SKA

  • Les petites chattes ou Les amours secrètes d'un gentleman

    Edward Sellon

    Parution : 1 Septembre 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015



    Sir William est amateur de jolies jeunes filles... Il raconte ses parties fines dans sa propriété de Twickenham.

    Maintenant, mes amours, leur dis-je en les embrassant, qu'allons-nous faire d'abord ? Avez-vous faim ? Voulez-vous manger ? Cette offre parut leur donner grande satisfaction et les prenant toutes deux par la taille je les conduisis à ma chambre. Pâtés, fraises à la crème, abricots disparurent en moins d'un instant. Tandis qu'elles mangeaient, je les explorais, caressant le derrière velouté de la jolie brunette, ou introduisant mon doigt dans le con à peine ombré de la belle blonde. Cette dernière s'appelait Blanche et l'autre Cerise. J'étais transporté de plaisir et me tournant de l'une à l'autre, je les couvrais de baisers. La collation enfin terminée nous allâmes dans le jardin où je leur fis voir toutes les curiosités sans oublier la statue de l'impudent Priape dont la grotesque apparence les fit beaucoup rire, avec son vit tout redressé ; puis je proposai de les balancer un peu sur l'escarpolette.
    Edward Sellon est ce qu'on qualifie parfois un écrivain d'« arrière boutique », arrière boutique du libraire sur les rayons de laquelle on trouve cette littérature marginale et sulfureuse pour les Tartuffe. Le mépris à son égard est inutile car "les paralittératures sont de la littérature, quoi qu'on en pense" selon Daniel Fondanèche, auteur de Paralittératures (Vuibert - 2005). (Extrait de la préface de Max Obione)

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Revival

    Gilles Vidal

    • Ska
    Parution : 22 Octobre 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015



    Un crime que votre entourage veut occulter à toute force peut révéler au final votre talent de vengeur golfique.

    Il vérifia que le père Noël dormait toujours dans le cagibi à la porte verrouillée, puis alla à la salle de bains où il prit une douche qui dura un bon quart d'heure - s'il ne se morigénait pas, il était capable d'y rester chaque fois une heure, tant il avait l'impression que jamais, ô grand jamais, la crasse ne parvenait à s'ôter de la peau de son corps pour de bon.
    Séché, vêtu comme pour un réveillon, il rejoignit le vaste salon-salle à manger, se servit un martini blanc gin avec un zeste de citron, y plongea un glaçon, et alla s'asseoir sagement dans un coin de son canapé Chesterfield vert bouteille.
    Il lissa son pantalon aux plis impeccables et attendit.

    Gilles Vidal maîtrise son sujet avec brio, un style d'une grand efficacité au service d'une histoire au cordeau et enfin une chute noire implacable.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Biribi

    Georges Darien

    Parution : 23 Septembre 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Froissart, le double romanesque de George Darien, raconte ses 33 mois passés dans l'enfer du bagne militaire de Gafsa, dans le sud tunisien à la fin XIX° siècle...Terrifiant !
    Ils se sont précipités sur moi, trois ou quatre, m'ont ramené les bras en avant et m'ont serré les poignets dans la chaîne infâme.
    - Encore un cran ! N'ayez pas peur de tirer dessus. Ça lui apprendra à rouspéter.
    Ça ne m'apprendra rien du tout. Ce que ça pourrait m'apprendre, je le sais depuis longtemps : c'est que le jour où j'ai jeté bas mes effets de civil pour endosser l'habit militaire, j'ai dépouillé en même temps ma qualité de citoyen et que, étant soldat, je suis un peu plus qu'une chose, puisque j'ai des devoirs, mais beaucoup moins qu'un homme, puisque je n'ai plus de droits.
    Le gendarme qui doit m'escorter m'a conduit à l'entrée de la cour, devant la route qui traverse la Kasbah et m'a fait asseoir sur une grosse pierre.
    - Attendez-moi là.
    J'attends. On doit me prendre pour une bête fauve exhibée à la porte d'une ménagerie pour attirer les curieux.
    « Je ne sais si c'est un livre, je voudrais que ce fut un cri. » Biribi est certes un roman, mais un roman vrai, un reportage romancé, décrivant l'horreur de ces établissements tortionnaires. L'oeuvre de George Darien, « est le plus rigoureux assaut que je sache contre l'hypocrisie, l'imposture, la sottise, la lâcheté » selon André Breton. Conclusion de la préface de Max Obione.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Margot la ravaudeuse

    Fougeret De Monbron

    Parution : 23 Septembre 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015



    Margot Tranchemontage vend de la joie, son corps délicieux est un instrument virtuose du plaisir. Comme elle a fait ses humanités son récit est nourri des références de son époque.

    ....malgré notre patience et notre courage mutuels, nous n'avions fait encore que de bien médiocres progrès, et je commençais à désespérer que nous pussions couronner l'oeuvre, lorsque Pierrot s'avisa de mouiller de sa salive la foudroyante machine. Ô nature ! nature, que tes secrets sont admirables ! Le réduit des voluptés s'entrouvrit ; il y pénétra : que dirai-je de plus ? Je fus bien et dûment déflorée. Depuis ce temps-là, je dormis beaucoup mieux. Mille songes flatteurs présidaient à mon repos. Monsieur et Madame Tranchemontagne avaient beau faire craquer le lit dans leurs joyeux ébats, je ne les entendais plus.
    Margot de Fougeret de Monbron peut se lire comme une parfaite pépite pornographique autant que comme une satire du roman libertin qui dépasserait ses intentions, tellement c'est drôle, touchant et osé, le tout emballé sans temps mort dans une langue virtuose et d'une lisibilité absolue. Conclusion de la préface de Paul Seudon.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Boule de suif

    Guy De Maupassant

    Parution : 15 Juin 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Une « grosse fille » au grand coeur flouée par l'égoïsme bourgeois. (Préface Max Obione)

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Gamiani

    Alfred De Musset

    Parution : 15 Juin 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Mourir d'amour, tel est le but de la comtesse Damiani au cours de deux nuits d'excès. (Préface Max Obione)

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La chaîne du froid

    Sylvette Heurtel

    Parution : 15 Juin 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Les amants saignants sont bourrés de vitamines. Et elle a la manière de les assaisoner !

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La chandelle

    Auteur Anonyme

    Parution : 19 Juin 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Il s'en passe de belles et bonnes dans l'atelier du photographe en cette fin du XIXème siècle. Il faut tenir la pose...

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Hauts-Lieux

    Damien Ruzé

    Parution : 19 Juin 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Fin de cavale sur les falaises normandes, le saut de l'ange est mortel. De l'action...

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Jérusalem café

    Gérard Streiff

    Parution : 20 Juin 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Ranimer la mémoire d'une histoire à vif contre l'oubli des crimes nazis.Week-end noir en Alsace. Un fois l'an, des anciens de 1968 ont rendez-vous du côté de Strasbourg, pour une séquence nostalgie. Parmi eux un flic dont l'enquête sur des crimes alambiqués patine; un psy qui s'épuise à lutter contre l'omerta locale; un toubib qui a viré humanitaire au fin fond du Congo. Le trio se retrouve au « Jérusalem », le dernier café d'un drôle de village, hanté par d'étranges randonneurs. Mais est-ce une si bonne idée de se réunir là ? A croire que leur rencontre réveille les démons, ravive les souvenirs, du temps où la SS dirigeait l'université alsacienne.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Gaufre royale

    Max Obione

    Parution : 20 Juin 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Abel Salinas mène l'enquête de sa vie mais la gourmandise est un vilain défaut !

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Lêda

    Pierre Louÿs

    Parution : 20 Juin 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Du bon usage d'un col de cygne lubrique par une nymphe accueillante.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Lover d'Oz

    Ava Ventura

    Parution : 19 Juin 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015


    L'insatiable Oz mène la ronde des plaisirs. Jusqu'à la frénésie...

    Stupidement, il ramassa la robe, et la posa sur un fauteuil de rotin. Il sentait son pantalon se tendre douloureusement, et plus que tout il eût aimé se mettre nu. Laisser son érection se déployer à son aise dans la tiédeur de la nuit d'été, plonger à son tour dans l'eau fraîche... Il aurait voulu rejoindre la femme dont les seins luisaient comme deux collines sous la pluie, alors qu'elle faisait la planche au milieu du bassin.
    - Je n'ai pas mon maillot !

    Ava Ventura peine à se dissimuler derrière le visage d'Oz. Oz est son double dont elle narre les galipettes pour le plaisir des amateurs.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Petites et grandes

    J. Le Nismois

    Parution : 21 Juin 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    A l'école du sexe, la valeur n'attend pas le nombre des années, surtout si l'on est bien éduquées... (Préface Jan Thirion)

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Tentacule-moi

    Max Obione

    Parution : 21 Juin 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    « L'amour chez les calmars fait toujours couler beaucoup d'encre » José Noce

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le passé attendra

    Jeanne Desaubry

    Parution : 25 Novembre 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015



    Pas facile d'éteindre le feu lorsqu'on est soi-même de braises.

    GENOVA VUIBERT, LIEUTENANTE DE LA CRIM', VIENT TEMOIGNER dans un procès d'assises à Draguignan. En attendant, elle réside au Mas des oliviers, une auberge de charme dans l'arrière-pays de Bandol, appartenant à de vieux amis. Enfin le farniente bien mérité. Hélas ! Dans ce paradis terrestre, le serpent ne tardera pas à siffler la descente aux enfers. Gen n'avait prévu, ni de se laisser séduire par une strip-teaseuse, ni de risquer sa vie dans l'espoir de sauver celle de sa fille, encore moins d'affronter la mafia, arme à la main, ni enfin d'endurer la trahison d'une amitié. Dans une Provence en proie aux incendies, elle est devenue la cible des parrains du crime. Marc Perrin, son collègue dépêché spécialement de Paris, tentera d'éteindre les flammèches que sème l'impétueuse Gen Vuibert.

    Dans cette enquête sous tension, Jeanne Desaubry dresse le portrait d'une héroïne dont la pugnacité est un pied de nez à tous les résignés du destin.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Eteignez mes yeux !

    Claude Soloy

    Parution : 25 Novembre 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015



    Les rapports mortels entre un peintre et son modèle.

    CONTEMPLER SON PORTRAIT ACCROCHE AU MUR, c'est sympathique, à moins qu'on y reconnaisse sa propre peau. Un artiste fou, adepte de la peinture au couteau, est à l'oeuvre pour extraire les sucs et la lumière si chère aux Impressionnistes. Deux étages à gravir et la toile prend vie, le temps que Karène H, la cinquantaine lumineuse et les yeux joliment bridés, vêtue d'un kimono rouge fourré d'astrakan, tienne la pose... Au fil des jours s'afficheront les visages des passants musardant dans le quartier des Brocantueurs où s'activent Marie-Antoinette, généreusement prostituée, et d'autres malfrats de petite envergure. Des têtes fraîchement coupées y trônent aux vitrines, entre deux chandeliers Napoléon III, tandis que Claude Monet et Marcel Proust conversent au sujet des saisons qui passent et de la neige qui tombe.

    Avec sa riche palette littéraire, Claude Soloy brosse le portrait obsessionnel d'un peintre en mal d'inspiration. Mortel !

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Pour quelques doigts

    Baptiste Madamour

    Parution : 26 Février 2015 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Heures brulantes de l'apprentissage du corps de l'autre, le premier soir, quand l'autre ne craint aucune audace... LE CUIR GLISSE SUR SA PEAU, puis s'enfonce, elle veut que je lui fasse mal, elle me dit de lui faire mal, elle veut avoir des marques sur sa peau, que ça laisse des traces, qu'au moins quelque chose laisse des traces, elle veut que ce soit douloureux, elle veut ressentir, je serre plus fort. Elle est entravée, les poignets ligotés aux montants du lit.
    Je prends ses collants, je m'en sers de bandeau que je noue autour de ses yeux. Quand on dit qu'un auteur est prometteur, on s'attend à ce que la promesse s'accomplisse. Constatons que Madamour est au rendez-vous dans cette nouvelle érotique. Il impose une proximité indéniable avec ses personnages, le lecteur est pris dans les méandres du désir et de la désillusion amoureuse.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Un jeu d'enfant

    David Coulon

    Parution : 26 Février 2015 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Aller et retour dans le train de nuit où sévit un tueur en série... un suspense glaçant ! BIEN SUR, J'AVAIS REPERE cette jolie petite brune avant le départ du train, mais je n'aurais jamais imaginé qu'elle voyageât seule. Les cris furent horribles, insoutenables. Ce fut tout d'abord une supplication teintée d'onomatopées larmoyantes. Mais le tueur était insensible : tout le monde savait ça. Et aux petites larmes succédèrent un grand cri, puis des hurlements aigus, assourdissants, hystériques. De petits piaillements crissants. Le cri aigu se confondit bientôt avec les frictions des roues sur les rails. Puis il n'y eut plus rien.
    À ma grande surprise, mon coeur ne s'emballa pas, l'adrénaline ne s'épancha pas dans mon sang, et je m'endormis précipitamment. David Coulon nous livre une nouvelle noire au suspense glaçant. Ici pas d'intrigue foutraque ou de héros déjanté comme dans les précédentes, mais du noir, du vrai. David Coulon a obtenu en 2015 le prix VSD Coup de coeur de Franck Thilliez pour son roman Le village des ténèbres paru chez Les nouveaux auteurs.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'édile

    Sullivan Rabastens

    Parution : 28 Octobre 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Le jardinier municipal, carbonisé de désirs, déclare sa flamme à Madame le Maire. JE NE PUIS M'EMPËCHER d'imaginer quantité de choses, lorsque le matin, je vous vois passer devant moi pour rejoindre votre bureau, splendide dans vos tailleurs sévères. Sous votre allure fière de femme autoritaire, j'ai remarqué ces regards chauds qui m'enflamment... Rabastens n'est pas adepte des périphrases et autres chemins détournés, il écrit au lance flamme, c'est direct, et c'est chaud ! Le début d'une idylle pour l'édile ? À suivre !

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Gaspacho

    Valérie Allam

    Parution : 28 Octobre 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    L'estouffade d'oseille est une soupe qui, telle la vengeance, se mange froide.J'AI TROUVE LE SAC de sport dans le coffre, passé la bandoulière autour de mon cou. Mon bras droit n'était pas opérationnel et j'avais besoin de l'autre pour progresser dans le noir. Mais plutôt crever que leur laisser le fric que ces enflures avaient gagné avec mon cul. L'histoire se déguste à petites cuillerées, tous les ingrédients y sont. Louisa Kern vous a mitonné un mini polar gaspacho des plus savoureux. Froid mais gouteux.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Frangines

    Manon Torielli

    Parution : 10 Mars 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Les apparences sont trompeuses. Planter, percer la mauvaise viande, il savait faire. En revanche, il avait oublié que les plaies ouvertes ne se referment jamais... IL COMPTAIT FRAPPER DEUX FOIS. Deux armes pour percer sa viande à deux endroits bien précis, toujours les mêmes. Il les dégustait d'avance, ces deux boutonnières qu'il allait lui faire, et ensuite la trachée, là-haut, à lui décoller le colbac de sa fiole moche.
    « Ça, c'est pour Gio', pour son palpitant tout chaud qui ne savait que vouloir du bien à tout le monde ! Ça, c'est pour Adda, pour sa gorge qui savait si bien pousser des goualantes à faire bicher les anges ! Et ça, c'est pour elles deux, qui en avaient avalé des couleuvres dans leur chienne de vie, et à qui on venait encore de voler leur voix, leur air et leur âme de gosses. »
    Les choses s'étaient passées comme ça, à peu de chose près. Voici « Frangines », Noir de SuiTe n°2. Manon Torielli, c'est tout le sulfureux, tout l'improbable de cette collection, et quelque chose qui n'appartient qu'à elle. Sans doute une manière très particulière de faire saillir les ambiances, de cercler les personnages suivant une mécanique implacable.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La dame de pique

    Alexandre Pouchkine

    Parution : 27 Janvier 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Obtenir la martingale gagnante par tous les moyens, voilà le ressort criminel qui propulse le héros désargenté... jusqu'aux extrémités.
    ON JOUAIT CHEZ NAROUMOF, lieutenant aux gardes à cheval. Une longue nuit d'hiver s'était écoulée sans que personne s'en aperçût, et il était cinq heures du matin quand on servit le souper. Les gagnants se mirent à table avec grand appétit ; pour les autres, ils regardaient leurs assiettes vides. Peu à peu néanmoins, le vin de Champagne aidant, la conversation s'anima et devint générale.
    « Qu'as-tu fait aujourd'hui, Sourine ? demanda le maître de la maison à un de ses camarades.
    - Comme toujours, j'ai perdu. Cette nouvelle est connue comme l'une des plus marquantes du grand Pouchkine. Tout son univers romanesque parait y être contenu. La société tsariste est illustrée à travers une galerie de portraits d'une certaine aristocratie désoeuvrée s'enivrant dans le jeu d'argent. La fin tragique du héros précède celle de l'écrivain, annonçant la révolution bolchevique qui balaiera cette caste. (Préface de Gus Dusemeur)

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Schizo

    Jan Thirion

    Parution : 27 Janvier 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Les fantasmes BDSM de Diane trouvent dans une paire de ciseaux l'instrument de sa vengeance.IMMOBILE SUR LE LIT strié par les ombres du store, l'homme l'attendait dans sa combinaison de latex noir. C'était ainsi depuis deux semaines. Une cagoule recouvrait sa figure hormis les yeux qu'il avait d'un vert profond. Diane ne saurait jamais s'il se couchait ainsi harnaché le soir ou s'il ne revêtait cet habit d'homme-grenouille qu'au petit matin, juste avant sa venue. Elle n'avait jamais vu son visage. Son identité lui était inutile. Peu lui importait. Ce qui ressortait de ce corps plastifié, c'était le sexe au repos,... Jan Thirion n 'a pas son pareil pour pervertir un récit embarquant le lecteur sur de fausses pistes, entre fantasme et réalité. Un ton, un trouble, une atmosphère, du suspense, un malaise, un rebondissement, en quelque pages l'équivalent d'un film de Brian de Palma. Du grand art.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty