• Le feu

    Henri Barbusse

    Parution : 7 Janvier 2015 - Entrée pnb : 1 Avril 2021

    Voici, relaté par un combattant de première ligne, le quotidien des poilus dans les tranchées : c'est l'horreur absolue. Premier roman de guerre, Le Feu bouleverse tous les codes romanesques. Comment redonner la parole à ces combattants ? Barbusse invente un genre, façonne une nouvelle langue et soulève de grandes questions, d'amère actualité. Pourquoi la guerre ? Est-il possible de l'éradiquer à jamais ? Un siècle après sa parution, Le Feu reste un livre choc.

    30 prêts - 60 mois
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le feu (journal d'une escouade)

    Henri Barbusse

    Parution : 3 Octobre 2018 - Entrée pnb : 12 Septembre 2018

    Pour les hommes du 231e régiment d'infanterie, les différences d'âge et de condition sociale n'importent plus. Tous sont venus s'enterrer dans les tranchées boueuses de Crouy, sous la pluie et le feu de la mitraille allemande. Leur seule certitude face aux armées ennemies : "I' faut t'nir".
    Barbusse fut l'un des leurs. Tiré de ses carnets de guerre, ce roman, prix Goncourt 1916, révéla à ceux de l'arrière le quotidien des poilus : leur courage, leur camaraderie, leur argot, mais aussi la saleté, l'attente et l'ennui. Cette guerre, l'état-major, le gouvernement et la presse patriotique la censurent. Il faudra un roman comme Le Feu pour en dire toute la barbarie mécanique, mais aussi l'espoir : celui d'en sortir vivant...
    />
    Dossier :
    1. Propagandistes et bourreurs de crâne
    2. Dire la "vérité" de la guerre
    3. La réception du Feu (1916-1919)
    4. Oublier, condamner, commémorer.

    25 prêts - 3650 jours
    5 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'enfer

    Henri Barbusse

    Parution : 30 Août 2012 - Entrée pnb : 27 Avril 2016

    "Ce qui domine dans L'Enfer, c'est le fougueux désir du Corps, parfois le cri mystérieux du plus profond amour. C'est la plainte des opprimés, des peuples qui souffrent. Elle enflamme la ferveur révolutionnaire du romancier."

    30 prêts - 120 mois
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'enfer

    Henri Barbusse

    Parution : 9 Juin 2015 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Un homme las, blasé de tout, fatigué de la vie et de l'amour, qui n'a plus goût à rien, échoue dans un hôtel de province. On ne sait rien de lui, si ce n'est qu'il est âgé d'une trentaine d'années. Des bruits venant de la chambre voisine, attirent son attention. Il se lève, intrigué, et remarque en hauteur, sous le plafond, un trou qui lui permet de voir... Et il regardera... fasciné, les épisodes de la vie humaine qui se déroulent de l'autre coté. Le sexe, bien sûr, tient une place importante, chambre d'hôtel oblige. Par le prisme du héros, qui reprend goût à la vie, tout en se perdant, nous devenons également voyeurs. Le réalisme cru, mais empreint de lyrisme, et le sujet même de ce roman paru en 1908, n'ont probablement pas été du goût de tout le monde à l'époque... Extrait : Mais, j'aurai beau supplier, j'aurai beau me révolter, il n'y aura plus rien pour moi ; je ne serai, désormais, ni heureux, ni malheureux. Je ne peux pas ressusciter. Je vieillirai aussi tranquille que je le suis aujourd'hui dans cette chambre où tant d'êtres ont laissé leur trace, où aucun être n'a laissé la sienne. Cette chambre, on la retrouve à chaque pas. C'est la chambre de tout le monde. On croit qu'elle est fermée, non : elle est ouverte aux quatre vents de l'espace. Elle est perdue au milieu des chambres semblables, comme de la lumière dans le ciel, comme un jour dans les jours, comme moi partout.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le Feu

    Henri Barbusse

    Parution : 6 Mars 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Le Feu
    Henri Barbusse
    Texte intégral. Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.
    Ce livre que Barbusse, engagé volontaire en 1914 (il avait alors 41 ans et souffrait de problèmes pulmonaires)1, tira de son expérience personnelle du front, a été longuement mûri et pensé en première ligne pendant 22 mois dans les tranchées de décembre 1914 à 1916. Barbusse tout au long de l'année 1915 tient un carnet de guerre où il note des expériences vécues, les expressions des poilus, et dresse des listes diverses et variées. Ce carnet servira de base à la composition de son roman dont l'essentiel de l'écriture l'occupera durant le premier semestre 1916 alors qu'il est convalescent.
    Ce roman est considéré comme l'une des oeuvres littéraires majeures concernant la Première Guerre mondiale. Source Wikipédia.
    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'enfer

    Henri Barbusse

    Parution : 1 Avril 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    L'enfer
    Henri Barbusse
    Texte intégral. Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.
    Henri Barbusse met en scène dans ce livre un jeune provincial venu à Paris pour travailler dans une banque, et à qui par un procédé un peu miraculeux il est permis d'observer la vie de ses voisins de la pension de famille où il loge.
    Il verra la servante, deux adolescents qui s'éveillent au désir de devenir amants, le couple adultère et la peur qui les tenaille, il entendra aussi le premier cri du nouveau-né...
    L'enfer a reçu à sa sortie en 1908 la consécration de tous les hommes de lettres reconnus, manquant à l'étonnement de tous l'attribution du prix Goncourt.
    Il fit connaître le nom de son auteur dans le grand public et dans les milieux cultivés. C'est une formidable "recherche du sens de la vie et du mystère de la mort", un livre puissant. Source Babelio.com
    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Lettres de Henri Barbusse à sa femme, 1914-1917

    Henri Barbusse

    Parution : 9 Juin 2015 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Il s'agit de la correspondance de guerre de Henri Barbusse. Bien qu'âgé de quarante et un ans, L'écrivain s'est engagé en août 1914 comme simple soldat au 23e régiment de Ligne. Il part au Front le 21 décembre. Extrait : « Dans le boyau même, il y avait des cadavres qu'on ne peut retirer de là ni ensevelir (on n'a pas eu le temps jusqu'ici), et qu'on piétine en passant. L'un d'eux, qui a un masque de boue et deux trous d'yeux, laisse traîner une main qui est effilochée et à moitié détruite par les pieds des soldats qui se hâtent, en file, le long de ce boyau. On a pu le voir, le boyau étant couvert à cet endroit, on a allumé, une seconde. N'est-ce point macabre, ces morts qu'on use de la sorte comme de pauvres choses ? »

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le feu

    Henri Barbusse

    Parution : 6 Juin 2015 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    C'est le journal d'une escouade que Barbusse met en scène. Il couvre les deux premières années de guerre et peint la vie des hommes aux tranchées. Barbusse décrit tout ce par quoi passent les soldats du caporal Bertrand ; les tranchées, les attaques, les corvées, la peur, la mort, la permission ... Le Feu (sous-titré Journal d'une escouade) est un roman autobiographique d'Henri Barbusse paru sous forme de feuilleton dans le quotidien L'OEuvre à partir du 3 août 1916 puis intégralement à la fin de novembre 1916 aux éditions Flammarion et ayant obtenu le Prix Goncourt la même année. L'ouvrage est inspiré de l'expérience personnelle de Barbusse. Lors de cette Première Guerre Mondiale, il est soldat aux tranchées de Soissonais, de l'Argonne et de l'Artois avant de devenir brancardier au 231ème régiment d'infanterie.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • J´accuse!

    Henri Barbusse

    Parution : 9 Juin 2015 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Henri Barbusse, l'auteur du « Feu », Henri Barbusse qui a lancé à la face du belliciste Tardieu son « J'accuse! ». Henri Barbusse un des hommes qui est à l'origine du mouvement mondial contre la guerre impérialiste et le fascisme, dont le Congrès d'Amsterdam en 1932 a constitué le point de départ. Extrait : J'ACCUSE tous les gouvernements français qui se sont succédé depuis la guerre d'avoir accueilli, encouragé, aidé, payé et armé les sociétés de moins en moins secrètes de gardes blancs, qui constituent une organisation internationale de criminels ayant pour but le meurtre et la guerre. J'ACCUSE les gouvernements d'être responsables des assassinats successivement commis par ces bandits, dont les énormes, multiples et opulents groupements étendent leurs tentacules sur le monde entier et ont leur foyer en France.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Russie

    Henri Barbusse

    Parution : 23 Février 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Texte magnifique, indispensable, et si lourd de contradictions. On est en 1929. Le Parti communiste de l'Union soviétique, 12 ans après sa révolution, fait son VIe congrès, et invite des écrivains étrangers. Tout le nouveau pays, qui fédère Russie, Ukraine, Crimée, Géorgie est un chantier : amener l'électricité, poser des rails, mener à bien la révolution agraire.C'est une utopie avant qu'elle s'écroule. Staline intervient au Congrès sur les questions agricoles.Ce qui frappe dans le regard de Barbusse, c'est comment la découverte d'un continent, le mystère des villes (ah, Nijni-Novgorod) se mêle - parce qu'on est en Union soviétique - du regard sur les usines, le travail. Alors la vieille Russie et son chantier moderne se superposent, et lui il dérape.Il va en Crimée, en Ukraine, il rencontre l'homme le plus vieux du monde (merveilleux récit, que cette rencontre avec l'homme de 146 ans), comme il rencontre Clara Zetkin, et Maxime Gorki.Il a une mission : construire l'Europe antifasciste. L'hydre a montré sa tête. Quand et comment Barbusse glisse-t-il ? Il fait sien l'idéal soviétique et le transpose à la littérature. Ce qui est paradoxal, dans ce livre, c'est que la charge infâme contre Proust, Gide, Giraudoux et autres Cocteau se fait au nom d'une injonction morale qu'aurait la littérature, pour agir sur les temps neufs. Il faut aussi lire Barbusse, là où il se trompe, parce que nous ne sommes pas indemmes de ce culte de l'écriture prolétarienne, de la manie concernant l'engagement, et que Proust était bien plus près de Dostoievski et Tolstoï que Barbusse pourra l'être jamais.Reste son voyage, les visages, les paysages. Reste ce défi à toute l'histoire du monde qu'est la révolution russe dans son élan. Et ici, tout y est comme prélevé vivant, au couteau. Notre histoire.FB

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le couteau entre les dents

    Henri Barbusse

    Parution : 26 Décembre 2011 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    On est en 1921. La première guerre mondiale finie, le monde s'ébroue, et ça concerne aussi bien la politique ques les arts, et la façon de vivre ensemble. Dada et le surréalisme ont éclaté. Ceux qui ont survécu à l'horreur la portent dans leurs phrases.Dans ce contexte de chaos et d'éveil, dans cette fatalité de la violence et de la domination, quelle responsabilité pour les artistes, et notamment les écrivains et poètes ? Comment se révolter, et comment s'assurer que l'ancien ne conditionne pas le surgissement du neuf ? C'est un texte sombre et âpre, qui pose les problèmes et limites de l'engagement. Qui mesure à chaque pas le défi personnel de l'art à ce qu'il affronte au dehors. Où se situer dans les extrêmes, comment garder distance dans l'agir ?On peut trouver que le passage où Barbusse s'en remet à la révolution russe, et à la personnalité de Lénine, a considérablement vieilli. Mais le dispositif qui pose ici la radicalité, et la générosité du discours de l'auteur de "Clarté", cela vaut pour nos contradictions et conflits d'aujourd'hui, celles et ceux qui naissent en permanence, religion, État, formes, sur notre route au présent. Texte nécessaire, urgent pour cela même : nous ne sommes débarrassés de rien, quant à ce qui ici s'énonce, se dénonce.FB

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le Feu (Journal d'une Escouade)

    Henri Barbusse

    Parution : 29 Novembre 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    C'est la vie des tranchées, long et morne tissu de peurs déchiré parfois par la chute d'une marmite ou par une série d'explosions de shrapnells, mais la vie des tranchées DITE et non pas narrée par ceux qui vivent là en sursis. Le temps de l'attente, le temps du passé recomposé sans cesse pour vouloir continuer à croire que l'on est encore vivant, le temps du futur sont dits et non racontés, par ceux qui le vivent. Mais le vivent-ils ce temps, ces hommes en sursis? Pour le vivre il n'ont en tout cas et pour tout moyen que cette parole qui fait l'essentiel de ce livre, seule témoin de ce qu'ils sont et que le narrateur Barbusse (homme engagé s'il en fut) rapporte dans ce "roman" qui "dénonce" l'horreur de la civilisation mécanique qui trouva dans ces champs (d'honneur ou d'horreur?) un terrain d'expérimentation étendu par la suite à la terre entière. Champ exploré plus tard par Céline.Format professionnel électronique © Ink Book édition.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'Enfer

    Henri Barbusse

    Parution : 29 Novembre 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    « L'hôtesse, Mme Lemercier, me laissa seul dans ma chambre, après m'avoir rappelé en quelques mots tous les avantages matériels et moraux de la pension de famille Lemercier.Je m'arrêtai, debout, en face de la glace, au milieu de cette chambre où j'allais habiter quelque temps. Je regardai la chambre et me regardai moi-même »Premier roman d'Henri Barbusse vendu à plus de 200.000 exemplaires lors de sa parution.Format professionnel électronique © Ink Book édition.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Henri Barbusse - Oeuvres

    Henri Barbusse

    Parution : 14 Juillet 2016 - Entrée pnb : 16 Juillet 2016

    Le Classcompilé n° 117 les oeuvres d'Henri Barbusse.Adrien Gustave Henri Barbusse, dit Henri Barbusse, né à Asnières le 17 mai 1873 et mort à Moscou le 30 août 1935, est un écrivainfrançais. (Wikip.)CONTENU:ROMANS
    L'Enfer
    Le feu
    NOUVELLES
    Nous autres
    L'Illusion
    ETUDES
    Ce qui fut sera
    J'accuse!
    LETTRES
    Lettres de Henri Barbusse à sa femmeLes livrels de lci-eBooks sont des compilations d'oeuvres appartenant au domaine public : les textes d'un même auteur sont regroupés dans un eBook à la mise en page soignée, pour la plus grande commodité du lecteur. On trouvera le catalogue sur le site de l'éditeur.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Paroles d'un combattant : articles et discours

    Henri Barbusse

    Parution : 16 Décembre 2016 - Entrée pnb : 19 Décembre 2016

    BnF collection ebooks - "Voulez-vous me compter parmi les socialistes antimilitaristes qui s'engagent volontairement pour la présente guerre ? Appartenant au service auxiliaire, j'ai demandé et obtenu d'être versé dans le service armé et je pars dans quelques jours comme simple soldat d'infanterie."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • J'accuse !

    Henri Barbusse

    Parution : 16 Décembre 2016 - Entrée pnb : 19 Décembre 2016

    BnF collection ebooks - "J'accuse tous les gouvernements français qui se sont succédé depuis la guerre d'avoir accueilli, encouragé, aidé, payé et armé les sociétés de moins en moins secrètes de gardes blancs, qui constituent une organisation internationale de criminels ayant pour but le meurtre et la guerre."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Nous autres...

    Henri Barbusse

    Parution : 1 Juillet 2016 - Entrée pnb : 12 Juillet 2017

    Ils sortirent de terre - un, deux, trois, jusqu'à six - sous le déluge de la pluie et du soir.On eût dit qu'ils sortaient de l'eau, tellement les averses qui tombaient sans discontinuer depuis un mois avaient noyé la brousse et donné à la plaine entourant Devanjaros et Andrinople, la face de la mer.Dans la poussière jaune du crépuscule, chacun d'eux apparaissait comme un haut paquet de peaux de mouton d'où jaillissait le canon d'un fusil.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • L'Illusion

    Henri Barbusse

    Parution : 5 Juillet 2016 - Entrée pnb : 13 Juillet 2017

    Quoique il dût faire encore jour, il n'y avait plus de soleil. Le brouillard et la pluie bretonne nous avaient surpris au milieu d'une excursion en pleine mer. Il nous semblait que la pluie fût tombée ainsi depuis la création du monde, et du pont humide du bateau qui tirait des. bordées le long de la côte, nos visages regardaient aveuglément au loin...Notre ami Saintclair, qui avait un doux regard sous son capuchon de toile cirée, désigna, avec l'aile ruisselante de son geste, la côte basse et noyée, à peine visible dans l'espace : - C'est La Chapelle, dit-il.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Clarté

    Henri Barbusse

    Parution : 10 Mai 2016 - Entrée pnb : 15 Juin 2017

    Tous les jours de la semaine se ressemblent, du commencement à la fin.Le soir, on entend sonner sept heures, doucement, et aussitôt, tumultueusement, la cloche. Je ferme le registre, j'essuie et je pose ma plume. Je prends mon cache-nez et mon chapeau, après un coup d'oeil à la glace qui me montre l'ovale régulier de mon visage, mes cheveux lustrés et ma fine moustache (on voit que je suis plus qu'un ouvrier). J'éteins la lampe, je descends de mon petit bureau vitré.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'enfer

    Henri Barbusse

    Parution : 10 Mai 2019 - Entrée pnb : 11 Mai 2019

    Henri Barbusse (1873-1935)"L'hôtesse, Mme Lemercier, me laissa seul dans ma chambre, après m'avoir rappelé en quelques mots tous les avantages matériels et moraux de la pension de famille Lemercier.Je m'arrêtai, debout, en face de la glace, au milieu de cette chambre où j'allais habiter quelque temps. Je regardai la chambre et me regardai moi-même.La pièce était grise et renfermait une odeur de poussière. Je vis deux chaises dont l'une supportait ma valise, deux fauteuils aux maigres épaules et à l'étoffe grasse, une table avec un dessus de laine verte, un tapis oriental dont l'arabesque, répétée sans cesse, cherchait à attirer les regards. Mais à ce moment du soir, ce tapis avait la couleur de la terre.Tout cela m'était inconnu ; comme je connaissais tout cela, pourtant : ce lit de faux acajou, cette table de toilette, froide, cette disposition inévitable des meubles, et ce vide entre ces quatre murs..."Un jeune provincial débarque à Paris pour travailler dans une banque. Il s'installe à la pension de famille Lemercier. Grâce à une fissure dans le mur, il peut observer les différentes personnes qui viennent dans la chambre d'à côté. Lui qui est seul et blasé va vivre par procuration...

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le feu

    Henri Barbusse

    Parution : 25 Mai 2019 - Entrée pnb : 26 Mai 2019

    Henri Barbusse (1873-1935)"La Dent-du-Midi, l'Aiguille-Verte et le Mont-Blanc font face aux figures exsangues émergeant des couvertures alignées sur la galerie du sanatorium. Au premier étage de l'hôpital-palais, cette terrasse à balcon de bois découpé, que garantit une véranda, est isolée dans l'espace, et surplombe le monde. Les couvertures de laine fine - rouges, vertes, havane ou blanches - d'où sortent des visages affinés aux jeux rayonnants, sont tranquilles. Le silence règne sur les chaises longues. Quelqu'un a toussé. Puis, on n'entend plus que de loin en loin le bruit des pages d'un livre, tournées à intervalles réguliers, ou le murmure d'une demande et d'une réponse discrète, de voisin à voisin, ou parfois, sur la balustrade, le tumulte d'éventail d'une corneille hardie échappée aux bandes qui font, dans l'immensité transparente, des chapelets de perles noires. Le silence est la loi. Au reste, ceux qui, riches, indépendants, sont venus ici de tous les points de la terre, frappés du même malheur, ont perdu l'habitude de parler. Ils sont repliés sur eux-mêmes, et pensent à leur vie et à leur mort. Une servante parait sur la galerie ; elle marche doucement et est habillée de blanc. Elle apporte des journaux, les distribue. - C'est chose faite, dit celui qui a déployé le premier son journal, la guerre est déclarée. Si attendue qu'elle soit, la nouvelle cause une sorte d'éblouissement, car les assistants en sentent les proportions démesurées." Henri Barbusse raconte ces longs mois passés au front, dans les tranchées. Les héros sont ses compagnons d'armes, venus d'univers différents et de tout âge. "Il faut tenir" est le principal mot d'ordre... Tenir mais aussi survivre. Un à un, ces hommes, auxquels on s'attache facilement, disparaissent, sacrifiés au dieu de la guerre. Prix Goncourt 1916

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'illusion

    Henri Barbusse

    Parution : 23 Octobre 2020 - Entrée pnb : 24 Octobre 2020

    Henri Barbusse (1873-1935) "Quoique il dût faire encore jour, il n'y avait plus de soleil. Le brouillard et la pluie bretonne nous avaient surpris au milieu d'une excursion en pleine mer. Il nous semblait que la pluie fût tombée ainsi depuis la création du monde, et du pont humide du bateau qui tirait des bordées le long de la côte, nos visages regardaient aveuglément au loin... Notre ami Saintclair, qui avait un doux regard sous son capuchon de toile cirée, désigna, avec l'aile ruisselante de son geste, la côte basse et noyée, à peine visible dans l'espace : - C'est La Chapelle, dit-il. Quand j'étais enfant, je passais mes vacances sur cette dune alors ensoleillée et pleine d'été... Et à sa voix, comme un groupe de naufragés jetés au fond de cette longue barque de brouillard, nous levâmes malgré nous nos yeux perdus vers le miracle du soleil qu'il évoquait. Le vent nous obligeait à décrire de longs circuits pour nous éloigner peu à peu de la côte qui s'étend entre l'anse de Malen et le phare du Pouldu. Une manoeuvre fit tourner le bateau ; un souffle nous fouetta la figure ; la grand'voile battit le long du mât, puis nous recommençâmes à fuir en sens inverse, pauvres voyageurs éternels du gris. Le vrai soir tomba, et comme nous nous étions rapprochés tous les trois, solitaires, sans avenir, à cause de cette pénombre, le vent suspendit son bourdonnement éternel, et s'enfonça dans le silence. " Recueil d'histoires courtes : "L'illusion" - "L'aveu des cloches" - "Blanc ou noir ?" - "La petite femme" - "Rencontre" - "Conte de fées" - "Le mauvais esprit" - "La mauvaise plaisanterie" - "Léonie" - "La confession"

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le Feu

    Henri Barbusse

    Parution : 19 Avril 2021 - Entrée pnb : 21 Avril 2021

    22 mois dans les tranchées, ça marque un homme. Lauréat du prix Goncourt en 1916, Henri Barbusse fait partie de ces rares écrivains qui ont vécu l'horreur de la guerre. Barbusse, qui tenait un journal dans lequel il notait ses expériences de soldat, nous livre ici un témoignage à la fois saisissant et instructif de ce que fut véritablement la guerre des tranchées, cette terrible boucherie dont la plupart ne revinrent jamais. C'est aussi une oeuvre littéraire magistrale, de celles qui démontrent que la poésie des mots est parfois la mieux placée pour retranscrire au mieux la réalité.Bénéficiant d'une mise en page visant à faciliter la lecture, le texte est suivi d'un article sur l'auteur paru dans le journal Libération à l'occasion de ses funérailles en 1935.Extrait :Réveillé brusquement, j'ouvre les yeux dans le noir. Quoi ? Qu'est-ce qu'il il y a ? C'est ton tour de garde. Il est deux heures du matin, me dit le caporal Bertrand que j'entends, sans le voir, à l'orifice du trou au fond duquel je suis étendu.Je grogne que je viens, je me secoue, bâille dans l'étroit abri sépulcral ; j'étends les bras et mes mains touchent la glaise molle et froide. Puis je rampe au milieu de l'ombre lourde qui obstrue l'abri, en fendant l'odeur épaisse, entre les corps intensément affalés des dormeurs. Après quelques accrochages et faux pas sur des équipements, des sacs, et des membres étirés dans tous les sens, je mets la main sur mon fusil et je me trouve debout à l'air libre, mal réveillé et mal équilibré, assailli par la bise aiguë et noire.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Anglais Under Fire

    Henri Barbusse; Fitzwater Wray

    Parution : 20 Avril 2021 - Entrée pnb : 22 Avril 2021

    Henri Barbusse spent 22 months in the trench warfare during World War I. He gives us, from the inside, an instructive testimony of what was this horrible war. But it is also a major literary work that shows us that in some cases, the poetry of words is the only way to describe reality.Sample :RUDELY awakened in the dark, I open my eyes: "What? What's up?""Your turn on guard-it's two o'clock in the morning," says Corporal Bertrand at the opening into the hole where I am prostrate on the floor. I hear him without seeing him."I'm coming," I growl, and shake myself, and yawn in the little sepulchral shelter. I stretch my arms, and my hands touch the soft and cold clay. Then I cleave the heavy odor that fills the dug-out and crawl out in the middle of the dense gloom between the collapsed bodies of the sleepers. After several stumbles and entanglements among accouterments, knapsacks and limbs stretched out in all directions, I put my hand on my rifle and find myself upright in the open air, half awake and dubiously balanced, assailed by the black and bitter breeze.Shivering, I follow the corporal; he plunges in between the dark embankments whose lower ends press strangely and closely on our march. He stops; the place is here. I make out a heavy mass half-way up the ghostly wall which comes loose and descends from it with a whinnying yawn, and I hoist myself into the niche which it had occupied.The moon is hidden by mist, but a very weak and uncertain light overspreads the scene, and one's sight gropes its way. Then a wide strip of darkness, hovering and gliding up aloft, puts it out. Even after touching the breastwork and the loophole in front of my face I can hardly make them out, and my inquiring hand discovers, among an ordered deposit of things, a mass of grenade handles.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty