Sciences humaines & sociales

  • Les médias et leurs fonctions : du paléolithique au numérique Nouv.

    Les médias et leurs fonctions : du paléolithique au numérique

    Philippe Tassi

    Parution : 10 Juin 2021 - Entrée pnb : 10 Juin 2021

    De tout temps, l'Homme a eu besoin de relations et de sociabilité pour échanger avec ses pairs, qu'ils soient à proximité ou à des distances de plus en plus grandes qu'il a fallu vaincre ; le préfixe télé signifie simplement « à distance », en grec ancien. Cette nécessité de communication s'est toujours appuyée sur des technologies, les a même parfois suscitées, allant des pigments utilisés dans l'art pariétal au codage de la convergence numérique, sans oublier l'imprimerie, pour la presse et l'affichage, la théorie générale des ondes pour la radio et la télévision. Au sens étymologique du terme, les médias sont ces moyens techniques.
    Dans ce livre, un média sera un couple composé d'un support technique et d'un contenu, les fonctions des médias s'exprimant aussi par des idées portées par le support et accessibles grâce à deux sens que sont la vue et l'ouïe, mobilisant la lumière et le son. Pour s'exprimer, communiquer, transmettre, convaincre, témoigner, divertir, apprendre, manipuler, l'Homme a fait preuve d'une imagination sans borne : peinture rupestre, écriture, volumen, codex, livre, coursier, peinture, télégraphe, photographie, cinéma, téléphone, radio, télévision, Internet... Nul doute que ces créations, le plus souvent collectives, se poursuivront avec la même inventivité.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La nouvelle religion du numérique ; le numérique est-il écologique ?

    Florence Rodhain

    Parution : 29 Août 2019 - Entrée pnb : 29 Août 2019

    La pensée magique accompagne le développement fulgurant du numérique dans nos sociétés.
    La prise de recul n'est plus autorisée. Pire, la pensée dominante voudrait nous faire accroire que le numérique est associé à l'écologique.
    Or, l'industrie des Technologies de l'Information et de la Communication est l'un des secteurs industriels les plus polluants et destructeur de la planète.
    Les injonctions à se diriger vers le « tout numérique » sont l'objet de manipulations, où les véritables motifs sont cachés : cachée la tentative de sauvegarder coûte que coûte un système qui nous entraîne vers le chaos, caché le fait que l'enfant est désormais considéré comme un consommateur plutôt que comme un apprenant...
    Se basant sur les travaux de recherche de l'auteure ainsi que ceux de l'ensemble de la communauté scientifique, cet ouvrage déconstruit cette pensée magique.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Génération 3.0

    Pascal Lardellier

    Parution : 3 Mars 2016 - Entrée pnb : 16 Février 2016


    Si Internet et les Nouvelles Technologies cultivaient

    naturellement

    les jeunes, cela se saurait ! Et que tout le savoir et toute la connaissance soient désormais accessibles en quelques clics ne signifie pas que tout le monde en profite équitablement. L'écriture de ces pages est partie de cet écart entre les attentes parentales vis à vis du Net, et les pratiques réelles d'une jeunesse hyper-connectée.

    L'auteur analyse la manière dont la jeunesse a (sur-)investi les univers numériques, pour le meilleur et pour le pire. Il explique qu'une utilisation optimale des ressources culturelles de la Toile dépend en grande partie de l'environnement, mais aussi des « stratégies » mises en place par les adultes.
    Expliquant les raisons du formidable attrait des jeunes pour le Net et les TIC, Pascal LARDELLIER réaffirme le rôle fondamental des parents, enseignants, éducateurs, documentalistes, bibliothécaires. Les adultes ont un rôle important à jouer dans la « révolution numérique », qu'on cesse de leur faire croire qu'ils sont dépassés ! Plus largement, la réflexion proposée est citoyenne, s'interrogeant sur les miracles et les mirages de la « société numérique ».
    L'auteur propose l'instauration d'une « dialectique numérique », ou « art de bien penser avec les TIC » et grâce à elles. Vaste chantier, qui a besoin de toutes les classes d'âges.
    À rebours des préjugés diffusés par certains « experts » officiels, les ados n'ont jamais eu autant besoin des adultes qu'à une époque où on leur fait croire que grâce aux TIC, tout est à portée de clic, gratuitement et sans effort ; la réalité est un peu plus complexe. Génération 3.0 le démontre, avec justesse, humour et conviction.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Nos modes, nos mythes, nos rites ; le social, entre sens et sensible

    Pascal Lardellier

    Parution : 18 Janvier 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Notre société contemporaine renferme encore de nombreux rites et mythes. Leurs formes ont évolué, mais ils remplissent les mêmes fonctions qu'autrefois : rassembler, célébrer les communautés, régénérer les liens sociaux tout en faisant rêver. Cet ouvrage propose une série d'analyses courtes, ironiques et poétiques. Une décennie de chroniques médiatiques est proposée, rassemblant des textes parus dans des journaux et magazines français, actualisés ici. Ces textes sont rangés en trois grandes parties : « Au fil du calendrier », « Médias et technologies », et « Nouvelles tendances sociales ». Ils épinglent l'air du temps, sondent nos imaginaires, décodent modes et tendances, en donnant de la profondeur à l'apparente surface des choses. Ces exercices de style, légers et profonds, s'attachent à décrypter le sens des modes, des mythes et des rites qui jalonnent nos calendriers et égaient notre quotidien. La finalité ? Expliquer et analyser, en faisant sourire et réfléchir. Les rites et les mythes donc, mais aussi les médias, les technologies, les personnalités ou les tendances émergentes sont décortiqués et épinglés à tour de rôle. On reprend conscience, au fil du propos, de l'importance des imaginaires et de la prégnance de la pensée magique dans notre société désacralisée, en apparence seulement.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Culture, cultures ; le lien social au révélateur

    Alexandre Eyries

    Parution : 31 Mai 2018 - Entrée pnb : 6 Juin 2018

    La notion de culture est devenue un véritable « tube intellectuel » que politiques et décideurs de tous bords emploient à qui mieux mieux. Mais que recouvre donc cette incroyable inflation sémantique ?
    Cet ouvrage propose une déambulation tout à la fois philosophique, socio-anthropologique et historique qui avec clarté et rigueur permet de démêler « l'écheveau culturel » en faisant alterner méditations théoriques et études de cas.
    Des incursions bienvenues sont aussi faites dans le registre du management et des nouveaux univers numériques.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Manger, ce n'est pas simplement s'alimenter.
    Cet acte convoque dans nos assiettes et autour de nos tables un ensemble de règles, de normes, de codes, de valeurs et d'interdits avec lesquels nous devons composer nos repas. En ce sens, manger est une action profondément culturelle, qui possède des racines anthropologiques vivaces. Toujours, le symbolique y outrepasse le physiologique. Et notre modernité n'érode pas autant qu'on pourrait le penser notre rapport à la nourriture, encore largement déterminé de points de vue socio-économique et culturel.
    S'inspirant, dans l'esprit, de l'héritage de Barthes et de Goffman, ces pages proposent une lecture originale du contenu de nos assiettes. Elles interrogent le statut des aliments, les contextes de table, les différentes manières de manger (seul ou "avec"), et les nouvelles tendances en termes de restauration. Une grande part de l'analyse est accordée à la ritualisation et à la théâtralisation de l'alimentation.
    Alternent dans cet ouvrage des analyses fouillées de nature ethnographique (sur le buffet à volonté ou les fast-foods), des "variations théoriques" et de courts chapitres non départis d'humour. Ceux-ci sont consacrés aux kebabs, aux "sushis bars", aux plateaux de fruits de mer, au barbecue ou encore... aux lois anthropologiques présidant au règlement de l'addition en fin de soirée ! Opéra bouffe permettra à ses lecteurs de passer dans les coulisses de l'alimentation considérée comme système symbolique, afin de comprendre pourquoi et comment nous mangeons au jour le jour.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • La passion automobile ; approche anthropologique des formes de l'attachement

    Fabrice Clochard

    Parution : 10 Septembre 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Maxime aimerait bien revoir sa première voiture, savoir si « elle est encore en vie ». Dernièrement, Karine « a flashé » pour une petite « baroudeuse », tandis qu'Albert a privilégié « la silhouette » de son « beau cheval ». Marie a mal dormi après avoir constaté la rayure faite sur la carrosserie de son « bijou ». Claire, quant à elle, s'amuse des travers de son passionné de mari... « Mais les voitures et lui, c'est une catastrophe ! ».

    Cet ouvrage explore l'univers des pratiques et des représentations associées à l'automobile. Il se lit comme une somme de nouvelles, une série de scénettes sur l'ordinaire de la voiture et se parcourt à la manière d'un « livre dont vous êtes le héros ». Chacun peut y reconstruire son itinéraire et même y greffer d'autres récits ou anecdotes personnelles. C'est la multiplication de ces « coups d'oeil » qui donne à voir la richesse des manières de s'attacher à la voiture, voire d'être capté par l'objet. Chaque nouvelle expérience permet de tisser les liens affectifs entre le véhicule et son possesseur. Plus le maillage se densifie, plus l'attachement grandit et plus l'emprise de l'objet se fait sentir. Il se crée alors un lien subtil entre le matériel, le symbolique et l'identitaire.


    En décortiquant notre attachement à l'automobile, l'auteur rappelle ainsi l'extrême prégnance des objets de la vie quotidienne dans nos existences contemporaines.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Les deux « pères fondateurs » de la sociologie moderne, le Français Emile Durkheim et l'Allemand Max Weber, quoique vivant à la même époque, ne se sont jamais rencontrés. S'ils l'avaient fait un jour, auraient-ils tenu les propos que leur prête Claude Javeau dans cette « conversation » imaginaire inspirée des dialogues philosophiques de Diderot ? Déterminisme (Émile) contre liberté (Max) : l'enjeu fondamental des sciences sociales est exposé dans ce texte dont la forme littéraire sert de couverture à une profonde intention éthique.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Savoir désapprendre pour réussir ; notre quotidien décrypté

    Isabelle Barth

    Parution : 26 Mai 2015 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Pourquoi ai-je les bras chargés d'achats que je n'envisageais absolument pas en entrant dans ce magasin ? Comment comprendre ce qu'attend de moi le monde du travail ? Pourquoi les femmes occupent-elles encore si peu de postes de pouvoir ? Puis-je espérer que mon manager soit plus respectueux et plus responsable ?
    Voici quelques questions, parmi bien d'autres, auxquelles cet ouvrage apporte un éclairage.
    Pour comprendre une société en mouvement, où tout change tellement vite qu'on a l'impression parfois d'être dans un flou angoissant, et en perte de repères, il est important d'avoir quelques filtres pour nous protéger et apprendre à conduire nos existences.
    Isabelle Barth nous offre son regard de scientifique et nous propose avec ce livre, un décryptage de nos comportements quotidiens en situation sociale et professionnelle. Elle nous tend un miroir infiniment précieux pour nous aider à comprendre qui nous sommes et ce que nous faisons, et nous livre des clés pour changer les choses.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • "Nous, on navigue entre deux cultures, on se fabrique notre identité" : entre ici et ailleurs, les jeunes femmes issues de l'immigration s'inventent leur propre beauté mais aussi un modèle de consommation.
    A travers des entretiens avec des jeunes femmes et leurs familles, Virginie Silhouette-Dercourt explore ce modèle. Se maquiller ou se coiffer sont autant de gestes du quotidien qui permettent d'affirmer qui on est dans l'espace public. COmment se présente-t-on aux autres lorsque l'on vient d'ailleurs et que cela se voit ? Qu'est-ce qui dans le quotidien renvoie irrémédiablement à sa "différence" ?
    Son analyse fait apparaître la quête identitaire sous tension qu'elles vivent, entre des injonctions républicaines qui visent leur apparence et une recherche de racines plus ou moins fantasméees. Finalement, ces nouvelles beautés se réinventent quotidiennement, un moi cohérent par le métissage des looks. Elles s'affranchissent des frontières pour se créer un nouveau monde par la consommation.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Oser la laïcité

    , ,

    Parution : 25 Mai 2017 - Entrée pnb : 24 Mai 2017


    La laïcité déchaîne les passions dans l'Hexagone. Elle a longtemps été garante d'un vivre-ensemble paisible, car elle cantonnait les expressions religieuses dans la sphère privée. La voici critiquée, attaquée, remise en cause dans ses principes et son action. Selon ses détracteurs, elle est devenue un dogme républicain, voire - c'est un comble ! - une véritable "religion d'Etat". En première ligne du combat laïc, la France devient tour à tour à l'étranger un repoussoir ou un exemple, face à la montée des revendicatons religieuses voilant mal un repli communautaire qui est préoccupant pour notre modèle de société.


    Mais n'est-ce pas parce que les religions instituées débordent dans l'espace public, très ostentatoirement pour certaines, que la laïcité doit justement jalonner, borner, voire interdire ? Ce sont bien les questions que l'époque pose, que l'actualité impose.


    Cet ouvrage collectif propose une série de textes importants, qui invitent l'histoire, la science politique, l'anthropologie, la sociologie, les sciences de la communication à poser leurs regards spécifiques sur le bras de fer actuel des religions et de la laïcité. De la mythologie aux tranchées de 14-18, de l'hôpital public à l'île de beauté, et du djihadisme en ligne à un récent film à succès (Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu ?), les différents chapitres éclairent d'un jour nouveau l'actualité laïque, pour donner à comprendre les crispations actuelles, et à espérer. Dans un monde troublé par le fait religieux, plus que jamais, il faut oser la laïcité.



    Avec les contributions de : Françoise ALBERTINI, Christophe DARGERE, Virginie DARGERE, Stéphane DUFOUR, Yves ENREGLE, Alexandre EYRIES, Pascal LARDELLIER, Isabelle MATHIEU, Michel MELOT, Anne PARIZOT et Claude PATRIAT.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Quels sont les secteurs aujourd'hui qui ne sont pas encore impactés par le digital ?
    L'émergence des modes collaboratifs et des applications dédiées appelées Civic Tech montre que la sphère publique est concernée tant par la recherche d'efficacité de son action qu'au titre de la participation.
    On parle dorénavant de démocratie participative digitale pour signifier des dispositifs participatifs et digitaux dans l'environnement public. Cela regroupe une multitude d'actions très disparates qui sont autant d'expérimentations pour nos futurs systèmes de gouvernance, systèmes qui sont au coeur de la démocratie et de la liberté.
    Ce livre propose une analyse de la participation dans les systèmes publics ainsi qu'un panorama à date des offres digitales des Civic Tech.
    A partir de l'expérience de la ville d'Angoulême sur les projets participatifs digitaux, ce livre interroge le lecteur sur la place de la participation dans la vie publique et ce que pourrait être la démocratie participative digitale.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La chaire ESSEC du Changement et l'Institut indien de recherche en management Firebird vous proposent une lecture du changement et plus généralement du management dans la culture indienne au travers de deux oeuvres majeures anciennes que sont Arthashastra et Thirukkural.
    Dans la culture indienne, le monde apparaît comme circulaire au travers de la notion de réincarnation mais aussi de la dimension protéiforme des divinités. Le changement peut être défini comme la tension qui naît des contraires. En situation de changement, tout un chacun vit un dilemme entre des oppositions qui s'équilibrent. La notion binaire (bien/mal) est remplacée par un jeu ternaire entre une destination, l'énergie et l'attachement. La gestion du changement consiste à équilibrer les forces en présence. En lien avec l'objectif de sagesse, cette capacité à équilibrer les forces se fait par l'éducation et l'expérience.
    Un livre à méditer pour avoir une autre vision du changement et comprendre la culture et les entreprises indiennes.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'urgence de l'integrite academique Nouv.

    L'urgence de l'integrite academique

    Bergadaa/Peixoto

    Parution : 1 Juillet 2021 - Entrée pnb : 19 Juin 2021

    Contrer les pratiques malhonnêtes - dans l'enseignement supérieur comme dans la recherche - et renforcer l'intégrité académique est urgent. Car notre civilisation de la connaissance est menacée, tant par les nouveaux modèles de production du savoir que par le sans-gêne des délinquants de la connaissance.
    Les membres de l'Institut International de Recherche et d'Action sur la Fraude et le Plagiat Académiques (IRAFPA) réalisent depuis plus de quinze ans des recherches théoriques et appliquées en vue d'améliorer les connaissances structurant le concept d'intégrité académique. Mais cela ne sera pas suffisant. C'est un véritable débat qu'il nous faut ouvrir et y convier tous les acteurs du monde académique afin que le mouvement des sciences de l`intégrité se développe et s'enracine dans les pratiques quotidiennes de chacun.
    L'ouvrage propose une construction des sciences de l'intégrité en six thèmes majeurs. Au sein de chaque thème, six contributions tissent la toile d'un débat fondamental. Leurs auteurs sont issus de plus de dix pays différents, car l'intégrité n'a pas de frontières. Ils sont théologiens, philosophes, psychanalystes, psychologues, économistes, linguistes, sociologues, archéologues, avocats, ingénieurs, professeurs d'éthique, de bioéthique, d'intelligence artificielle, des sciences de l'éducation, des arts du spectacle, de lettres, de physique nucléaire et des particules, d'ethnologie, d'histoire, journalistes, diplomates, dirigeants d'entreprise, médecins, traducteurs, politologues et membres de la société civile.
    Ils ont voulu que ce livre soit un outil de référence pour tous ceux qui veulent agir sans perdre de temps. Le lecteur - qu'il soit chercheur, doctorant, enseignant, dirigeant d'un établissement d'enseignement supérieur, responsable de bibliothèque - y trouvera des réponses précises ainsi qu'une invitation à l'action.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Abraham Moles - Un phénoménologue de la vie quotidienne

    Richard Ladwein

    Parution : 22 Septembre 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Les travaux d'Abraham Moles sont divers et variés. Ils ne semblent pas a priori présenter d'unicité. Ils concernent aussi bien la théorie structurale de la communication, qu'une théorie des actes, ou encore une approche fonctionnelle et informationnelle de la communication en particulier de la communication visuelle. Abraham Moles s'est pourtant intéressé à bien d'autres choses comme la psychologie de l'espace, la théorie des objets ou encore à la sociodynamique de la culture et le kitsch. A cela s'ajoute une micropsychologie de la vie quotidienne. Abraham Moles a tenté de systématiser sa pensée et ses options méthodologiques dans un opus qu'il a intitulé les sciences de l'imprécis (1990).Ses approches sont multiples, diversifiées, apparemment déconnectées les unes des autres et pourtant elles présentent une cohérence certaine. Le point de vue général de la pensée de Moles réside dans la quantification raisonnée de l'activité humaine et sa structuration sous contrainte. En pratique il a développé une théorie généralisée de l'environnement (environnement spatial, objets, images, médias et événements qui l'habitent). L'approche est dominée par deux conceptions majeures. La première a trait à la théorie de l'information. La seconde mobilise la phénoménologie.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Merleau-Ponty et la chair du monde

    ,

    Parution : 22 Septembre 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Entre les thèses de l'idéalisme et celles du naturalisme, Merleau-Ponty propose une hypothèse intermédiaire : l'existence d'une troisième dimension dans les rapports de l'homme au monde - ce qu'il nomme « l'inter-monde ».

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Lévy-Bruhl : une anthropologie des mentalités

    Philippe Robert-Demontrond

    Parution : 22 Septembre 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Philosophe de formation, titulaire à la Sorbonne de la chaire d'histoire de la philosophie moderne, Lévy-Bruhl est l'un des fondateurs, en France, de l'ethnologie. Son cheminement intellectuel, continu, tout en tâtonnements, sur plus de soixante ans, l'a mené de premiers travaux (d'inspiration néo-kantienne) sur « l'esprit subjectif », affirmant l'existence nouménale d'un sentiment intérieur de responsabilité, à des recherches sur « l'esprit objectif », étudiant l'organisation phénoménale des croyances collectives. Travaux proches en cela de l'école durkheimienne. Tout ce cheminement, glissant progressivement au delà du champ philosophique, s'installant entre psychologie et sociologie, se résume dans la notion de « mentalité ».

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Olivier de Serres - Ménageur et entrepreneur

    Pierre-André Julien

    Parution : 5 Juin 2015 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Dans les premières réflexions à propos de l'entrepreneuriat et des PME, si l'on cite souvent Richard Cantillon et Jean-Baptiste Say, et parfois Robert Turgot, on oublie presque toujours Olivier de Serres. Seul, à notre connaissance, Joseph Schumpeter mentionne son nom dans son Histoire de l'Analyse économique lorsqu'il évoque les écrits en économie rurale. Or de Serres, plus de cent cinquante ans avant ces trois économistes, a expliqué en détail non seulement le rôle clé de l'entrepreneur dans la création d'une entreprise, mais aussi les conditions de succès de son développement.Dans ce chapitre, nous allons nous arrêter sur ce qui distingue Olivier de Serres comme entrepreneur et, ainsi, sur les éléments sur lesquels il s'arrête et qui sont le mieux à même d'assurer le succès d'une entreprise à long terme, comme l'a été sa propre entreprise durant plus de trois générations malgré les terribles guerres de son temps.Pour Olivier, gérer et réussir une entreprise relève de la capacité de l'entrepreneur et de son organisation : « ...de joindre ensemble le Savoir, le Vouloir, le Pouvoir... »

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Lefebvre et de Certeau - La sociologie du quotidien

    Veronique Cova

    Parution : 22 Septembre 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Michel de Certeau et Henri Lefebvre sont des penseurs français qui ont contribué chacun à leur manière à développer une théorie du quotidien. Leur contemporanéité, bien qu'ils aient plus de 20 ans d'écart, leur a permis de vivre les mêmes bouleversements politiques et économiques que caractérise la modernité flamboyante du XXe siècle avec la montée du fascisme, le développement du marxisme et la crise de mai 1968. Si leur parcours est sur certains points comparables et proposent une analyse pertinente de la modernité, il n'en est pas moins différent dans les thèses que chacun d'eux défend.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Sartre et la chair du buvard

    ,

    Parution : 22 Septembre 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Il est, en philosophie, une distinction usuelle faite entre deux traditions, selon leur objet privilégié : tantôt la conscience et tantôt le concept. Bachelard, Cavaillès et Canguilhem sont, en France, les trois figures majeures de cette dernière orientation, que marquent les questions épistémologiques ; Bourdieu et Foucault, notamment, s'inscrivent dans leur filiation. Sartre, quant à lui, positionne ses travaux dans la tradition intellectuelle de la philosophie de la conscience. Si, dans ce cadre général, sa pensée s'avère notablement inspirée par celles, alors révolutionnaires, d'Husserl et de Heidegger, si ses travaux ont, au plan méthodologique, l'apparence de l'orthodoxie, Sartre ne se place jamais en situation de disciple et, ajoutant à la phénoménologie de l'un, l'ontologie de l'autre, il fait oeuvre originale. Oeuvre qui marque toute une époque - qui marque, directement ou indirectement, « quiconque habite le paysage français » (Derrida, 1999, 83). Sartre est de fait l'un des derniers, en ce paysage, a avoir porté l'ambition métaphysique de la construction d'un « système du monde ». Et, dans un pays politiquement marqué par les figures morales de Voltaire, de Hugo, de Zola, il incarne à la perfection la fonction sociétale de "l'intellectuel" - engagé dans la vie de la cité pour y exercer son magistère critique.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Gabriel Tarde : l'imitation comme essence du social

    Baptiste Cleret

    Parution : 22 Septembre 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    A la fois magistrat, criminologue, philosophe, sociologue et psychologue, Gabriel Tarde a tenté durant sa vie d'apporter un regard différent et novateur sur les sciences humaines et sociales, allant de l'épistémologie sociologique à la compréhension des phénomènes sociaux à partir des comportements imitatifs. Bien que considéré par beaucoup comme le père de la psychologie sociale ou de la microsociologie (Deleuze, 1969), les travaux de Gabriel Tarde n'ont pas connu un succès unanime, caché dans l'ombre d'un Emile Durkheim dont les principes théoriques ont été davantage plébiscités. Pourtant, il semble que les travaux de Tarde, et leur caractère fondateur, retrouvent une place dans les réflexions contemporaines, certains auteurs allant même jusqu'à parler d'une véritable « Tardomania » (Mucchielli, 2000). L'héritage tardien est aussi éclectique que son parcours professionnel et scientifique. Si Gabriel Tarde est surtout reconnu pour ses travaux sur l'imitation (Tarde, 1890, 1897, 1898) et la foule (Tarde, 1901), il n'en est pas moins l'auteur d'ouvrages scientifiques s'ouvrant à d'autres univers de réflexion tels que le droit (Tarde, 1886, 1894), l'économie (Tarde, 1902) ou la philosophie (Tarde, 1890), tenant, cependant, une ligne de pensée et une lecture épistémologique de la société commune à tous ces travaux.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Essai de sociologie maussienne appliquée à la consommation

    Eric Remy

    Parution : 22 Septembre 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Ce ne sera pas le moindre paradoxe que de trouver dans cette contribution sur la consommation, un chapitre sur Marcel Mauss. Il faut dire que ce « célébrissime inconnu » (Tarot, 2003) occupe un espace particulier au panthéon des socio-anthropologues. Pourtant, par ses articles, ses notes d'ouvrages et ses cours, Mauss va ouvrir la voie à un nombre de chercheurs considérable qui alimenteront et irrigueront le fleuve des sciences humaines et sociales du XXe siècle.Nous ne retiendrons ici que les travaux, concepts et notions qu'il nous semble possible de mobiliser dans une lecture de la consommation contemporaine. Nous partirons de quelques-unes de ses intuitions pour voir comment elles ont été ensuite creusées et comment elles nous donnent aujourd'hui matière à comprendre la consommation. La première intuition bien entendu concerne le don plus précisément l'Essai sur le don et sa réception dans les sciences sociales et humaines. Cette partie occupera une grande part de nos propos. La seconde, que l'on abordera à partir des techniques du corps, nous permettra notamment d'ouvrir le champ entier de la culture matérielle (Warnier), de la corporéité mais également de revenir in fine sur la notion d'homme et de fait social total.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Durkheim et la naissance d´une sociologie

    Pascal Rolland

    Parution : 22 Septembre 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Analyser la consommation à travers le prisme de celui qui est souvent considéré comme le fondateur de la sociologie soulève un certain nombre de questions. Il faudrait tout d'abord se mettre d'accord sur l'existence et la cohérence de ce prisme Durkheimien ceci pouvant poser problème au regard de l'évolution même de la pensée de l'auteur (Dubet, 2007) et à l'aune de sa réception plurielle (Mucchielli, 2010), comme nous pourrons le voir plus loin beaucoup parlent de « deux Durkheim ». Par ailleurs, la consommation en tant que pratique sociale est peu abordée directement par Émile Durkheim lui-même. Si elle est ainsi évoquée dans De la division du travail social, et quelques mentions apparaissent dans « Les formes élémentaires de la vie religieuse », ce sont surtout ses continuateurs, fondateurs avec lui de l'école française de sociologie, qui vont la développer, notamment François Simiand et Henri Hubert, et principalement Maurice Halbwachs avec ses travaux sur les niveaux et modes de vie des classes ouvrières. Aussi faut-il retourner à l'oeuvre de Durkheim et en proposer une interprétation voire même une traduction de plusieurs des concepts qu'il a forgé pour en saisir toute la force heuristique dans le champ des études sur la consommation. Afin de comprendre comment l'approche durkheimienne pourrait permettre de saisir ce phénomène consommatoire contemporain, trois principales voies seront reprises :- La première portera sur la définition du fait social et nous amènera notamment à revenir sur les principes méthodologiques proposés par Durkheim. - La seconde s'appuiera sur la division du travail social et s'intéressera à la lecture de la modernité que perçoit Durkheim et qui est sous-jacente à toute son oeuvre. - La troisième piste abordera la question de la religion et du sacré.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • « Quant aux Français, loin de tirer parti d'une source aussi riche, ils ont préféré emprunter les étrangers qui les avaient eux-mêmes copiés. [...] Ah ! connaissons mieux la valeur de ce que nous possédons, pénétrons dans la bibliothèque des manuscrits »... Ces lignes, que rédige Paulin Paris, en 1824, valent pleinement aujourd'hui, pour ce qui est de la situation des études académiques de la consommation. Nombreux sont ainsi les travaux qui, dans le monde, s'appuient actuellement sur des auteurs français, s'inspirent de leurs idées - de théories philosophiques, sociologiques, anthropologiques, qu'ils tiennent pour essentielles. Idées, théories, qui s'en reviennent en France sous de nouveaux oripeaux - les origines étant oubliées, sinon connues que par leurs traductions... Plutôt que de s'en remettre à celles-ci, revenons aux sources mêmes !
    Ce retour aux sources anime ce livre tout entier (en reprenant l'esprit du premier tome). Il présente à tous ceux qui sont intéressés par le consommateur et la consommation plusieurs des grands auteurs français les plus souvent cités, exploités de part le monde dans les travaux dédiés au développement de ce champ. Le lecteur pourra ainsi trouver dans ce second tome : des figures du tournant structuraliste comme Greimas, Floch, Baudrillard ou Girard et encore Bourdieu ; celles du tournant postmoderne et de la french theory avec Derrida, Deleuze, Lyotard mais aussi Foucault et Maffesoli ; des représentants du tournant pragmatique aux noms de Ricoeur, Boltanski et Thévenot ainsi que Callon et Latour ; et enfin un détour par la pensée systémique proposée par Edgar Morin.
    Avec ces différents chapitres du tome 2, le voyage théorique initié dans le tome 1 se poursuit alors, portant de nouveaux jeux de bascule entre la pensée des structures agençant ce monde et la réhabilitation des acteurs (et sujets) reconnaissant une puissance d'agir sur ce monde. Chemin faisant, il sera aussi possible de découvrir des approches pragmatiques mettant les objets et les choses du marché sur le devant de la scène...
    L'objectif de ces chapitres retours sur les grands auteurs est de fournir aux étudiants, doctorants et chercheurs un soubassement théorique aux approches socio-anthropologiques et philosophiques de la consommation (regroupées sous la dénomination Consumer Culture Theory).

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty