Kinoscript

  • Contes et nouvelles en vers

    Jean de La Fontaine

    Parution : 29 Décembre 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Il y a des textes qui surgissent de l'oubli des tombeaux de l'histoire littéraire pour nous enseigner l'injustice de la gloire littéraire. Les Contes en font partie. Tous le monde connaît les Fables, à tel point que le vulgaire les confond... Et pourtant, tout les sépare. Quand les premiers sont un manifeste d'un libertin baroque épicurien, les seconds respirent le consensus de la leçon de morale destinée au Dauphin. L'interdiction des uns répondent à l'approbation des autres. Le loup au renard.A découvir donc, sans modération. L'un des Trésors de la langue française resté encore intact de toute glose parascolaire! Pour les lecteurs qui pensent comme Céline que "Rabelais a raté son coup" et que le sérieux de Boileau l'a emporté dans la littérature française.Retrouvez l'actualité littéraire anticonformiste sur www.stvpress.com

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Tristan et Yseut

    Joseph Bédier

    Parution : 20 Janvier 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Il y a des textes qui servent de matrice à une civilisation. Le Roman de Tristan et Yseut fait partie de ceux-là. Avant lui, l'amour est une histoire de lupanars et de bordels, de courtisanes et d'amantes achetées. L'union amoureuse entre un homme et une femme devient alors possible "sans raison", ni pouvoir, ni finance, ni société. Parce que c'est elle, parce que c'est lui.Mais c'est aussi la vision de la femme qui change : d'esclave qu'elle était, elle devient maîtresse. Faible, elle se mue en volonté de puissance dangeureuse. D'ailleurs, elle est l'agent de la subversion : c'est Yseult qui boulverse l'odre conjugual en trompant Marc...A tous les amants du monde : si vous souhaitez construire des existences heureuses et amoureuses, il vous faudra passer devant ce monument littéraire que constitue Tristan et Yseut. L'ouvrage d'ailleurs en donne la description dans son excipit : deux tombes dont les ronces s'entremêlent.O.S.V

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Essais

    Michel De Montaigne

    Parution : 18 Janvier 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Montaigne est l'auteur d'un seul livre. Ou presque. Qu'il n'a cessé de retravailler toute sa vie, à la différence de nos philosophes contemporains qui ne cessent de pondre des livres pour gagner de l'argent. L'idée derrière ces tentatives d'écriture? La connaissance de soi, la volonté de mener des exercices spirituels quotidiens pour parvenir à la vie heureuse. Contrairement à Descartes au siècle suivant, Montaigne ne cherche pas à se rendre comme maître et possesseur de la nature. C'est le souci de soi qui l'anime. L'amour, la mort, le désir, le changement de sexe, la jalousie, les passions tristes que sont la politique et le pouvoir, voilà ce sur quoi se penche Montaigne avec une simplicité déroutante. A mettre sur sa table de chevet, en bonne place, entre la bible et l'oreiller.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Andromaque

    Jean Racine

    Parution : 17 Janvier 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    A l'époque où le XVIIe siècle se fait libertin, 1667, Racine décide de s'emparer de la matière troyenne (et d'Andromaque, la veuve d'Hector) pour mettre au point la plus vaudevillesque des tragédies classiques, où tout le monde aime quelqu'un d'autre et personne n'est aimé de qui que ce soit.Mais au-delà des tragédies de la passion que Racine met si bien paroles et en actes, il y a le souci éminement moderne d'humaniser un théâtre qui ne laissait guère de place à l'homme, tel qu'en lui-même, avec sa chair et son sang. Qui n'en vaut aucun mais que aucun ne vaut. A lire et à voir donc. A apprendre par coeur aussi. Pour ceux qui croient encore à la grandeur de l'alexandrin racinien, à son plus beau moment ici.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Gorgias

    Platon

    Parution : 9 Janvier 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Ce que Platon a réussi à faire oublier, ce sont ceux-là même qui lui faisait de l'ombre, au Ve siècle sur l'Agora : les Sophistes. Gorgias, mort à 108 ans, fut l'un des plus célèbres d'entre eux, une véritable star intellectuelle, un mélange de Michel Onfray et de Brad Pitt. Au profit d'un Socrate dont il sculpte la statue à loisir, sans contrainte - Socrate, le vrai, est mort. Au profit de sa philosophie, de l'idéalisme, du dualisme. Donc, un dialogue à lire entre les lignes. En sachant que, lorsque Socrate parle, c'est Platon qui pense et quand Gorgias et Calliclès s'expriment, leurs pensées est présentée fidèlement, mais toujours décontextualisées.Ce livre fut le livre de chevet de Nietzsche. Et pour cause. Son concept de volonté de puissance en provient directement.Retrouvez l'actualité littéraire anticonformiste sur www.stvpress.com

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Satiricon

    Pétrone

    Parution : 23 Février 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Il y a des livres qui surgissent du néant pour créer une postérité littéraire sans précédent. Le Satiricon fait partie de ceux-là : on ne sait rien de vraiment sérieux sur son auteur, à part quelques suppositions qui ont varié avec le temps et les professeurs d'universités. Le texte, lui aussi, est balafré de part en part, pourri de lacunes que les siècles eux n'ont pas réussi à combler. Restent des extraits. Dont l'ensemble forment une oeuvre surprenante de modernité. Au détour d'une page, on tombe nez à nez avec un loup-garou saisi d'un délire urinatoire. Ou alors, on se prend à écouter des parodies de déclamationes que chérissaient tant les Romains de l'Empire... Sans parler de sexe, qui fit la réputation sulfureuse de Pétrone. Ce n'est pas pour rien que Pascal Quignard en fait l'origine du roman, sous le signe de la satire, du mélange des genres, pour le dire à la mode d'aujourd'hui, forgeant une généalogie vertueuse du vice.La traduction de Héguin de Guerle a les charmes grivois de la belle infidèle. A déguster avec parcimonie.OSV

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le manifeste du philosophe-voyou

    Raphaël et Olivier Saint-Vincent; Michel Onfray

    Parution : 15 Décembre 2011 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Ce texte s'origine dans le désir de rendre la philosophie populaire. Populaire parce qu'elle touche à de vraies questions. L'amour, la mort, le désir, le politique, l'éducation, le sexe. Ou le suicide. Et non à des interrogations pour spécialistes, luxueuses, spécieuses, universitaires. Populaire aussi parce qu'il s'agit de « mettre la philosophie dans la rue », selon l'expression des auteurs. Pas la rue des politiciens. Mais celle de ceux qui y vivent, qui y sont, tous les jours, à toutes heures ; la rue de cette population urbaine condamnée à oeuvrer pour sauver sa peau, à besogner pour se procurer une âme. Et qui, à force d'entendre des murmures de voix futiles et fallacieuses se payer leurs têtes, ont fini par se détourner du fondamental. La rue du malfrat.D'où la création d'une nouvelle figure, en contre à ce nihilisme pérenne et chronique. Celle du philosophe-voyou. Figure de l'oxymore, capable seule d'obvier à cette situation.Alliage entre deux figures de l'opposition : le philosophe pour l'abstrait, et le voyou pour le sensible. Synthèse soumettant la thèse suivante aux lecteurs : le mal n'est pas mauvais, il permet même d'atteindre la vertu.Afin de projeter ces concepts sur la scène humaine, il fallait donc une forme sanguine, du premier degré. Un style polémique et sincère. De l'attaque et de l'offense. Il fallait un pamphlet. Pour introduire ainsi le combat en philosophie en même temps que la philosophie dans le monde de la cogne.Voici le philosophe-voyou - disciple renégat de Michel Onfray et de l'hédonisme - qui vous propose un art de vivre le quotidien dans le plaisir et la souffrance, pour le meilleur et pour le pire.2e édition, enrichie des réponses aux objections de Michel Onfray

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'Unique et sa propriété

    Max Stirner

    Parution : 10 Février 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Ce texte fut le livre de chevet de Mussolini et de Hitler. Celui des anarchistes aussi. Loin d'avoir été "récupéré", c'est que, comme un trésor, il contient en lui la recette pour "réveiller" l'individu de son sommeil dogmatique dans lequel deux mille ans de religion et trois mille ans de religion étatique ont plongé l'humain. Qui d'ailleurs aujourd'hui ne croit pas que la Sécurité Sociale et l'Ecole n'aient une légitimité transcendentale? Sans parler des impôts... Stirner met à nu nos croyances les plus élémentaires, encore, 160 après. Faites de beaux rêves Monsieur Hollande.Retrouvez l'actualité littéraire anticonformiste sur www.stvpress.com

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Mateo Falcone

    Prosper Mérimée

    Parution : 19 Mars 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Il y a des livres dont la postérité littéraire n'interroge plus personne et qui, propulsés au beau milieu de la scène culturelle parisienne de notre temps, provoqueraient des hauts-le-coeur mêlés à des plaintes de bien-pensants. Mateo Falcone fait partie de ceux-là. Quand les médias déversent leurs invectives sur une jeunesse capable de mourir pour un regard dans le métro parisien, Mérimée fait l'éloge d'un peuple qui se transcende par une valeur bien oubliée : l'honneur. Ou comment un père tue son fils pour n'avoir pas su mourir pour la dignité de sa famille. Retrouvez l'actualité littéraire anticonformiste sur www.stvpress.com

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Bel-Ami

    Guy de Maupassant

    Parution : 28 Mars 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Bel-Ami, c'est un mélange savant entre une version « réaliste » de Don Juan, façon XIXe, à la française et d'un Rastignac fin de siècle, sincère dans son goût obstiné pour le mensonge opportun, nitzschéen dans sa volonté désirante que rien ni personne ne semble pouvoir arrêter. Rappelons l'intrigue : un pauvre petit sous-officier, Georges Duroy, se hisse au rend de magnat de la presse et de riche rentier au moyen de nombreuses ruses et manipulations dont les femmes sont le principal rouage.Mais si l'être de papier, Duroy, que crée Maupassant semble se plier avec devoir à la maxime flaubertienne du « Mme Bovary, c'est moi », le divorce entre l'auteur et son héros est discrètement consommé dès les premières pages : avec une minutie de chirurgien Maupassant dissèque le comportement d'un salaud pour lequel il n'a que de l'antipathie. Et alors, l'arsenal de subversion entre en scène : le capitalisme, la bourgeoisie, les scandales politico-financiers de la fin du XIXe siècle, tout est patiemment démonté par Maupassant, qui propose au fil du roman, un véritable traité de la nature humaine. Et le tableau qui peu à peu se dessine sous les yeux du lecteur doit plus aux Vanités du XVIIe siècle qu'à Manet ou Courbet : l'homme est par nature enclin à faire le mal, car sa propre survie lui importe plus que tout.La présente édition reprend l'édition de 1885 chez Victor Havard.Ce livre s'adresse aux lecteurs qui pensent que la contestation est une affaire récente et politique. Maupassant fait la démonstration que la littérature a les moyens de subvertir l'ordre ambiant, sans violence ni révolution. Dans le silence de la lecture.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Pierre et Jean

    Guy de Maupassant

    Parution : 22 Mars 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    On connaît bien le Maupassant pour collégien. Celui du Horla et des nouvelles fantastiques. Le Maupassant amusant et délassant. Qu'on lit pour fuir l'ennui. Mais, on ignore tout de l'autre Maupassant. Le schopenhauerien. Pessimiste. Sombre et mélancolique. Solitaire et flaubertien. Réaliste et perspectiviste. Qui pense que le vie ne vaut la peine d'être vécue et qui écrira dans La Solitude : « Notre grand tourment dans l'existence vient de ce que nous sommes éternellement seuls, et tous nos efforts, tous nos actes ne tendent qu'à fuir cette solitude ». Ce Maupassant là, c'est celui de Pierre et Jean.Dans ce roman, Maupassant abat clairement ses cartes : « Bourgeois, je te hais. Et je te déclare la guerre ». Bien-sûr, une guerre d'idées et de mots. Mais une guerre quand même. Guerre à l'hypocrisie et au mensonge. Guerre au paraître et aux convenances. Guerre à la gentillesse civilisée d'une société, qui, pour se rassurer, ne cesse de produire des mythes auxquels elle finit par croire. Ainsi Pierre et Jean, tel un nouveau couple fratricide et biblique dévoilent-ils peu à peu les failles d'une famille, les Roland, métonymie d'une époque, dont le seul dieu semble être l'argent.L'édition présente reproduit le texte original, publié initialement en feuilleton dans La Nouvelle Revue à la fin de l'année 1887 et au début de l'année 1888.A l'issue de la lecture de Pierre et Jean, se livre une certitude : derrière le prétendu réalisme de Maupassant se cache un faiseur d'allégories, un fabricant de symboles, détenteur des arcanes de la misère humaine. Méfiance donc.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La Philosophie dans le boudoir

    Marquis de Sade

    Parution : 20 Mars 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    La philosophie dans le boudoir fait partie de ces livres dont tout le monde parle sans jamais les avoir lus. Il est de bon ton d'enfiler la redingote du Divin Marquis, de prendre des airs de sinistre gentilhomme et de répandre deci delà que Sade reste d'actualité. Encore et toujours. Certes, la cause est entendue. Sade, c'est pour les rebelles. Les insoumis de la colonne de Juillet. Les guerrilléros du dimanche. Et cela, si on s'en tient aux premières impressions d'une lecture hâtive : Sade, un mélange de porno et de philo. Mais l'effroi s'empare du lecteur, à une lecture plus attentive.Pourquoi? Car, La philosophie dans le boudoir, est une machine de guerre contre bien-pensants. Une mécanique fatale et impitoyable à broyer de la pensée unique. Pour fabriquer des forces vives. Que Sade nous apprend-t-il de la pauvreté? Une excuse que les faibles aiment bien donner à leur langueur; et la peine de mort alors? Une absurdité. Non parce qu'elle serait une insulte aux droits de l'homme, mais qu'elle se livre comme apanage de l'Etat sur l'individu. En somme, Sade lui préfère la justice directe, qui ne fait guère bon ménage avec une quelconque législation. Et ce qui choque, c'est plus la violence d'une philosophie à laquelle rien ne prépare, que la cruauté de scènes d'amour "sadiques".L'édition ici proposée reprend celle de 1795. L'oeuvre s'y donne dans toute sa polyphonie : tantôt "nouvelle" érotique, puis pièce de théâtre à huis clos et enfin dissertation philosophique. On retrouve même le genre du pamphlet politique avec le célèbre texte "Français, encore un effort pour devenir républicains", où l'ironie de Sade fouette tous-azimuts, à la gauche comme à la droite du Roi...OEuvre réservée à des lecteurs avertis et endurcis au politiquement incorrect.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le dit et le non-dit

    Catherine Ribes-De Palma

    Parution : 14 Mars 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    PrésentationImprévue est une revue nouvellement née.Une de plus sur le marché de la littérature et de la culture ?Une parmi tant d'autres ? Peut-être pas.Revue littéraire et artistique, ses objectifs sont multiples : bâtir une passerelle entre des artistes anglophones et francophones, quels que soient les domaines, littérature, poésie, essais, peinture, photographie ou autres et rassembler des artistes et des écrivains débutants avec d'autres plus chevronnés, sortes de mentors. Il s'agit surtout de nous faire plaisir tout en espérant ravir nos lecteurs.Le numéro 2 d'Imprévue se penche sur le dit et le non-dit, ce couple infernal de la littérature et de l'art en général, inséparables accolythes et, dans le même temps, ennemis jurés. Car comment faire coexister sur la même page, ce qui s'écrit et ce qui se tait? Comment apprendre à lire entre les lignes? Pour répondre à cela, Catherine Ribes-De Palma, la fondatrice et rédactrice en chef de la revue, a convoqué penseurs, écrivains, poètes, photographes, dessinateurs de tous les continents, parmi lesquels vous trouverez notamment le dessinateur Plantu, l'écrivain américain Georges Foy ou l'acteur John Malkovitch.Imprévue est une revue annuelle

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Anglais Nodism

    GLJ Foy

    Parution : 7 Mars 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    The Occupy movement notwithstanding, the Twenty-first Century is managing to accomplish what no other century has achieved: it is annihilating meaningful protest, paring it down to insignificance. No force nor person seems able usefully to contest the current global structure, be it economic, political or social. Each attempt seems only to reinforce the system it protests, and eventually be absorbed by it. And all the while, the clock that counts down minutes to mankind's ecological doomsday ticks relentlessly on...From this desolate scenario is born Nodism: A Manifesto. The last hope. The ultimate chance. To lay groundwork for a real alternative to the globalized, Western-driven, style of life, despite the consensus view which sees this, at best, as the only system possible; at worst, as a tragedy whose outcome is set in stone.The real problem Nodism addresses? The vast organizations, governmental and business and in between, whose vast, overall and destructive impact follows from one crucial fact: over the last century they have become autonomous, non-human systems. They have turned into a new life-form, in fact as well as theory. They have become Orgs.The true solution? Nodes: the Orgs' opposite in size and intent. Tiny, rhizome-like micro-resistances. The seeding of an archipelago of small, independent, groupings of people brought together by work, or environmental issues, as well as the need to live self-sufficiently, and humanely, and as independently as possible of this vast and crushing life-form. But to do this we must rethink the whole notion of the individual as defined by the Orgs who isolate and control the humans deemed to run them. We have to think of ourselves as members of small groups, and a web of small groups, liberated to some extent by new technologies of self-sufficiency as well as by tenets of this manifesto, who can to a significant extent wrest control of our daily lives from the monstrous and inhuman hand of the Org.Using more than twenty years of research and thought on the subject, Foy has come up with a book at once lively and hard-hitting, a subtle call-to-arms. Nodism proves that the future of humanity does not lie with giant multinationals or government agencies but with ourselves. Gullivers take note: the Lilliputians are on the warpath.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les Fumées du Falerne d'or

    Danielle Porte

    Parution : 24 Février 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Dans notre société où l'utilitarisme a détrôné toutes les autres valeurs, la poésie latine fait figure d'antidote : d'abord parce qu'elle ne sert à rien ; et puis parce qu'elle nous oblige à nous arrêter de nous affairer, à prendre le temps de vivre.C'est exactement ce à quoi Les Fumées du Falerne d'or nous convient : au loisir, à la pause spirituelle, à la suspension du trouble que génèrent nos vies. Pour s'assoir un instant à l'ombre d'un pin, sous le crissement des cigales, nez à nez avec une fille d'auberge, une coupe de cristal à la main. Ou bien alors renifler les vapeurs de quelques liqueurs venues des dieux et que tout l'or du monde ne saurait remplacer.Danielle Porte, avec son humour légendaire, a choisi et traduit des vers de poètes latins, de Plaute à Ausone en passant par Virgile, Ovide et tous ces poètes inconnus, injustement condamnés à errer dans les couloirs du temps, l'âme en peine, d'avoir subi les ravages des choix littéraires de leur époque.La visée de ce recueil n'est pas de choquer dans les foyers, faisant la démonstration d'une Rome dépravée, comme c'est souvent le cas depuis quelques décennies, lorsque l'on parle de poésie en latin. Danielle Porte a voulu un bréviaire de l'éternel, où nous, lecteurs si lointains, nous touchions du doigt un autre monde, celui des Anciens. Et c'est grâce à de très belles traductions que nous découvrons dans les Romains nos alter ego, l'espace d'un poème, où plus rien ne semble séparer nos destins.En fait, ce qui se dévoile au lecteur, c'est un héritage, celui d'une culture, qui, malgré le vent et la marrée, fait son chemin jusqu'à nous, inéluctablement.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Anglais 52 Weeks

    Dominique Lecomte

    Parution : 4 Janvier 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    52 Weeks is the much anticipated coffee table book calendar, and ready- to- frame collection of stunning photographs that transforms the ordinary into the extraordinary. Each chapter of the book opens with an original full color image, a happening of sorts followed by a short story. The simplicity of life, the strange beauty of a place, the flavor of freshly baked bread, the mood of the sky, Dominique Lecomte knows them all. His words have the humility and strength of a writer in full possession of his art; they create beauty out of the ordinary, softly, strongly, in the style of French poet Francis Ponge, who revolutionized the use of language in the 20th century. Week after week, story after story, image after image, Lecomte provides entry into a new reality. The book comes as a surprise, a truly timeless must- buy to share without restraint.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le Horla

    Guy de Maupassant

    Parution : 28 Mars 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Le Horla et autres nouvelles fait partie des incontournables de la littérature de collège. Tout bon professeur qui se respecte, sait, qu'en donnant à lire ce recueil, il conduira à la lecture bien de ses élèves. A cela, une raison : le style de Maupassant. Car qu'on n'aille pas prétendre que la jeunesse actuelle se fasse peur à la lecture du Horla. Le phrasé, les mots, le tempo musical rendent le texte « fantastique », et pour reprendre les mots de Louis-Ferdinand Céline, le lecteur est alors emporté dans la « rame émotive » menée par l'auteur. Mais, il y a aussi une autre raison de lire Le Horla. Cette raison, c'est Freud. Oui, le père de la psychanalyse aurait certainement profité d'une lecture de Maupassant. Malheureusement, nulle trace d'une quelconque filiation. On ne peut qu'en faire l'hypothèse devant une parenté si frappante. Ainsi l'interrogation constante que mène Maupassant sur la question de l'identité et de la psychose eût-elle pu influer sur la théorie de la psychanalyse... De toutes les manières, Freud a tout fait pour donner à ses thèses un apprêt scientifique : alors une origine littéraire ne pouvait que faire tache.La présente édition reprend l'édition originale de Ollendorff en 1887, dans laquelle figure la seconde version du Horla , sous forme de journal intime.Ce livre s'adresse à ceux, qui, curieux de relire un classique, souhaite comprendre comment le phénomène fantastique est intimement mêlé à une réflexion sur le sujet et l'identité.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Lucky Luciano I

    Catherine Bonfils

    Parution : 11 Janvier 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Il est des noms qui frappent l'air comme des coups de feu : "Lucky Luciano" fait partie de ceux-là. Généralement décrit comme le fondateur du crime organisé aux Etats-Unis, figure emblématique du "Syndicat National du Crime", Capo di tutti capi, Lucy Luciano, tout comme Al Capone, a cristallisé l'attention des médias, qui n'ont cessé de flétrir sa renommée à coups de préceptes et de morale.Cette série de quatre ouvrages - qui composent « son dernier testament », nous permet de voir depuis l'autre côté du miroir. Celui de l'accusé. Et, sans réhabiliter l'homme, lui laisser le droit le plus élémentaire qui soit : le droit de parole.Le premier tome de la saga, « L'enfance d'un chef », retrace l'enfance de Lucky Luciano. Parti de son état de petit immigré sicilien dans le Lower East Side à New York City, Lucky Luciano met tout en oeuvre pour s'arracher à son destin tragique, lui qui ne voulait ni d'une vie de misère, ni d'une vie d'exploité.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Lucky Luciano II

    Catherine Bonfils

    Parution : 19 Février 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Il est des noms qui frappent l'air comme des coups de feu : "Lucky Luciano" fait partie de ceux-là. Généralement décrit comme le fondateur du crime organisé aux Etats-Unis, figure emblématique du "Syndicat National du Crime", Capo di tutti capi, Lucy Luciano, comme Al Capone, a cristallisé l'attention des médias, qui n'ont cessé de flétrir sa renommée à coups de préceptes et de morale.Cette série de quatre ouvrages - qui composent « son dernier testament », nous permet de voir depuis l'autre côté du miroir. Celui de l'accusé. Et, sans réhabiliter l'homme, lui laisser le droit le plus élémentaire qui soit : le droit de parole.Dans le tome deux de la saga, « Le couronnement », c'est l'ascension fulgurante de Lucky Luciano à la tête d'un véritable empire. Empire du crime, certes, mais aussi royaume où l'illégal flirte souvent, pour ne pas dire toujours, avec la société civile, si débordante de bonne conscience, et pourtant si prompte à condamner ceux qui lui permettent de se maintenir debout. Lucky Luciano narre avec humour et ironie les histoires qui firent l'Histoire d'une ville, New York, et celle d'un pays, les Etats-Unis; et que l'on chercherait, en vain, dans les manuels scolaires...

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les Fleurs du Mal

    Charles Baudelaire

    Parution : 24 Janvier 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Avez-vous lu Les Fleurs du Mal? On se contente généralement de quelques poèmes appris par coeur, la main sur la poitrine : L'Albatros par exemple. Au mieux La Chevelure... Mais, on ignore bien souvent, sous ce vernis scolaire, la sombre immensité de ce recueil à jamais égalée. Trop dangereux. Encore et toujours. C'est vrai, après tout, Baudelaire n'a que faire de l'ordre moral, lui qui passait le plus clair de son temps dans les bras des courtisanes, à proposer une autre manière de vivre, à l'écart des normes et des livres de lois.Contrairement à bien des rééditons des Fleurs du mal, cette réimpression digitale reproduit l'édition posthume de 1868, communément appelée la 3e édition. C'est elle qui a retenu notre attention. Car, en son temps, elle se donnait comme défense et illustration du génie baudelairien, orchestrées par les amis proches de Charles Baudelaire. Contre les censeurs. Contre les bien-pensants. Il s'agit donc, aussi, d'un hommage, en 2012, à l'aube de ce siècle de toutes les crises.Dans le cadre de la collection « 3 raisons », le texte est préfacé par Nathalie Vincent-Munnia, Lecturer à Boston University, anciennement Maître de conférences en littérature française à Clermont III. Avec le regard de la spécialiste, Nathalie Vincent-Munnia nous donne trois bonnes raisons de lire Baudelaire par temps de tempête, le nôtre, celui des crises.Les Fleurs du mal resteront à jamais le bréviaire poétique des révoltés et des insoumis, de ceux qui ne s'accommodent guère de l'ordre ambiant et des injonctions sociales.A mettre entre toutes les mains, à commencer par celle des professeurs de Lettres.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les maximes du philosophe-voyou

    Raphaël et Olivier Saint-Vincent

    Parution : 27 Novembre 2011 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Partant du principe que la philosophie n'a jamais pris le chemin qu'elle aurait dû suivre, les Jumeaux Saint-Vincent proposent un premier opus de maximes, ce genre oublié, relégué aux moralistes. La pensée n'est plus contrainte de se plier à une forme, mais jaillit dans sa pleine puissance, s'attaquant à tout, frappant tout ce qui bouge. La philosophie s'y donne comme un art de vivre - dangereusement certes, comme une médecine de l'âme, dont la vocation avouée est de revenir un jour au sein de la société, telle qu'elle se donnait à Athènes, au Ve siècle avant notre ère.C'est le sixième ouvrage des Jumeaux Saint-Vincent, qui vient s'ajouter à une oeuvre surprenante, où le muscle ne cesse de s'immiscer dans la pensée, où le close-combat le dispute au cinéma et à la philosophie.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le Kamasutra

    (Anonyme) Vâtsyânana

    Parution : 4 Juillet 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Le Kama Sutra est l'un des ces rares ouvrages dont le titre est devenu un nom commun, et la définition, bien différente du contenu. Un joli divorce du fond et de la forme. C'est sûr, l'Europe, et, pour faire dans la synecdoque, le monde occidental en général, entretient un rapport complexe avec la sexualité; empreinte de puritanisme religieux et baignant dans la pornographie en même temps.En fait, le problème est plus profond qu'il n'y paraît. Il remonte aux temps où les clercs passèrent au crible la littérature grecque et latine, effaçant toute trace d'Art d'aimer. Ces manuels de poésie et d'amour, qui dessinaient des existences heureuses, dans des contours harmonieux où l'esprit et le corps ne faisaient qu'un. Des sortes de manifestes hédonistes auxquels on eût ajouté la dimension « guide pratique ».Et c'est l'une des mille et une raisons de lire le Kama Sutra : ce texte est une réponse à la question « comment mener une vie heureuse? ». Dans nos sociétés nihilistes, où les religions organisent, bon gré, mal gré, leurs disparitions, où la philosophie n'est plus médecine, mais rhétorique, où les valeurs d'amour sont subordonnées à la performance, et au rendement, le Kama Sutra fait figure de fondement moral et politique. On y trouvera, par exemple, un chapitre sur le « bon citoyen »... De quoi déranger notre vision très rationnelle de la cité, dans laquelle le désir (Kama) ne semble pas avoir sa place. De quoi déranger François Hollande au petit-déjeuner...Certes, l'on peut toujours lire l'ouvrage comme un guide sexuel - mais ce qui fait sa force et sa supériorité par-dessus tout autre texte de ce genre, c'est que le spirituel est la charpente des positions amoureuses. Comme si, à chaque station sexuelle correspondait une attitude philosophique : le désir ne peut se satisfaire de lui-même, donnez-lui pour objet sa propre essence, et vous perdrez alors toutes ses vertus. Le Kama Sutra propose donc une relation différente au désir - et l'on est quinze siècle avant Freud. Une relation de l'harmonie, de la confiance, de la paix. En trouvant le plaisir de l'autre, je découvre aussi une part de moi-même.La présente édition est une traduction anonyme du texte anglais, produit par Richard Francis Burton, en 1876 de l'ouvrage généralement attribué à Vâtsyânana. Rappelons pour mémoire que le texte fut interdit encore jusqu'au milieu du XXe siècle.Ce texte est le contraire véritable de la pornographie actuelle, obnubilée par l'argent et non par le bonheur. Chers lecteurs, lisez et pratiquez ces préceptes (Sutra) dans vos vies quotidiennes.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'Art de la guerre

    Sun Tzu

    Parution : 3 Juillet 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Notre civilisation occidentale, européenne et américanophile s'est accaparé L'art de la guerre de Sun-Tzu : après tout, c'est symapthique, faire la guerre sans violence, utiliser la force de l'adversaire, fonder sa puissance sur l'équilibre du bien et du mal... Séduisant et charmant, on y croirait presque. Mais, s'arrêter là, c'est un peu comme se planter sur la place Tian'anmen, prendre une photo et revenir en sa terre avec l'orgueil du touriste ignorant qui a visité un pays comme si c'était le sien. Avec les mêmes yeux. Ce qu'il a compris, il l'a compris en comparant. Le saut dans le vide ce n'est pas pour lui.D'où les récupérations de Sun Tzu. On l'applique à l'économie, l'entreprise, la politique. Euphorique d'avoir une fondation exotique et orientale à notre mode de pensée occidental, on peut ainsi justifier tout et son contraire : le licenciement professionnel en douceur, par exemple. Pauvre Sun Tzu, il doit se retourner dans sa tombe, déshonoré d'être enrôlé de force dans une guerre sale qu'il n'aurait certainement jamais menée.Alors, la première des choses à faire : lire ou relire L'Art de la guerre sans glose ni commentaire, dans sa version la plus pure, brute de pensée commune, libre et libéré du politiquement correct. Et une fois confronté dans la solitude de cette lecture au texte original, c'est la révélation. Ce livre est un mystère irréductible. Pourquoi? Car c'est un mélange de traité de stratégie, mais aussi de philosophie et de religion. Et on ne peut pas lire Sun Tzu sans le filtre du taoïsme, cette théo-philosophie millénaire que les Européens pensent assimiler à l'aide deux ou trois concepts vendus en kit pour athées-nihilistes en mal de sensations spirituelles. Ainsi, Sun Tzu procède de cette dernière, du non-agir, du quiétisme, de l'harmonie... Difficile à faire manger à la même table que le conseiller stratège du roi Helu qui avait besoin de gagner ses guerres et qui commandita l'ouvrage...L'acceptation du mal, voilà le véritable enseignement de Sun Tzu : halte à une civilisation où la moraline a toujours maille à partir avec chacun de nos actes. Invitation à s'en affranchir. Martyriser tes ennemis? Pourquoi pas... à condition de ne plus en avoir besoin. C'est ainsi qu'il faut le formuler, afin de ne pas laisser ce doute traitre s'enraciner : L'Art de la guerre serait un traité de stratégie militaire "humaniste". En fait, pour Sun Tzu, l'ennemi ne m'importe pas en tant qu'être humain, mais en tant que futur esclave...La présente édition reproduit l'édition de 1772, d'après une traduction de Marie-Jospeh Amiot, sous le titre Les Treize articles de Sun-Tse.Ce livre, diffusé dans les écoles militaires depuis le XVIIIe siècle est plus libertaire que moralisateur. Il s'adresse donc en premier chef à notre jeunesse pleine de bonnes intentions, mais aussi apathique que croupissante.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Eugénie Grandet

    Honoré de Balzac

    Parution : 28 Juin 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Pendant longtemps, on fera d'Eugénie Grandet le chef-d'oeuvre de Balzac, à l'instar d'Emile Faguet, sous la Troisième République, pour qui, d'ailleurs, l'on pouvait résumer la Comédie humaine à ce roman-là en particulier. Pourquoi un tel enthousiasme, et, dans le même temps, un tel réductionnisme? Car, Balzac réussit dans ce roman de jeunesse mûre, il a alors trente-cinq ans, à jouer sur tous les tableaux, sans choquer, et sans renoncer pourtant à sa griffe incisive qui fait de ses scènes, des satires de la Restauration.L'intérêt de l'oeuvre est que les coups portés par Balzac à la société des années 30 nous font toujours mal, presque deux cents ans après. La cupidité du père Grandet, fin en affaires, âpre au gain, schizophrène dans son rapport à l'argent, cachant la fortune qu'il vénère, c'est un peu chacun de nous, produits de cette même civilisation où l'argent est roi et le profit souverain. L'innocence d'Eugénie, c'est celle de la jeunesse de notre siècle, incapable de mettre en doute le réel, avalant sans digérer des mètres cubes d'information via l'internet, susceptible de tomber amoureuse, comme elle, du premier cousin venu par Facebook interposé. In relationship with...Charles Grandet, le cousin, c'est ce jeune homme à la mode qui promet le mariage à sa germaine - proie facile, et qui finit par oublier ses folies d'ado pour prendre un bon parti. Le genre col Mao en 68, Rotary Club en 2008. Le genre révolutionnaire du dimanche matin rue Mouffetard. Qui vous laisse dans la bouche une amertume franche et détestable.L'humanité en prend donc pour son grade, et c'est cela que l'on aime sous la plume de Balzac. Ce réalisme sauvage dans sa violence. Ce talent d'enchanteur rusé, de compteur primesautier. Et la modernité d'un texte, qui, par bien des côtés, donne des dimensions chabroliennes à une fiction "comique", autant que peut l'être cette comédie humaine.La présente édition reprend le texte de l'édition Charpentier, parue en 1839. Avec ce livre, Blazac dévoile l'origine des bobos, ces bourgeois si bohème, détenteurs de fortune, mais amateurs d'infortunes.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty