes entreprises japonaises. Ensuite, nous exposerons ses observations concernant les effets de la mondialisation sur la structuration et l'évolu tion de l'espace. Enfin, nous chercherons à évaluer l'influence de l'auteur sur la discipline du management stratégique et les limites des développe ments proposés.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le parcours professionnel de Ghoshal a influencé fortement son itiné raire de chercheur. Son principal objet d'étude est le monde de la grande entreprise multinationale dans lequel il a évolué en tant que manager puis consultant. Il a étudié les stratégies et les modes de management de ces organisations en considérant que les pratiques de management consti tuent l'une des principales sources d'avantage concurrentiel. Cet itinérai re éclairé le conduit à s'intéresser tour à tour aux stratégies des entreprises multinationales et au mode de management de ces organisations. Ce périple s'est achevé par une réflexion épistémologique sur le management et par la construction d'une théorie de l'économie organisationnelle dans la même veine que Simon (1991).

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Graham W. Astley fait incontestablement partie des auteurs qui ont marqué les champs de l'organisation et de la stratégie. Plus d'une quinzaine d'articles, s'étalant sur à peine une décennie, ont été ainsi publiés dans les meilleures revues académiques anglo-saxonnes ; ses travaux révélant des thématiques riches et un goût certain pour l'exploration de territoires scientifiques nouveaux et originaux. Ici, nous focalisons notre propos sur l'article de Astley et Fombrun (1983) et les fondements du concept de stratégie collective. Celui-ci représente, à notre sens, l'un des apports majeurs de l'auteur au champ du management stratégique, les autres contributions évoquées plus haut s'inscrivant plutôt dans le champ de la théorie des organisations.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • A mi chemin des thèses écologiques et de celles défendues par l'école de l'apprentissage, la contribution de Robert Burgelman à la stratégie est à la fois originale et un peu étrange. Originale d'abord, parce qu'elle est, dès le début des années quatre-vingts, assez subversive. Elle fait, en effet, la part belle à l'analyse des processus au dépend du contenu et montre les limites de l'influence du top-management sur la stratégie en vigueur de la firme. En particulier, l'acteur local n'y est pas analysé comme une simple courroie de transmission stratégique mais aussi comme un innovateur clandestin capable d'amender et de régénérer la stratégie formulée, mettant ainsi en lumière la préexistence de l'action sur la réflexion. Peut-être étrange ensuite, parce que la quasitotalité de cette contribution se fonde sur l'étude d'un cas, celui d'Intel, disséqué sur maintenant trois décennies. Sa contribution à la stratégie porte donc avant tout sur le management de l'innovation et sur les dynamiques d'adaptation de l'organisation. Ni totalement soumise à l'environnement, ni totalement libre, la firme évolue sous l'impulsion de forces endogènes (initiatives individuelles, vision du dirigeant, routines...) et exogènes (pression du marché en particulier) qui demandent de réelles capacités d'équilibriste pour ne pas chuter ! Burgelman doit donc être compris comme un intégrateur qui propose un cadre conceptuel global de l'évolutionnisme organisationnel qui concilie l'écologie des populations et l'école de l'apprentissage. Le rôle du processus stratégique dans l'évolution de l'organisation, problématique récurrente chez cet auteur, sert de fil directeur à cet article. Il est d'abord analysé sous l'angle de la dynamique du périmètre d'activités (partie 1). La contribution de Burgelman est ensuite mise en perspective et positionnée au sein de la jungle stratégique. Cette deuxième partie est l'occasion de montrer les spécificités de la posture évolutionniste revendiquée par l'auteur. Enfin, la dernière partie étend l'horizon temporel de l'organisation en interprétant le processus de fabrication stratégique comme une capacité d'adaptation à long terme de la firme.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Jan Johanson et Jan-Erik Vahlne ont débuté leur collaboration au sein de l'équipe de management international de l'Université d'Uppsala, en Suède. Ils s'intéressent notamment au processus d'internationalisation des entreprises. Le modèle d'Uppsala demeure leur principale contribution et constitue une référence qui a fait la renommée des deux auteurs.L'objet de ce texte est de présenter les principaux travaux développés par les auteurs. Nous privilégierons, de ce fait, une démarche chronologique en suivant l'évolution de la réflexion menée sur le modèle d'Uppsala. Les principales contributions des auteurs seront également mises en évidence. Pour conclure, nous tenterons de souligner les limites et les perspectives d'amélioration envisageables.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Ce texte vise à présenter les éléments saillants des publications de Beamish, sans prétendre à l'exhaustivité du fait de ses très nombreux travaux. La première section montrera pourquoi parmi les différents modes d'internationalisation des firmes, Beamish s'est intéressé plus particulièrement aux joint ventures. Dans une deuxième section, nous décrirons les apports principaux qu'il a pu mettre en évidence quant aux facteurs favorisant la performance des joint ventures. La troisième section présentera ses principaux résultats sur l'Asie, et enfin la quatrième section sera consacrée aux apports et limites des travaux de l'auteur.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les travaux de Cavusgil intègrent de façon systématique les marchés émergents comme acteurs majeurs du développement des entreprises multinationales. En effet, il considère que les gisements de croissance se situent dans ces marchés à forts potentiels. Finalement, en faisant un parallèle entre le chercheur et son objet de recherche, on pourrait qualifier Cavusgil de « chercheur pro-actif dans un réseau de partenaires multinationaux ». En effet, il applique à sa propre recherche le principe de réseau international de partenaires qu'il conseille aux entreprises. Il bénéficie d'un réseau de recherche fort aux Etats-Unis et à travers le monde qui lui permet à la fois d'accéder à des terrains de recherche riches et diversifiés, et d'essaimer ses idées au-delà des frontières du milieu de la recherche. Il cherche à modifier les règles du jeu de la recherche académique en bâtissant un espace pour les spécificités du marketing international. Il a donc réussi le tour de force de devenir un chercheur international en réseau plutôt qu'un simple exportateur d'idées !L'objectif de ce texte est de présenter les travaux réalisés par Cavusgil et d'évaluer leur impact sur le champ du management international. Dans un premier temps, nous nous attacherons à expliquer la contribution de l'auteur à la compréhension des dynamiques d'internationalisation des entreprises. Ensuite, nous exposerons ses observations concernant le rôle central du marketing international dans les entreprises multinationales. Enfin, nous chercherons à évaluer l'influence de l'auteur sur la discipline du management international et les limites des développements proposés.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Scott Shane publie ses premiers articles au début des années quatre-vingt-dix sur le thème de l'innovation et plus particulièrement sur l'influence des facteurs sociaux et culturels. Puis, ancré au coeur d'une approche processuelle de l'entrepreneuriat, il présente un cadre conceptuel permettant d'expliquer de manière cohérente le processus entrepreneurial. Pour cela, il propose tout d'abord une définition de l'entrepreneuriat. Cette note de recherche de 2000, cosignée avec Shankaran Venkataraman, constitue une contribution majeure à la précision du champ de recherche en entrepreneuriat. Elle ouvre sur plus d'une décennie de débat et d'implémentation sur le thème de l'opportunité entrepreneuriale au coeur de la définition du champ de l'entrepreneuriat. Cette approche de l'entrepreneuriat fait l'objet récemment de plusieurs articles recensant l'appréhension du monde académique sur la notion d'opportunité, ceci ayant conduit à l'apparition de nombreuses définitions mais également à des faiblesses d'opérationnalisation. Au-delà de cette contribution majeure, Shane a concentré ses recherches sur le contexte organisationnel, avec notamment des travaux sur la franchise (en l'intégrant dans le champ des recherches en entrepreneuriat) et dans une moindre mesure sur la relation entre l'entrepreneur et le Venture Capital. Plus récemment, il a ouvert un nouvel axe de recherche, certes controversé, sur l'influence de l'héritage génétique sur le comportement entrepreneurial. Enfin, nous soulignons son intérêt pour les spin-offs universitaires et pour la lutte contre les mythes sur l'entrepreneuriat. La section 1 de cette contribution se concentre sur la définition du champ de l'entrepreneuriat et sur la notion d'opportunité entrepreneuriale. Nous abordons ensuite les autres contributions majeures de cet auteur (section 2), avant de proposer un regard critique sur ses travaux (section 3).

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Giacomo Becattini est une personnalité à plusieurs visages : c'est d'abord « l'homme de Florence » : il y naît, en 1927, y est diplômé en économie en 1953, et entamera ensuite une longue et brillante carrière dans cette Università degli Studi di Firenze, l'une des plus anciennes et prestigieuses universités italiennes. Il lui sera décerné le titre de Professeur émérite en 2000.C'est ensuite « l'homme de Marshall », mais d'un Marshall hétérodoxe méconnu, qui conduit notre auteur à réactualiser, à partir de la décennie soixante-dix, la notion de district industriel. A ce titre, Giacomo Becattini apparaît aux yeux tant des théoriciens que des praticiens comme « l'homme des districts », mais cette image est fondée sur celle de « l'homme du Prato », puisque c'est à partir du cas de cette province de Toscane que notre auteur construit son analyse.Enfin, c'est « l'homme bâtisseur » d'une théorie de l'évolution industrielle : président de l'Association des économistes Italiens de 1993 à 1995, il est considéré, avec Romano Prodi, comme le père de l'école italienne d'économie industrielle.L'abord des différents visages de Giacomo Becattini rythme le texte consacré à cet auteur.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Selon Paul Reynolds (2010) « au moment où ils atteignent leurs années de retraite, la moitié de tous les hommes qui travaillent aux États-Unis ont probablement une période d'auto-emploi d'une ou plusieurs années [...] participer à une création de nouvelles entreprises est une activité courante chez les travailleurs américains au cours de leur carrière ». L'entrepreneuriat semble être un phénomène courant aux États-Unis, mais est-ce le cas dans tous les pays du monde et quelles en sont les conséquences sur la croissance économique ?Dans les années quatre-vingt, Paul Reynolds s'intéresse à la variation de l'activité entrepreneuriale au niveau régional en portant une attention particulière à la création d'emplois régionaux. À partir des années quatre-vingt-dix, il travaille sur l'entrepreneuriat naissant et sur les entreprises en gestation. À la fin des années quatre-vingt-dix, il met l'accent sur les comparaisons internationales en matière d'entrepreneuriat en créant le Global Entrepreneurship Monitor (GEM), testé dans 5 pays dans un premier temps puis, dans 41 pays (60 % de la population mondiale et 90 % du PIB). Il s'agit d'un projet de recherche international qui fut initié en 1997 en collaboration avec les professeurs Bill Bygrave, du Babson College et Michael Hay, de la London Business School. Pour prendre la mesure de la contribution de Paul Reynolds pour l'entrepreneuriat, nous revenons sur sa carrière avant d'aborder ses trois principaux thèmes de recherche et d'en faire une analyse critique (1.Les effets des variations régionales dans l'activité entrepreneuriale, 2.L'entrepreneur naissant et les sociétés en gestation, 3. Comparaisons internationales d'activités entrepreneuriales).

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • À première vue, l'apport de Howard Aldrich à l'entrepreneuriat est riche et varié et l'auteur aux travaux éclectiques et nombreux (plus de 200 publications) semble difficilement classable. Si on essaie de regrouper ses travaux et de répertorier ses thématiques de travail dans le champ de l'entrepreneuriat, on relève d'importantes contributions dans au moins cinq domaines qui ne sont pas sans liens entre eux : - l'importance des réseaux sociaux ou familiaux dans la dynamique entrepreneuriale, - l'entrepreneuriat ethnique, - l'entrepreneuriat féminin, - la constitution des équipes entrepreneuriales, - et l'écologie entrepreneuriale. À ces axes, s'ajoutent des contributions plus larges sur l'épistémologie de la discipline qui prouvent la capacité du Professeur de l'université de Caroline du Nord à prendre du recul sur le champ auquel il contribue. Nous pensons que c'est son statut de « théoricien évolutionniste » qui donne sens et originalité à l'ensemble de ses travaux. Il propose ainsi « une approche évolutionniste de l'entrepreneuriat » (qui sera l'objet de la première section de ce texte) qui questionne les paradigmes en place. Dans le cadre de celle-ci, ses travaux d'application mettent l'accent sur le rôle des réseaux sociaux, notamment pour analyser la constitution des équipes entrepreneuriales ou l'entrepreneuriat des minorités comme nous le montrerons dans la section 2. La section 3 discutera de son apport à l'étude de l'entrepreneuriat ethnique. Enfin, en guise de conclusion, nous rendrons compte de ses réflexions sur la construction de la discipline entrepreneuriale dans la dernière section.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty