Hachette Jeunesse

  • Poppixie t.9 ; Amore contre les dragons

    Collectif

    Parution : 14 Mars 2012 - Entrée pnb : 7 Décembre 2015



    Ce matin, Amore survole la Prairie des Grands Lacs, un plan à la main. Une frontière invisible sépare cette région en deux : elle est couverte de glace d’un côté, et pleine de volcans en ébullition de l’autre.
    — Atchoum ! éternue Amore, le nez tout rouge. La Grotte de la Louche ne doit plus être très loin, poursuit-elle, concentrée sur sa carte.
    Ses assistants, Wiki le hibou et Otis l’hippopotame, l’accompagnent à contrecœur. C’est assez désagréable de passer d’un froid polaire à une chaleur étouffante !
    — Ça y est, on y est ! s’exclame la Pixie en atterrissant devant l’entrée d’une grotte. Venez vite, j’ai hâte de trouver la louche magique !


    — Je n’aime pas cet endroit… proteste Wiki. Pourquoi est-ce que tu tiens tant à cette louche, Amore ? Tu en as déjà plein au Love Shop !
    — C’est vrai, répond-elle, mais celle-ci est capable de choisir toute seule ses ingrédients ! Imagine un peu : il suffira que je lui commande un sortilège, et la louche se chargera de préparer la potion, même si je n’en connais pas la recette ! Pratique, non ?

    prêts illimités - durée illimitée
    1 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe


  • © Hachette Livre 2013 pour la présente édition.
    ISBN : 978-2-01-203266-8





    Cet ouvrage a initialement paru en langue italienne en 2010
    sous le titre La bambina drago.
    © 2010, Edizioni EL S.r.l., Trieste Italy.
    Traduction : Anouk Filippini
    Illustrations : Desideria Guicciardini
    Conception graphique : Audrey Thierry
    Hachette Livre, 43 quai de Grenelle, 75015 Paris











    Dans lequel nous rencontrons une petite fille vraiment méchante


    Au pays des poissons de jade, très, très loin d’ici, vit une petite fille qui s’appelle Min et qui est probablement la petite fille la plus méchante qu’on ait jamais vue sur cette terre. En tout cas, c’est ce que pensent ses pauvres camarades de classe, qui doivent subir ses moqueries et son arrogance. Elle ne les tape pas, non, non : sa spécialité, c’est de blesser les autres avec des mots. En disant des choses dures, vexantes. Min est très douée pour pointer les défauts de chacun. Par exemple, elle appelle Chao, qui est un peu rondouillet, « un goret bien gras ». Liu, qui est timide, est traitée de « petite cruche vide ».
    Certains enfants se sauvent pour aller pleurer dans un coin, d’autres essaient de répondre sur le même ton. Mais c’est toujours très dangereux avec Min, car elle est la plus rapide lorsqu’il s’agit de trouver de nouvelles insultes.
    Les parents de Min, Lao et Chu, écoutent les autres parents se plaindre, mais ils ne veulent pas regarder la vérité en face. Ils se disent que ce sont des histoires d’enfants et qu’il faut les laisser régler ça entre eux…
    Dommage, car s’ils s’y étaient intéressés, ça aurait sans doute été une autre histoire. Mais puisque c’est justement celle-là, il est temps de la raconter.





    Dans lequel Min fait une chose vraiment impardonnable

    prêts illimités - durée illimitée
    1 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Poppixie t.1 ; le secret d'Amore

    Collectif

    Parution : 1 Octobre 2010 - Entrée pnb : 7 Décembre 2015


    Les noms et personnages PopPixie™ sont des marques déposées de Rainbow S.p.A.
    © 2009-2010 Rainbow S.p.A. Tous droits réservés.
    PopPixie™ est une licence de Rainbow Spa publiée par Hachette Livre.
    http://www.poppixie.com/
    © Hachette Livre, 2010, pour la présente édition.
    Traduction : Maria Grazzini
    Création graphique de la série : François Hacker
    Hachette Livre, 43 quai de Grenelle, 75015 Paris.
    978-2-012-02267-6

      












    Ce matin, dans les rues de Pixieville, on entend déjà le bonjour joyeux de Livy, le Pixie des messages : il arrive en flèche sur son parchemin volant et pile devant le Love Shop.
    À l’intérieur, Amore fabrique ses philtres d’amour pendant qu’Otis, l’hippopotame, passe un petit coup de balai.
    — Salut, tout le monde ! Voilà le courrier du jour ! s’exclame Livy en rentrant. Amore, est-ce que tu as quelque chose à envoyer ce matin ?
    La Pixie de l’amour est toute timide.
    — Et bien… il y aurait peutêtre… ça !
    Elle passe derrière le comptoir et sort quelque chose qui a l’air d’être très, très important.
    Livy et Otis échangent un regard complice. Ils s’écrient en chœur :

    — Une lettre pour Robinson !
    Tout le monde à Pixieville sait qu’Amore est amoureuse de lui.
    — Donne-moi ça ! dit Livy en tendant la main.
    — Je préfère peut-être attendre demain… murmure la Pixie en cachant l’enveloppe derrière son dos.
    Livy soupire :
    — Tu me dis la même chose… TOUS LES JOURS ! Un peu de courage, Amore, allez !

    Amore hoche la tête de gauche à droite. Elle ouvre un tiroir pour ranger sa lettre, mais… Boouum !
    Des dizaines, des centaines, des MILLIERS de lettres atterrissent sur le comptoir et un peu partout dans la boutique. Elles sont roses, blanches ou décorées de petits coeurs, et elles sentent bon la rose. Toute la pièce se remplit de parfum : Otis et Livy toussotent et se bouchent les narines. Livy fait la grimace.
    — Amore ! Il va bien falloir les lui envoyer un jour, tes lettres ! Il te plaît, tu lui plais… Tu n’as pas compris que vous êtes faits l’un pour l’autre ?
    Livy est interrompu par quelqu’un qui sonne à la porte du Love Shop.
    —Bonjour, tout le monde !
    C’est Robinson.
    Oh, non, il ne faut PAS qu’il voie toutes ces lettres ! Amore les ramasse à toute vitesse. Otis, lui, ne perd pas une minute et se met à discuter avec Robinson pour le distraire et l’empêcher de voir la scène.

    — Ça va ? Tu te promènes ?
    Derrière son comptoir, la pauvre Pixie est rouge comme une tomate, ses ailes moulinent à toute vitesse et la soulèvent de terre. De la fumée commence à sortir de sa tête… il faut vite faire quelque chose ! Heureusement, Livy intervient et traîne son amie dans l’arrièreboutique.

    — Excuse-nous une seconde, Robinson.
    PSCHIIIIIT !
    — Ouf ! dit Livy après avoir aspergé la Pixie avec un extincteur magique. Ça va mieux, Amore ?
    — Non, non et NON ! hurle-t-elle, complètement paniquée. Qu’est-ce qu’il fait ici, dans ma boutique ? Et qu’est-ce que je vais faire, moi, hein ?
    — Tu pourrais peut-être… aller lui parler !
    La Pixie crie encore plus fort :
    — Quoi ? Mais je n’y arriverai jamais ! Je vais faire une crise de… rage de dents, non… de varicelle ! JE NE PEUX PAAAS !
    Mais, sans l’écouter, Livy la pousse vers Robinson.

    La Pixie de l’amour s’arrête devant lui, les ailes tremblotantes d’émotion.
    — Tout va bien ? lui demande Robinson d’une voix douce.
    — Hem… oui, bien sûr ! Tu as besoin d’une potion magique, Robinson ?
    — En fait… je voulais te proposer un rendez-vous. Il prend une grande inspiration, puis il dit très vite :
    — Est-ce que tu veux venir avec moi au lac Arc-en-Ciel, ce soir au coucher du soleil ?
    Amore rougit jusqu’à la racine de ses cheveux roses.
    — On pourra se baigner, cueillir des framboises, se baigner encore… Ce serait chouette ! Ça te dit ?
    — Si ça me dit ? BIEN SÛR ! répond la Pixie, ravie.
    — Génial ! dit-il en se dirigeant vers la sortie.

    Bing !
    « Zut, la porte était fermée ! » pense-t-il en la prenant en pleine figure.
    — Alors, à ce soir, Amore !
    La Pixie de l’amour est folle de joie.
    — Oh, là là ! Dites-moi que ce n’est pas un rêve ! Ce soir, je vais au lac avec Robinson ! Je vais me baigner… Me baigner ? Mais je ne sais pas nager, moi !
    Le rêve d’amour de la Pixie vole en éclats, et ses petites ailes recommencent à mouliner de plus belle…

    prêts illimités - durée illimitée
    1 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Poppixie t.5 ; la jalousie d'Amore

    Collectif

    Parution : 1 Juin 2011 - Entrée pnb : 7 Décembre 2015





    Lockette et Amore survolent la forêt qui entoure Pixieville.
    — Voilà le campement des Pixies ! s’exclame Lockette en indiquant un petit chalet dans une clairière. Et voilà Robinson !
    — Quoi ! Comment ?! Robinson ? s’écrie Amore. Où ça ?
    La PopPixie de la force sentimentale est si émue à l’idée de voir son amoureux qu’elle en oublie de remuer ses ailes et… Badaboum ! Elle tombe dans un buisson, la tête la première. Pendant qu’elle essaie péniblement de se relever, quelqu’un lui tend la main pour l’aider. C'est Robinson !
    — Qu’est-ce que tu fais là, Amore ?
    — C'est... c’est pour le stage de survie en forêt…, bredouille-t-elle, rouge comme une tomate.

    — Bienvenue au Camp Pixie ! reprend-il, ravi de la voir. Venez avec moi toutes les deux, poursuit-il en s’adressant à Lockette et à Amore. Je vais vous présenter aux autres participants.

    prêts illimités - durée illimitée
    1 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe


  • Cet ouvrage a initialement paru en langue italienne en 2010
    sous le titre Il dono della figlia del re.
    © 2010, Edizioni EL S.r.l., Trieste Italy.
    © Hachette Livre 2012 pour la présente édition.
    Traduction : Anouk Filippini
    Illustrations : Desideria Guicciardini
    Mise en pages : Audrey Thierry
    Hachette Livre, 43 quai de Grenelle, 75015 Paris
    ISBN : 978-2-0120-3017-6













    Il est un pays chaud et lointain où règne un roi bon et sage. Ce roi a sept enfants, six garçons et une fille, qu’il a eus de sept femmes différentes. C’est un roi vieux et fatigué, et il sent que sa fin est proche. Il doit donc choisir celui qui le remplacera. La couronne devrait revenir à son fils aîné, comme il est d’usage, mais ce roi est un peu spécial : il a toujours considéré tous ses enfants comme égaux.

    Il les fait venir et leur annonce :
    — Mes enfants, il ne me reste plus beaucoup de temps à vivre. Je veux que vous alliez de par le monde et que chacun de vous me rapporte un cadeau, la chose la plus précieuse que vous trouverez. Vous devez être de retour dans trente jours… après il se pourrait que vous ne me trouviez plus. Celui d’entre vous qui me trouvera le plus beau cadeau gagnera ma couronne.
    Les mères des six garçons se mettent immédiatement à se chamailler : « Mon fils est plus grand que le tien, il va gagner, c’est sûr… » ; « Mon fils est encore petit, c’est injuste ! ». En effet, l’âge des garçons va de dix-sept à douze ans, certains sont robustes et d’autres faibles, certains futés et d’autres pas très malins. Bref, la compétition n’est pas très équitable. Mais le roi tranche :
    — Femmes, taisez-vous. Je suis un roi bon et sage, et je saurai juger lequel de mes fils me rapportera le cadeau le plus précieux.
    C’est alors que s’avance la maman de la seule fille, une petite de dix ans qui s’appelle Uma.
    — Bon roi, dit-elle. S’il est vrai que tu es sage, Uma a donc elle aussi le droit de participer et de devenir reine !
    À ces mots, tout le monde se met à rire : d’abord les mamans, puis les plus grands et pour finir les plus jeunes… Une fille, devenir roi… ou pire, reine ! Quelle blague ! Mais le roi lève la main pour les faire taire et il dit :
    — Tu as raison, septième épouse. Depuis la reine de Saba, aucune femme n’a régné, mais ce n’est pas une raison pour que cela n’arrive plus jamais. Uma peut participer. Mes enfants, je vous veux tous ici dans trente jours avec vos cadeaux. Je vous souhaite bonne chance. Que le lion ne vous dévore pas, que les zombies ne vous effraient pas, que le vautour ne vous mange pas les yeux !

    Les mères des garçons s’éloignent alors en chuchotant et en lançant des regards de travers à Uma et à sa maman. Elles sont habituées à être tenues à l’écart et s’en fichent.
    De retour à leur hutte, Uma qui jusque-là n’a rien dit prend la parole :
    — Maman, tu veux vraiment que je devienne reine ?
    — Pas forcément, répond sa maman. Je veux juste que tu aies les mêmes chances que les autres. Ce n’est pas parce que tu es une fille que tu ne dois pas régner. La reine de Saba était une femme belle, intelligente et courageuse.
    — Mais moi je ne suis encore qu’une enfant, proteste Uma.
    — Une enfant belle, intelligente et courageuse, affirme sa maman.
    — Je dois vraiment y aller toute seule ?
    — Il y a un tas de choses qu’on doit faire seul, Uma. Même si tu ne trouves pas le cadeau le plus beau, même si tu ne deviens pas reine, je suis sûre que ce voyage te sera profitable, maintenant et plus tard. Ce sont les choses que nous faisons par nous-même qui nous font grandir. Allez, préparons ton voyage !
    De quoi donc a besoin une enfant de dix ans qui va affronter les lions, les serpents et les rhinocéros ? De beaucoup et de peu de choses. Les armes sont inutiles, elles sont dangereuses et une enfant ne sait pas s’en servir.

    Non. Il vaut mieux prendre une crème aux herbes qui ramollira les pieds après une longue marche ; un ocarina pour faire une jolie musique le soir et se sentir moins seule ; une couverture en crins de girafe pour s’y envelopper la nuit et avoir chaud, une grande gourde d’eau et une réserve de galettes afin de boire et manger.
    — Quant au reste, conclut la maman, la Savane veillera sur toi ! Sois attentive, sois maligne, sois rapide et reviens-moi.
    Le lendemain matin, Uma s’en va, toute seule, chercher le plus précieux des cadeaux pour son père mourant.


    prêts illimités - durée illimitée
    1 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
empty