• Tranchecaille

    Patrick Pécherot

    Parution : 12 Juillet 2013 - Entrée pnb : 19 Mars 2014

    Chemin des Dames, 1917, l'offensive du général Nivelle tourne à l'hécatombe. Dans l'enfer des combats, un conseil de guerre s'apprête à juger le soldat Jonas, accusé d'avoir assassiné son lieutenant. Devant l'officier chargé de le défendre défilent, comme des fantômes, les témoins harassés d'un drame qui les dépasse. Coupable? Innocent? Jonas est-il un simulateur ou un esprit simple? Le capitaine Duparc n'a que quelques jours pour établir la vérité. Et découvrir qui est réellement celui que ses camarades ont surnommé Tranchecaille.

    Trophée 813 du meilleur roman noir francophone

    25 prêts - 3650 jours
    5 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La vie tranchée

    Bénédicte Des Mazery

    Parution : 30 Octobre 2020 - Entrée pnb : 20 Septembre 2020

    Août 1917. Louis, jeune soldat en convalescence à l'hôpital, reçoit une lettre de l'Infanterie le nommant lecteur dans une commission de contrôle postal aux Armées.
    Lui qui a subi durant trois ans l'enfer des tranchées se retrouve dans un bureau, comme les embusqués si critiqués. Désormais, il va ouvrir jusqu'à quatre cents lettres par jour. Traquer les indiscrétions et le découragement, caviarder les passages indésirables, saisir les courriers pacifistes, désigner les soldats aux propos jugés non conformes au moral des troupes et de l'arrière. Les mois se succèdent, marqués par l'arrivée d'une séduisante jeune femme et la visite de Fernand, son compagnon de tranchées.
    Jusqu'au jour où, poussé par un événement inattendu, Louis regarde autrement les mots qui défilent quotidiennement sous ses yeux.

    Un roman poignant, qui donne la parole aux anonymes du front : les lettres ouvertes par Louis sont toutes extraites de courriers saisis par l'armée durant la guerre de 1914-1918.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les Croix-de-feu à l'âge des fascismes

    Albert Kéchichian

    Parution : 29 Novembre 2014 - Entrée pnb : 8 Décembre 2016

    Qui a inventé la devise « Travail Famille Patrie » ? Ce ne sont pas les fondateurs du régime de Vichy en 1940. C'est, entre 1932 et 1934, le colonel de La Rocque, chef des Croix-de-Feu, une association d'anciens combattants décorés pour héroïsme pendant la guerre de 14-18. Cette ligue nationaliste est au coeur des polémiques sur l'existence d'un fascisme authentiquement français. Au nom de leurs sacrifices dans les tranchées, les Croix-de-Feu exigent un gouvernement assez fort pour garantir la sécurité de la France contre l'ennemi allemand, mais aussi contre les « ennemis de l'intérieur », communistes et pacifistes. Pour réveiller le patriotisme et intimider l'extrême gauche, les Croix-de-Feu multiplient défilés et rassemblements de plusieurs dizaines de milliers de militants. Ces attroupements sont organisés dans le plus grand secret et impressionnent par leur mise en scène (milliers de voitures en convois, manoeuvres d'avions privés). Les animateurs du Front populaire veulent y voir la préparation d'un coup d'État pour instaurer une dictature fasciste.En fait, La Rocque veut faire revivre l'Union sacrée de 14-18 pour réconcilier tous les Français au-delà des divisions sociales et partisanes. Les Croix-de-Feu se sentiraient liés par leur code de l'honneur : leurs exploits guerriers pour la victoire les obligeraient désormais à des exploits civiques pour empêcher toute révolution de type bolchevique. Après l'émeute antiparlementaire du 6 février 1934, La Rocque lance ses hommes dans une croisade caritative contre la misère, dans l'espoir de reconquérir la classe ouvrière. Les soupes populaires remplacent peu à peu les démonstrations de force. En 1936, La Rocque refuse toute riposte lors de la dissolution de son « mouvement » par le gouvernement Blum, puis s'intègre au système institutionnel en créant le Parti social français. Finalement, les Croix-de-Feu refusent le totalitarisme fasciste, parce qu'ils ont encore confiance dans la volonté des Français de se sacrifier pour la Patrie.

    30 prêts - 1825 jours
    20 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les larmes de melanie

    Vielzeuf Francoise

    Parution : 27 Septembre 2018 - Entrée pnb : 29 Septembre 2018

    Le désespoir d'une mère cévenole dont les fils font la Première Guerre Mondiale
    Les larmes de Mélanie est un roman sur fond d'histoire vraie, celle de la grand-mère de l'auteure, Mélanie, dont les deux fils partirent faire la guerre de 14/18.
    A partir de documents retrouvés au sein de sa famille, Françoise Vielzeuf a remonté les traces de son père et de son oncle qui durant 4 ans, ont connu le quotidien des batailles et des garnisons. De Verdun au chemin des Dames, comment cette maman cévenole a vécu l'angoisse de voir ses fils partir au front durant ces longues années ?
    Avec justesse et sensibilité, Françoise Vielzeuf nous fait partager la vie quotidienne de cette famille de paysans cévenols, la sienne, dont les jours étaient faits de durs labeurs, de joie lorsque les deux fils rentraient en permission et de peur, lorsqu'ils repartaient assumer leur devoir militaire.
    Un bond dans le temps de 100 ans pour ne rien oublier du passé.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le Feu

    Henri Barbusse

    Parution : 6 Mars 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Le Feu
    Henri Barbusse
    Texte intégral. Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.
    Ce livre que Barbusse, engagé volontaire en 1914 (il avait alors 41 ans et souffrait de problèmes pulmonaires)1, tira de son expérience personnelle du front, a été longuement mûri et pensé en première ligne pendant 22 mois dans les tranchées de décembre 1914 à 1916. Barbusse tout au long de l'année 1915 tient un carnet de guerre où il note des expériences vécues, les expressions des poilus, et dresse des listes diverses et variées. Ce carnet servira de base à la composition de son roman dont l'essentiel de l'écriture l'occupera durant le premier semestre 1916 alors qu'il est convalescent.
    Ce roman est considéré comme l'une des oeuvres littéraires majeures concernant la Première Guerre mondiale. Source Wikipédia.
    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Debout les morts ! Pâques rouges

    Jacques Péricard

    Parution : 5 Décembre 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Debout les morts ! Pâques rouges
    Lieutenant Jacques Péricard
    Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire. Il contient 27 illustrations.
    Jacques Péricard, combattant de la Grande Guerre, était journaliste et écrivain.
    Il effectua son service actif au 90e Régiment d'infanterie. Réserviste au 62e régiment d'infanterie territoriale en 1914, il est versé sur sa demande dans une unité d'active, le 95e RI, en octobre 1914. D'abord adjudant, il est nommé sous-lieutenant le 24 mai 1915, pour sa bravoure au Bois-Brûlé où il a crié « Debout les morts ! » le 8 avril. Ce cri est devenu célèbre par la suite.
    Debout les morts ! Pâques rouges est le deuxième de deux volumes consacrés à la guerre de 14-18. Il a été publié dès 1918 ! Vous retrouverez le premier tome de ses souvenirs dans la même collection : Debout les morts ! Face à face.
    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Debout les morts ! Face à face

    Jacques Péricard

    Parution : 5 Décembre 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Debout les morts ! Face à face
    Lieutenant Jacques Péricard
    Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire. Il contient 34 illustrations.
    Jacques Péricard, combattant de la Grande Guerre, était journaliste et écrivain.
    Il effectua son service actif au 90e Régiment d'infanterie. Réserviste au 62e régiment d'infanterie territoriale en 1914, il est versé sur sa demande dans une unité d'active, le 95e RI, en octobre 1914. D'abord adjudant, il est nommé sous-lieutenant le 24 mai 1915, pour sa bravoure au Bois-Brûlé où il a crié « Debout les morts ! » le 8 avril. Ce cri est devenu célèbre par la suite.
    Debout les morts ! Face à face est le premier de deux volumes consacrés à la guerre de 14-18. Il a été publié dès 1916 ! Vous retrouverez la suite de ses souvenirs dans la même collection : Debout les morts ! Pâques rouges.
    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'éclat d'obus

    Maurice Leblanc

    Parution : 22 Octobre 2015 - Entrée pnb : 1 Août 2016

    Maurice Leblanc (1864-1941)"Mais après tout, pourquoi ne pas vous dire mon vrai nom ? Il vous renseignera davantage : Arsène Lupin."Une aventure d'Arsène Lupin... sans Arsène Lupin ! Juste une petite apparition ! Il ne faut pas lui en vouloir... c'est la guerre ! Une histoire de guerre, d'espionnage, de vengeance... et d'amour !Mais qui est H.E.R.M. ?

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le syndrome de Caporetto

    ,

    Parution : 3 Août 2016 - Entrée pnb : 5 Août 2016

    Vous appréciez les lectures qui bousculent ? Lisez Le syndrome de Caporetto :Vous suivrez le parcours incroyable d'un jeune garçon en fuite devant la mafia sicilienne qui le talonne. Une fuite qui rejoint les spasmes du XXème siècle.Vous avez l'âme baroque ? Alors fiez-vous à ce narrateur qui reconstruit la réalité d'une vie au gré de son imagination fertile : il n'a pas fini de vous étonner. Je n'en dis pas plus : au large de la Sardaigne, avec lui vous ne repêcherez pas n'importe quel naufragé... Lady Chatterley, vous croyez tout connaître sur elle ? Quelle erreur !... Autant de rencontres de Stefano, autant d'énigmes s'ouvriront pour vous : quelle a été la « vraie » mort de Giordano Bruno ... et à quoi ressemblait la célèbre Maria Montessori...j'en oublie, mais sûrement pas D'Annunzio ou Nietzsche et tant de guides improbables qui veillent sur sa route.Vous aimez les sensations fortes ? Vous saurez tout sur les règlements de comptes entre familles mafieuses, vous saurez comment vit un ambulancier de la guerre de 14 sur le front de l'Isonzo : misère absolue et surprises atroces de la guerre. Vous croyez avoir tout lu sur le sujet, quelle naïveté ! Vous serez stupéfaits.Vous avez une âme d'esthète ? Plusieurs passages vous arrêteront dans des paysages siciliens, des lieux romains, des scènes de mer, des échappées au-delà des tranchées, etc. Autant de pauses contemplatives dans cette cavalcade furieuse des tumultes de l'Histoire.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le triangle d'or

    Maurice Leblanc

    Parution : 16 Juin 2017 - Entrée pnb : 18 Juin 2017

    Maurice Leblanc (1864-1941) "Un peu avant que sonnât la demie de six heures, comme les ombres du soir devenaient plus épaisses, deux soldats atteignirent le petit carrefour, planté d'arbres, que forme en face du musée Galliera, la rencontre de la rue de Chaillot et de la rue Pierre-Charron..." Une aventure de Lupin, le célèbre gentleman-cambrioleur, dans laquelle celui-ci n'apparaît qu'à la seconde partie. En 1915, Patrice Belval, un officier ayant perdu une jambe, sauve avec l'aide d'autres mutilés, notamment le tirailleur sénégalais et manchot Ya-bon, leur infirmière "Maman Coralie" d'un étrange enlèvement. Patrice se retrouve alors mêlé à un sombre complot visant à vider la France de sa réserve d'or... Il s'aperçoit également qu'un mystère le lie à "Maman Coralie" dont il est tombé amoureux... Arsène Lupin, alias Luis Perenna, appelé à la rescousse par Ya-bon, arrivera-t-il à débrouiller ces énigmes en 48 heures ?

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Siegfried et le Limousin

    Jean Giraudoux

    Parution : 12 Août 2017 - Entrée pnb : 14 Août 2017

    JeanGiraudoux (1882-1944)
    "C'était en janvier 1922. Déjà les civils avaient achevé d'user tout ce qui leur avait été laissé par l'Intendance de leurs vêtements de la guerre, les derniers uniformes rouge et noir qui leur restaient d'avant 1914, et leur couleur dans la vie était désormais définitive..." S. V. K., juriste allemand amnésique, pourrait-il être l'écrivain français Jacques Forestier, mort au combat ? Jean, le narrateur, le pense et s'en va, pour le rencontrer, à Munich ville qu'il a connue autrefois lorsqu'il était étudiant... C'est un voyage dans l'Allemagne de l'après-guerre, l'Allemagne des revanchards mais aussi celle des francophiles, l'Allemagne romantique de Goethe mais aussi celle de Weimar et des révolutions, l'Allemagne des souvenirs mais aussi celle de l'amnésie... Alors, qui est S. V. K. ? Siegfried von Kleist ou Jacques Forestier ?

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le diable au corps

    Raymond Radiguet

    Parution : 15 Août 2017 - Entrée pnb : 17 Août 2017

    RaymondRadiguet (1903-1923)
    "Je vais encourir bien des reproches. Mais qu'y puis-je ? Est-ce ma faute si j'eus douze ans quelques mois avant la déclaration de la guerre ? Sans doute, les troubles qui me vinrent de cette période extraordinaire furent d'une sorte qu'on n'éprouve jamais à cet âge ; mais comme il n'existe rien d'assez fort pour nous vieillir malgré les apparences, c'est en enfant que je devais me conduire dans une aventure où déjà un homme eût éprouvé de l'embarras..." Histoire d'amour entre un adolescent et une femme juste mariée dont le mari est parti à la guerre. Bien qu'étant une fiction, il est impossible de ne pas voir un côté autobiographique de l'auteur qui eut une relation, à l'âge de 15 ans, avec une femme mariée. Raymond Radiguet, mort à l'âge de 20 ans d'une fièvre typhoïde, expose, dans ce premier roman, les "contradictions" d'un adolescent : la trahison, la fidélité... l'amour, la haine... l'incertitude, la certitude...

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La grande déculottée

    Jan Thirion

    • Ska
    Parution : 1 Mars 2016 - Entrée pnb : 5 Septembre 2018

    Les orgasmes de la Capitaine Pubis ont tout pour devenir une arme de destruction massive. Eruptif !« Les joues rougissent à l'approche de la capitaine Pubis qui prend son temps pour reluquer de haut en bas chaque pioupiou. Nom de nom, ce qu'elle est jeune ! pensent tous les gars du secteur, bloquant leur respiration. Ils voudraient éviter de lui souffler dans le nez leur haleine de fosse à purin. Incommoder un si mignon petit nez serait passible du peloton pour haute trahison. « Tu crois que c'est vrai ou qu'on rêve ? - Si c'est un rêve, je ne veux jamais en sortir », rétorque Marcaillou à son voisin de droite. »Il faut tout le talent de Thirion pour faire en sorte que cette fantaisie ne ressemble pas à un crachat sur la mémoire des poilus de Verdun alors qu'on fête le centième anniversaire de cette bataille atroce. Un peu de légèreté, s'il vous plait, la Mort ! Ah si le plaisir avait pu vaincre finalement cette folie belliciste !

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Gueule cassée

    Sébastien Gehan

    • Ska
    Parution : 1 Mars 2016 - Entrée pnb : 5 Septembre 2018

    Rescapé de l'enfer de Verdun, il n'est pas seulement défiguré, il est mort vivant.« Une nuit, la septicémie l'avait enlacé dans une longue étreinte mortelle. La fièvre le faisait divaguer. Léon avait tendu l'oreille. C'était incompréhensible, même si le mot « maman » revenait souvent. Léon ne connaissait que trop ce dialecte des derniers instants. Ce sursaut de vie sortait de tous les corps agonisants en un torrent de paroles insensées avant le râle fatidique. Alors Léon s'était rendormi. Même la mort, il s'en foutait. »Peut-on encore mesurer l'horreur de la guerre quand le temps recouvre peu à peu les souvenirs ? Les combattants de la Grande guerre sont revenus bousillés, cassés dans leur chair et dans leur crâne. Sébastien Gehan évoque avec délicatesse et talent les affres d'un « revenant » au visage défiguré.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le feu

    Henri Barbusse

    Parution : 25 Mai 2019 - Entrée pnb : 26 Mai 2019

    Henri Barbusse (1873-1935)"La Dent-du-Midi, l'Aiguille-Verte et le Mont-Blanc font face aux figures exsangues émergeant des couvertures alignées sur la galerie du sanatorium. Au premier étage de l'hôpital-palais, cette terrasse à balcon de bois découpé, que garantit une véranda, est isolée dans l'espace, et surplombe le monde. Les couvertures de laine fine - rouges, vertes, havane ou blanches - d'où sortent des visages affinés aux jeux rayonnants, sont tranquilles. Le silence règne sur les chaises longues. Quelqu'un a toussé. Puis, on n'entend plus que de loin en loin le bruit des pages d'un livre, tournées à intervalles réguliers, ou le murmure d'une demande et d'une réponse discrète, de voisin à voisin, ou parfois, sur la balustrade, le tumulte d'éventail d'une corneille hardie échappée aux bandes qui font, dans l'immensité transparente, des chapelets de perles noires. Le silence est la loi. Au reste, ceux qui, riches, indépendants, sont venus ici de tous les points de la terre, frappés du même malheur, ont perdu l'habitude de parler. Ils sont repliés sur eux-mêmes, et pensent à leur vie et à leur mort. Une servante parait sur la galerie ; elle marche doucement et est habillée de blanc. Elle apporte des journaux, les distribue. - C'est chose faite, dit celui qui a déployé le premier son journal, la guerre est déclarée. Si attendue qu'elle soit, la nouvelle cause une sorte d'éblouissement, car les assistants en sentent les proportions démesurées." Henri Barbusse raconte ces longs mois passés au front, dans les tranchées. Les héros sont ses compagnons d'armes, venus d'univers différents et de tout âge. "Il faut tenir" est le principal mot d'ordre... Tenir mais aussi survivre. Un à un, ces hommes, auxquels on s'attache facilement, disparaissent, sacrifiés au dieu de la guerre. Prix Goncourt 1916

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Condé

    Jérémy Bouquin

    • Ska
    Parution : 29 Octobre 2020 - Entrée pnb : 31 Octobre 2020

    Un flic à la gueule cassée enquête sur des crimes en marge de la Grande boucherie...
    Un poste arrière, un cabanon en bois, une barre qui traverse une route défoncée.
    Les civils doivent passer par là pour se faire enregistrer. Fouille obligatoire : son sac, ses fringues, il sort tout. On n'entre pas sur un champ de bataille comme dans un grand magasin !
    Au loin gronde un souffle sourd, on canarde.
    Le sergent tousse gras. « Les gaz moutarde », qu'il explique :
    - Vous venez pour quoi ? il demande au gaillard défiguré face à lui.
    - Police...
    Le militaire rend les papiers officiels, lève la barrière.
    - Ah ! c'est vous... [...]Un texte stupéfiant et implacablement évocateur d'un malheur universel pris sur le vif. Jérémy Bouquin, on le connait, c'est un style unique en forme de série d'uppercuts qui, ici, se marie parfaitement avec le sujet. La noirceur de la Grande Guerre trouve une évocation originale à la hauteur de la trace laissée dans l'inconscient collectif.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Journal d'un officier de liaison

    Jacques Civray

    Parution : 24 Septembre 2020 - Entrée pnb : 25 Septembre 2020

    « Il est difficile de décrire l'impression que j'ai ressentie lorsque, dans la cour du quartier, le secrétaire du major est venu m'annoncer que je partais pour le front. Le front ! Mot magique, évocateur de tant de gloire et d'héroïsme, qui résume tout ce que l'être humain contient de plus noble et de plus beau : l'abstraction complète de l'individu pour la sauvegarde de la nation, l'effacement jusqu'à l'oubli volontaire de tout ce qui est nous, l'abnégation jusqu'à la mort. C'est avec une émotion mal contenue que j'ai franchi la grille du quartier et qu'en me retournant une dernière fois j'ai aperçu là-bas, sur le grand bâtiment, les trois couleurs du pavillon national !... »

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Je suis la mauvaise herbe

    Pierre Pelot

    Parution : 22 Avril 2016 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Dans la tête de Simon, petit garçon de sept ans, Brice est un héros merveilleux qui a toujours mille histoires à raconter. Et de fait, Brice en a connu des choses. Mi-colporteur, mi-chemineau, il parcourt les routes, épris de liberté. Mais la société n'est pas tendre avec ceux qui tentent de s'en écarter, et le héros du petit Simon n'est qu'un paria aux yeux de certains autres...

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La première guerre mondiale

    François Cochet

    Parution : 10 Septembre 2015 - Entrée pnb : 6 Octobre 2015

    « L'assassinat de François Ferdinand a déclenché le début des hostilités », « La guerre devait être courte », « Ce fut principalement une guerre des tranchées », « Verdun, la boucherie », « Sans les États-Unis, la guerre aurait été perdue », « Toute une génération a été inutilement sacrifiée »...
    Dépassant le cliché d'une Grande Guerre patriotique sacrifiant ses soldats à la gloire militaire de quelques chefs irresponsables, l'auteur revient sur ce conflit à l'origine de profonds bouleversements politiques, économiques et sociaux au XXe siècle.

    15 prêts - durée illimitée
    5 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La gloire des bleuets

    Sylvie Duquesne

    Parution : 28 Novembre 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    « Ma chère fiancée, J'ai reçu ta lettre ce matin, juste au moment de partir et je t'en remercie beaucoup. Mais contrairement à ce que tu me dis, il y a plus de grabuge qu'on ne le pense. Nous allons en ce moment sur la frontière, et pour la première étape, nous nous sommes enfoncés de soixante-dix kilomètres, nous sommes arrivés à 4 heures du soir et nous repartons à 2 heures du matin sur Verdun. Mais heureusement nous sommes des gais et joliment bien équipés, ça serait malheureux de laisser ça là. Le plus pénible pour moi, ça a été les pauvres cultivateurs qui sont venus apporter le matin tous leurs chevaux réquisitionnés et qui s'en retournaient avec le licol en pleurant. Dans tous les pays où nous passons c'est le même trafic, des pleurs partout. » Exceptionnelle et touchante, cette correspondance entre un soldat et la femme qu'il aime alors que la Première Guerre mondiale approche, éclate... et perdure inlassablement. Plus particulièrement, c'est le ton même du combattant qui étonne tout au long de ces lettres, mêlant légèreté et gravité, ironie et lassitude, terribles nouvelles et espérances de retrouvailles prochaines. Comme s'il s'agissait, finalement, de dédramatiser la situation présente pour mieux se projeter dans un avenir que l'on veut clément. En cela, "La Gloire des bleuets" nous immerge, de manière saisissante et bouleversante, au sein d'une jeune génération française qui vit ses projets toujours retardés et mis entre parenthèses à cause du premier conflit du XXe siècle.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • « La guerre a produit une masse considérable de documents... Aux historiens futurs de la guerre, on doit, si l'on veut qu'ils puissent agir et obtenir des résultats, préparer un terrain préalablement et progressivement déblayé... La besogne qui s'offre à l'heure qu'il est comme la plus aisément exécutable et la plus utile est une besogne de recension et de critique ; et dans cette besogne même mérite la priorité, en raison de son urgence particulière, le travail bibliographique... L'intervention bibliographique aura donc un but négatif : disqualifier, après triage, un nombre peut-être élevé de publications, les réduire à n'être plus, et au plus, qu'un numéro dans un répertoire. Mais elle aura aussi un but positif : Elle devra pousser en pleine lumière les ouvrages essentiels ». Je me suis inspiré de ces idées et mon travail en présente la mise en pratique, mais avec un luxe de détails auquel l'historien ne songeait pas, car dans sa pensée il s'agissait d'un classement de plusieurs milliers d'articles alors que le domaine très limité de mon étude n'en comprend guère que 300. J'ai labouré profondément un tout petit champ. Pour être utiles, de tels travaux doivent allier la précision des détails et la rigueur de la méthode à l'objectivité. On me cherchera querelle sur ce dernier point, on dira peut-être que pour n'être pas assez objectif mon travail n'a pas de valeur scientifique. Je ne suis subjectif que dans la mesure où, témoin moi-même, je juge des témoignages. Qui donc serait mieux à même de faire un premier triage des récits de combattants qu'un de leurs frères d'armes pourvu qu'il soit probe et patient dans ses recherches ? Comment un non-combattant de nos jours ou de l'avenir pourrait-il faire certaines critiques que l'on trouvera ici et qui seules peuvent établir que certains témoignages sont douteux ? Les petits faits significatifs de la tranchée constituent un domaine fermé, connu de ceux-là seuls qui vécurent la vie du poilu. Au tribunal et ailleurs on ne peut être juge et partie. Mais si l'on n'excepte pas notre sujet de cette règle, il faut renoncer à toute étude sérieuse des témoignages personnels de combattants et se résigner à ignorer la guerre telle quelle fut pour ceux qui en étaient les témoins-acteurs, c'est-à-dire la guerre en ce quelle a de plus intime, de plus concret, de plus humain, de plus essentiellement observable ».
    Jean Norton Cru, né à Labatie-d'Andaure (Ardèche) (1879-1949), est connu pour son essai Témoins, paru en 1929, dans lequel il contrôle la véracité des témoignages publiés par des combattants de la Première Guerre mondiale. Voici, à l'occasion du centenaire de la Première guerre mondiale, une nouvelle édition entièrement recomposée de cet incontournable monument.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La der des ders

    Alain Roué

    Parution : 6 Mai 2014 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Manipulation, soumission ou incrédulité : la guerre comme en 14, d'un petit village du bord de Marne jusqu'aux tombeaux ouverts du front... « Ce que j'ai pu consommer de Bretons... » disait Nivelle sans la moindre émotion, oubliant un peu vite que dans la poitrine de chacun d'entre eux, battait un coeur d'homme, qui avait tout autant que le sien le droit de continuer de battre...

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty