• Époque opaque

    Luc Mohler

    Parution : 31 Décembre 1977 - Entrée pnb : 21 Janvier 2017

    Savez-vous quel jour s'est gelée votre enfance ? Celle de Luc Mohler dit peignecul, dit turlupin, dit peluche, cette enfance a la peau dure. Elle s'écaille, elle flétrit, mais elle est toujours là, intacte et fragile, réfugiée dans sa colère. Entre l'école communale de Ménilmontant et le cimetière du Père-Lachaise, le romancier tapote lentement des phrases qui finissent par nous dire quelque chose de fort et de neuf. Cri sur cri, il prend son pied au piège, il bafouille, il pousse en graine les mots, et il en naît ce texte pustuleux, vengeur, torrentiel et cependant désarmé, cette litanie d'insultes et de grossièretés qui cachent le poignant désarroi d'un homme-enfant dans le monde rétréci des craintifs adultes. Interdite aux ironiquement faibles, la zonarde poésie de ces imprécations dit des vérités bonnes à taire, les révoltes muselées, les impostures essentielles. Quand on a découvert que tous les miroirs sont aux alouettes, est-il bien raisonnable de s'y regarder avec l'ordinaire complaisance des romanciers narcisses ? Il n'y a plus que le crachat qui vaille, ou le coup de poing. Voici un talent qui ne pardonne rien à personne. On le reçoit comme une blessure mais on ne l'oublie plus.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Des gens très provisoires

    Luc Mohler

    Parution : 2 Avril 2019 - Entrée pnb : 26 Mars 2019

    Il y a des gens - d'âge surtout - qui affirment impérativement « l'amour-c'est-ça », « la-vie-c'est-ça ». Le jeune héros de ce livre traverse au contraire l'existence avec un étonnement constant, surpris d'y voir un jeu absurde où chacun semble tenir un rôle et même plusieurs. Tout y est « conventions collectives » et le sens de la vie lui paraît assez peu clair... Ces menues découvertes ne l'empêchent pas de mener sa vie à lui comme une promenade, et d'en tirer des joies pures et fugitives. Sa femme, Jo, des copains, quelques filles qui passent dans le souvenir, l'air du temps, le hasard des rencontres et des virées font d'abord de ses jours une balade éblouie, insouciante, un rien nostalgique. Mais peu à peu il lui semble que le banal vieillit tout, même l'amour, que le fric envahit les discours de chacun, que les copains s'éloignent avec des allures d'anciens combattants, presque de faux vieux comme ses collègues de bureau. Heureusement qu'il y a Jo, lentement arrachée à sa petite bourgeoisie natale, Jo, quotidien mystère dont le bonheur dépend, peut-être et seul refuge contre la solitude dans un monde de pantins et de masques. Avec une simplicité qui n'est pas dépourvue d'adresse, on s'en doute, un humour discret à la Boris Vian, Luc Mohler parle le langage sans apprêts de sa génération pour dire des choses essentielles sur le ton d'une confidence ou d'une facétie. Sa critique du temps n'a rien d'une contestation tapageuse, et son analyse de l'amour ne louche pas vers l'érotisme, rare discrétion. Il ne faut pas s'y tromper, toutefois : c'est ainsi qu'il va peut-être plus loin, plus profond, plus juste, avec un talent neuf.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty