La Gibecière à Mots

  • Le dernier jour d'un condamné

    Victor Hugo

    Parution : 20 Juillet 2015 - Entrée pnb : 23 Juillet 2016

    Victor Hugo (1802-1885)On ne saura pas son nom... on ne saura pas pourquoi il est condamné à mort... La seule chose que le lecteur saura : cet homme a rendez-vous avec la guillotine.Ce sont ses dernières pensées qu'il nous livre dans ce journal.Victor Hugo a publié cette "plaidoirie générale et permanente pour tous les accusés", anonymement, en 1829. Le livre fut mal compris. L'auteur fut même accusé d'être morbide et "d'horreur gratuite".Très vite l'identité de l'auteur fut connue.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Quatrevingt-treize

    Victor Hugo

    Parution : 17 Janvier 2016 - Entrée pnb : 28 Août 2016

    Victor Hugo (1802-1885)Quatrevingt-treize (orthographe voulue par l'auteur) est le dernier roman de Victor Hugo.Il relate la révolution française sur fond de "guerres de Vendée". 1793... Finies les concessions de la part des républicains et des royalistes. C'est la terreur qui s'installe de toute part... et le peuple au milieu !Victor Hugo n'est guère tendre avec les républicains et les royalistes mais on ressent sa préférence pour la révolution dont les crimes avaient été, selon lui, engendrés par les crimes de la monarchie.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Notre-Dame de Paris

    Victor Hugo

    Parution : 30 Mars 2017 - Entrée pnb : 31 Mars 2017

    Victor Hugo (1802-1885)"Il y a aujourd'hui trois cent quarante-huit ans six mois et dix-neuf jours que les parisiens s'éveillèrent au bruit de toutes les cloches sonnant à grande volée dans la triple enceinte de la Cité, de l'Université et de la Ville..."Nous sommes en 1482, dans le Paris du roi Louis le onzième. La vie s'anime autour de la protectrice de la cité : la cathédrale Notre-Dame de Paris. A ses pieds, une jeune et jolie bohémienne, Esméralda, devient l'objet des envies amoureuses de plusieurs hommes prêts à tout...Victor Hugo continue, à travers "Notre-Dame de Paris", son combat contre la peine de mort, et profite pour y incorporer quelques réflexions sur l'architecture, la justice ou encore le pouvoir.a aujourd'hui trois cent quarante-huit ans six mois et dix-neuf jours que les parisiens s'éveillèrent au bruit de toutes les cloches sonnant à grande volée dans la triple enceinte de la Cité, de l'Université et de la Ville..."Nous

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Bug-Jargal

    Victor Hugo

    Parution : 10 Septembre 2017 - Entrée pnb : 11 Septembre 2017

    VictorHugo (1802-1885)
    "Quand vint le tour du capitaine Léopold d'Auverney, il ouvrit de grands yeux, et avoua à ces messieurs qu'il ne connaissait réellement aucun événement de sa vie qui méritât de fixer leur attention. - Mais, capitaine, lui dit le lieutenant Henri, vous avez pourtant, dit-on, voyagé et vu le monde. N'avez-vous pas visité les Antilles, l'Afrique et l'Italie, l'Espagne ?... Ah ! capitaine, votre chien boiteux ! D'Auverney tressaillit, laissa tomber son cigare, et se retourna brusquement vers l'entrée de la tente, au moment où un chien énorme accourait en boitant vers lui. Le chien écrasa en passant le cigare du capitaine ; le capitaine n'y fit nulle attention..." 1791... alors que la France métropolitaine est en pleine révolution, à l'île de Saint-Domingue, aux Antilles, les esclaves se révoltent violemment pour obtenir leur liberté. Cette révolte débute le jour où le capitaine d'Auverney épouse Marie que Pierrot, un esclave, aime également. D'Auverney et Pierrot peuvent-ils être amis, malgré tout ce qui les oppose ?La première version de "Bug-Jargal" fut écrite par Victor Hugo, à l'âge de 16 ans.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Les misérables

    Victor Hugo

    Parution : 24 Novembre 2018 - Entrée pnb : 26 Novembre 2018

    Victor Hugo (1802-1885) "1831 et 1832, les deux années qui se rattachent immédiatement à la Révolution de Juillet, sont un des moments les plus particuliers et les plus frappants de l'histoire. Ces deux années au milieu de celles qui les précèdent et qui les suivent sont comme deux montagnes. Elles ont la grandeur révolutionnaire. On y distingue des précipices. Les masses sociales, les assises mêmes de la civilisation, le groupe solide des intérêts superposés et adhérents, les profils séculaires de l'antique formation française, y apparaissent et y disparaissent à chaque instant à travers les nuages orageux des systèmes, des passions et des théories. Ces apparitions et ces disparitions ont été nommées la résistance et le mouvement. Par intervalles on y voit luire la vérité, ce jour de l'âme humaine. Cette remarquable époque est assez circonscrite et commence à s'éloigner assez de nous pour qu'on puisse en saisir dès à présent les lignes principales. Nous allons l'essayer." Comme un aimant, les barricades attirent à elle presque que tous les protagonistes du roman. Chacun a sa propre raison..."L'idylle rue Plumet et l'épopée rue Sain-Denis" est le quatrième tome des "Misérables".

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les misérables

    Victor Hugo

    Parution : 16 Novembre 2018 - Entrée pnb : 17 Novembre 2018

    Victor Hugo (1802-1885) "En 1815, M. Charles-François-Bienvenu Myriel était évêque de Digne. C'était un vieillard d'environ soixante-quinze ans ; il occupait le siège de Digne depuis 1806. Quoique ce détail ne touche en aucune manière au fond même de ce que nous avons à raconter, il n'est peut-être pas inutile, ne fût-ce que pour être exact en tout, d'indiquer ici les bruits et les propos qui avaient couru sur son compte au moment où il était arrivé dans le diocèse. Vrai ou faux, ce qu'on dit des hommes tient souvent autant de place dans leur vie et surtout dans leur destinée que ce qu'ils font. M. Myriel était fils d'un conseiller au parlement d'Aix ; noblesse de robe. On contait de lui que son père, le réservant pour hériter de sa charge, l'avait marié de fort bonne heure, à dix-huit ou vingt ans, suivant un usage assez répandu dans les familles parlementaires. Charles Myriel, nonobstant ce mariage, avait, disait-on, beaucoup fait parler de lui. Il était bien fait de sa personne, quoique d'assez petite taille, élégant, gracieux, spirituel ; toute la première partie de sa vie avait été donnée au monde et aux galanteries." La route de Jean Valjean, bagnard libéré, croise celle de Mgr Myriel. Cette rencontre va transformer l'ancien bagnard qui, au regard de la loi et des gens, reste à vie un bagnard..."Fantine" est le premier tome des "misérables"

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les misérables

    Victor Hugo

    Parution : 18 Novembre 2018 - Entrée pnb : 20 Novembre 2018

    Victor Hugo (1802-1885)
    "L'an dernier (1861), par une belle matinée de mai, un passant, celui qui raconte cette histoire, arrivait de Nivelles et se dirigeait vers La Hulpe. Il allait à pied. Il suivait, entre deux rangées d'arbres, une large chaussée pavée ondulant sur des collines qui viennent l'une après l'autre, soulèvent la route et la laissent retomber, et font là comme des vagues énormes. Il avait dépassé Lillois et Bois-Seigneur-Isaac. Il apercevait, à l'ouest, le clocher d'ardoise de Braine-l'Alleud qui a la forme d'un vase renversé. Il venait de laisser derrière lui un bois sur une hauteur, et, à l'angle d'un chemin de traverse, à côté d'une espèce de potence vermoulue portant l'inscription : Ancienne barrière n° 4, un cabaret ayant sur sa façade cet écriteau : Au quatre vents. Echabeau, café de particulier. Un demi-quart de lieue plus loin que ce cabaret, il arriva au fond d'un petit vallon où il y a de l'eau qui passe sous une arche pratiquée dans le remblai de la route. Le bouquet d'arbres, clairsemé mais très vert, qui emplit le vallon d'un côté de la chaussée, s'éparpille de l'autre dans les prairies et s'en va avec grâce et comme en désordre vers Braine-l'Alleud." M. Madeleine, redevient Jean Valjean et bagnard. Il s'évade et tient la promesse faite à Fantine : récupérer Cosette. Malheureusement, l'inspecteur Javert est toujours à ses trousses... "Cosette" est le deuxième tome des "misérables".

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les misérables

    Victor Hugo

    Parution : 26 Novembre 2018 - Entrée pnb : 27 Novembre 2018

    Victor Hugo (1802-1885)
    "Les deux plus mémorables barricades que l'observateur des maladies sociales puisse mentionner n'appartiennent point à la période où est placée l'action de ce livre. Ces deux barricades, symboles toutes les deux, sous deux aspects différents, d'une situation redoutable, sortirent de terre lors de la fatale insurrection de juin 1848, la plus grande guerre des rues qu'ait vue l'histoire. Il arrive quelquefois que, même contre les principes, même contre la liberté, l'égalité et la fraternité, même contre le vote universel, même contre le gouvernement de tous par tous, du fond de ses angoisses, de ses découragements, de ses dénûments, de ses fièvres, de ses détresses, de ses miasmes, de ses ignorances, de ses ténèbres, cette grande désespérée, la canaille, proteste, et que la populace livre bataille au peuple. Les gueux attaquent le droit commun ; l'ochlocratie s'insurge contre le démos. Ce sont là des journées lugubres ; car il y a toujours une certaine quantité de droit même dans cette démence, il y a du suicide dans ce duel ; et ces mots, qui veulent être des injures, gueux, canaille, ochlocratie, populace, constatent, hélas ! plutôt la faute de ceux qui règnent que la faute de ceux qui souffrent ; plutôt la faute des privilégiés que la faute des déshérités." La mort plane sur les barricades. Jean Valjean entraîne sur son dos, Marius gravement blessé, à travers les égouts de Paris et cela au péril de sa vie. "Jean Valjean" est le cinquième et dernier tome des "Misérables".

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les misérables

    Victor Hugo

    Parution : 21 Novembre 2018 - Entrée pnb : 22 Novembre 2018

    Victor Hugo (1802-1885)
    "Paris a un enfant et la forêt a un oiseau ; l'oiseau s'appelle le moineau ; l'enfant s'appelle le gamin. Accouplez ces deux idées qui contiennent, l'une toute la fournaise, l'autre toute l'aurore, choquez ces étincelles, Paris, l'enfance ; il en jaillit un petit être. Homuncio, dirait Plaute.Ce petit être est joyeux. Il ne mange pas tous les jours et il va au spectacle, si bon lui semble, tous les soirs. Il n'a pas de chemise sur le corps, pas de souliers aux pieds, pas de toit sur la tête ; il est comme les mouches du ciel qui n'ont rien de tout cela. Il a de sept à treize ans, vit par bandes, bat le pavé, loge en plein air, porte un vieux pantalon de son père qui lui descend plus bas que les talons, un vieux chapeau de quelque autre père qui lui descend plus bas que les oreilles, une seule bretelle en lisière jaune, court, guette, quête, perd le temps, culotte des pipes, jure comme un damné, hante le cabaret, connaît des voleurs, tutoie des filles, parle argot, chante des chansons obscènes, et n'a rien de mauvais dans le coeur. C'est qu'il a dans l'âme une perle, l'innocence, et les perles ne se dissolvent pas dans la boue. Tant que l'homme est enfant, Dieu veut qu'il soit innocent. Si l'on demandait à l'énorme ville : Qu'est-ce que c'est que cela ? elle répondrait : C'est mon petit."
    Marius, le fils du colonel sauvé à Waterloo par Thénardier, tombe amoureux d'une inconnue qui s'avère être Cosette... Thénardier qui a fait faillite est monté avec sa famille à Paris et rejoint la pègre. Pendant ce temps, le peuple commence à gronder... "Marius" est le troisième tome des "Misérables".

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Napoléon le petit

    Victor Hugo

    Parution : 12 Février 2021 - Entrée pnb : 14 Février 2021

    Victor Hugo (1802-1885) "Le jeudi 20 décembre 1848, l'assemblée constituante, entourée en ce moment-là d'un imposant déploiement de troupes, étant en séance, à la suite d'un rapport du représentant Waldeck-Rousseau, fait au nom de la commission chargée de dépouiller le scrutin pour l'élection à la présidence de la république, rapport où l'on avait remarqué cette phrase qui en résumait toute la pensée : « C'est le sceau de son inviolable puissance que la nation, par cette admirable exécution donnée à la loi fondamentale, pose elle-même sur la constitution pour la rendre sainte et inviolable » ; au milieu du profond silence des neuf cents constituants réunis en foule et presque au complet, le président de l'assemblée nationale constituante, Armand Marrast, se leva et dit : « Au nom du peuple français, « Attendu que le citoyen Charles-Louis-Napoléon Bonaparte, né à Paris, remplit les conditions d'éligibilité prescrites par l'article 44 de la constitution ; « Attendu que, dans le scrutin ouvert sur toute l'étendue du territoire de la république pour l'élection du président, il a réuni la majorité absolue des suffrages ; « En vertu des articles 47 et 48 de la constitution, l'assemblée nationale le proclame président de la république depuis le présent jour jusqu'au deuxième dimanche de mai 1852. » Un mouvement se fit sur les bancs et dans les tribunes pleines de peuple ; le président de l'assemblée constituante ajouta : « Aux termes du décret, j'invite le citoyen président de la république à vouloir bien se transporter à la tribune pour y prêter serment. » Pamphlet contre Louis-Napoléon Bonaparte (le, futur Napoléon III) à la suite du coup d'Etat du 2 décembre 1851.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty