FeniXX réédition numérique (Écritures)

  • Les amours d'un troubadour : Bernard de Ventadour

    Robert Chantalat

    Parution : 27 Novembre 2020 - Entrée pnb : 19 Novembre 2020

    C'est à l'instigation de Florence Vaudet, petite-nièce de Robert Chantalat, dépositaire de son oeuvre, employée au sein du secteur littérature de la Médiathèque du Grand Troyes, qu'est publié ce livre, paru une première fois en 1941, écrit dix-sept ans plus tôt, alors que l'auteur n'avait que vingt ans. Robert Chantalat (1904-1980), qui a travaillé avec son père et son frère dans un garage de Saint-Ouen, féru de chasse et de pêche, avait une passion pour l'Histoire et les vieilles pierres. Il ne pouvait traverser une ville ou un village, sans en visiter tous les monuments. C'est en 1937 qu'il s'est implanté en Corrèze, en achetant le château du Bois Noir à Perpezac-le-Blanc, qui resta dans la famille pendant près de quarante ans. À cette époque, outre les aventures romancées de Bernard de Ventadour (XIIe siècle) que nous rééditons aujourd'hui, Robert Chantalat avait déjà écrit L'âme de la tour d'Yssandon (roman publié en 1924), Sous les ombrages d'Ermenonville et d'Aix-les-Bains (roman publié en 1929), et Vercingétorix (une pièce en trois actes publiée en 1933). Dans cette fiction historique, l'auteur nous emmène sur les traces du célèbre troubadour : du château et du moutier de Ventadour, jusqu'à l'abbaye de Dalon en Périgord, en passant par la cour d'Éléonore de Guyenne (Aliénor d'Aquitaine) à Bordeaux, les croisades en Terre sainte et le palais du comte de Toulouse, on suit les péripéties amoureuses, poétiques et militaires d'un héros éternellement séduisant.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les États de la création théâtrale contemporaine ont rassemblé à la Chartreuse, en juillet 1994, plus de cent cinquante participants, dont une large majorité d'auteurs. L'objet était de réfléchir sur les conditions matérielles de l'écriture dramatique, et sur les filières destinées aux textes écrits aujourd'hui pour le théâtre, avec le concours de toute la profession : auteurs, metteurs en scène, directeurs de théâtre, responsables de sociétés d'auteurs, représentants du ministère de la Culture et de la Francophonie, responsables d'associations. Cette première rencontre a permis de faire un constat, souvent assorti de colères, d'impatiences, de souhaits, un constat nécessaire au-delà duquel se profilent des amorces de solutions, des pespectives, et des propositions pour l'écriture dramatique actuelle.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le quart Sud-Ouest

    Pierre-Yves Roubert

    Parution : 26 Mars 2021 - Entrée pnb : 20 Mars 2021

    « Pas à l'aise avec les cadres de passage, trop récent pour être admis chez les notables, j'aurais pu trouver saumâtre mon existence en Corrèze, et vouloir déguerpir au plus vite, suivant en cela certaines relations éphémères, qui n'avaient tenu - dans le bas-Limousin - que l'espace d'une saison. Ce qui me retint finalement, outre le site admirable, fut une certaine forme de paresse. Je n'avais peut-être pas dégoté les deux ou trois personnes, qui font que l'on s'attache à un endroit, quel qu'il soit. Mais lorsque je regardais la carte du monde, je ne décelais pas de point plus attrayant que celui où je me situais. Mixant dans tous les sens les climats, les habitants, les conditions, je sortais toujours le même numéro de mes combinaisons. La boule ralentissait au 46, hésitait au 24, et s'arrêtait sur le 19. Tout ça, parce qu'on finit toujours par aimer, dans un réflexe opportun de subsistance, les lieux où la vie nous emmène. En poussant la réflexion, je me rendais compte que si la question « Où vivre ? » était réglée pour moi, sa corollaire « Pourquoi vivre ? » me tarabustait. » Ce quart Sud-Ouest est une précieuse chronique : celle, désenchantée, de la vie de province qu'accompagnent les désillusions d'un fonctionnaire ayant choisi l'exil volontaire en Corrèze, et devenu enfin adulte. Les lieux, les habitants et leurs comportements sont décrits en autant de tableaux, où la finesse du trait et la saveur du regard entraînent le lecteur dans un univers familier : gageons qu'il s'y reconnaîtra et qu'il découvrira sa ville comme jamais auparavant... »

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Jeanne a dit : «Je ne serai jamais adulte».

    Muriel Rigal

    Parution : 31 Décembre 1997 - Entrée pnb : 27 Janvier 2017

    Jeanne, 10 ans, fille de mineur, mène une existence calme et heureuse avec ses parents, son petit frère, ses amis, au milieu des corons et des terrils dans un paysage triste et sans lumière. Un jour, la maladie s'installe, non dite, insidieuse. On la déracine, on l'envoie dans une clinique du sud de la France, dans un paysage de rêve. C'est alors que le cauchemar commence. L'établissement est inhumain. Elle se rebelle, fugue, on la rattrape. Le système est simple : il faut rentrer dans le moule, ici on fabrique des adultes. Jeanne refuse. Sa solution : le rêve, puis la perte de la réalité. Un désir : rejoindre le nid de l'aigle, là-haut dans la montagne. Elle apprend la nature, les animaux singuliers, les plantes. Marcher, avancer coûte que coûte, ne plus se retourner. Mais le rêve se casse. On vient la rechercher. On la ramène dans son pays. Tout a changé, elle est devenue une étrangère. Elle connaît à présent l'imposture, la cruauté, le mensonge. Un roman sur l'injustice. Le regard d'une enfant sur l'univers impitoyable des adultes.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le moi de la femme

    Pierre-Yves Roubert

    Parution : 1 Janvier 1996 - Entrée pnb : 26 Mai 2016

    « Depuis la dernière soirée chez Jackie pourtant, je me surprenais à rabâcher intérieurement mes théories sur la condition féminine telle que je la concevais. Comme si j'avais besoin de vérifier leur bien-fondé. Tiens, tiens... Cela m'arrivait auparavant, mais le phénomène s'intensifiait me semblait-il. Et tandis que je dictais un texte ou déclinais une table de multiplication, je me répétais que, oui décidément, la vie sans homme s'avère la seule concevable, rien ne vaut la disponibilité d'esprit et la liberté d'aller et venir. Plus embêtant, je restais quelques secondes interloquée, lorsqu'à la fin de la récitation de celui que j'avais désigné pour cet exercice devant ses copains, je découvrais subitement que je n'avais pas écouté un traître mot prononcé par l'innocent, qui attendait, anxieux, mon commentaire. Fallait-il lui dire : « L'amour, tu sais, ça n'existe pas, ou pas comme on l'imagine » ? Lui faire partager mes analyses ? Quelle horreur ! « Excuse-moi mon chéri, bravo pour ta poésie, veille simplement à ne pas parler trop vite. » Je m'en voulais de cette distraction ; je ne pourrais plus revendiquer aussi fermement le parcours sans faute auquel je m'astreignais jusque-là. » Irène est institutrice. Divorcée depuis 5 ans, elle a banni les hommes de son existence. Il n'y a que son métier, ses enfants, sa mère et son amie Jackie. Jusqu'au jour où... Démarre alors une exaltante remise en cause, une histoire d'amour démesurée qu'il s'agit de faire durer le plus longtemps possible. Malgré les contraintes et les antagonismes d'une vie de femme. Elle est lucide, elle sera forte. Roman tout aussi bien de la solitude que de la passion, ce texte magnifique nous permet de rentrer dans les pensées et préoccupations essentielles d'une femme d'aujourd'hui, qui est celle de toujours. Pierre-Yves Roubert s'est glissé dans sa peau, il a suivi son infatigable mouvement de balancier entre l'amour et le désir, le quotidien et l'absolu. L'homme est devenu femme.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty