• La baie vitrée

    Yvon Le Men

    Parution : 18 Février 2021 - Entrée pnb : 11 Février 2021

    Les poèmes de La baie vitrée sont nés d'une catastrophe quasi planétaire et de ses minuscules répercussions intimes. À la mi-mars, comme plus de trois milliards d'individus, Yvon Le Men se trouve confiné à son domicile. Il est enfermé au milieu de ses livres, à l'écoute des mauvaises nouvelles du monde et des chants d'oiseau qui l'apaisent. Seul et relié aux autres. Assigné à résidence, avec nulle part où aller sauf à l'intérieur de soi. Des poèmes naissent de ce quotidien empêché. Les mots du poète découpent alors des morceaux de ciel pour les oiseaux en cage. Ils ouvrent portes et fenêtres, conjurent l'absence et invitent des hôtes essentiels à sa table de silence. Avec La baie vitrée, le poète a écrit « le livre des oreilles et des yeux » qui manquait à son oeuvre. Un ouvrage essentiel.

    Né à Tréguier en 1953, installé à Lannion, Yvon Le Men est la figure de proue de la poésie aujourd'hui écrite en Bretagne. Depuis son premier livre, Vie (1974), écrire et dire sont les seuls métiers de ce poète qui fait partager sa passion au plus grand nombre dans des spectacles ou au festival Étonnants Voyageurs de Saint-Malo. En 2019, il a obtenu le Goncourt de la poésie pour Un cri fendu en mille, dernier volume de la trilogie Les continents sont des radeaux perdus publiée par Bruno Doucey.

    30 prêts - 1825 jours
    20 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Un cri fendu en mille ; les continents sont des radeaux perdus, 3

    Yvon Le Men

    Parution : 2 Janvier 2020 - Entrée pnb : 21 Novembre 2019

    Après la publication des recueils Une île en terre (2016) et Le poids d'un nuage (2017), Yvon Le Men nous offre le troisième volume de sa trilogie Les continents sont des radeaux perdus. Avec Un cri fendu en mille, l'heure n'est plus aux paysages de l'enfance ni aux oeuvres qui ont fait naître une conscience au monde. C'est de la découverte physique, sensible, amoureuse de ce monde dont nous parle ici le poète. Les premières destinations nous entraînent en Europe. Puis viennent les voyages au long cours, autour du mont Liban, à Bamako, en Afrique noire, en Chine, à Port-au-Prince ou au Brésil. D'un pays à l'autre, un même désir d'étreindre le monde, une même soif de découvertes, une même propension à se penser soi-même comme un autre. Un carnet de voyages, au coeur du monde, à travers soi.

    "Où sont passés
    les livres
    lus

    les montagnes
    grimpées

    les étoiles
    contemplées

    les villes
    parcourues

    les fleuves longés
    et traversés

    par toi
    tout au long de ta vie"

    Né à Tréguier en 1953, installé à Lannion, Yvon Le Men est la figure de proue de la poésie aujourd'hui écrite en Bretagne. Depuis son premier livre, Vie, écrire et dire sont les seuls métiers de ce poète qui fait partager sa passion au plus grand nombre dans des spectacles ou au festival Étonnants Voyageurs de Saint-Malo. Après Sous le plafond des phrases et En fin de droits, il confie aux Éditions Bruno Doucey la publication d'une trilogie, dont Un cri fendu en mille est le troisième volume.

    30 prêts - 1825 jours
    20 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le poids d'un nuage ; les continents sont des radeaux perdus, 2

    Yvon Le Men

    Parution : 25 Novembre 2019 - Entrée pnb : 21 Novembre 2019

    Un an après la publication d'Une île en terre, Yvon Le Men nous offre le second volume de sa trilogie, Le poids d'un nuage. L'heure n'est plus à l'espace clos de l'enfance, aux parents, aux voisins, mais aux fenêtres que l'on ouvre, aux portes que l'on pousse. L'oiseau ne chante plus sur son arbre généalogique, il vole désormais à la rencontre du monde. « On granditOn s'ouvre au dehors », écrit le poète dans les premières lignes du livre. Et de raconter cette ouverture qui passe par les paysages : ceux que dessinent le ciel et la mer de Bretagne, les rivières, les visages ; plus encore peut-être, ceux que les peintres ont imagés ou rêvés, que les écrivains ont nommés et animés. « Comme si notre oeil pressentait que regarder c'est toujours regarder une première fois, pour la dernière fois.»

    Ne a Treguier en 1953, installe a Lannion, Yvon Le Men est la figure de proue de la poesie aujourd'hui ecrite en Bretagne. Depuis son premier livre, Vie, ecrire et dire sont les seuls metiers de ce poete qui fait partager sa passion au plus grand nombre, dans des spectacles ou au festival Etonnants Voyageurs. Apres Sous le plafond des phrases et En fin de droits, il confie aux Éditions Bruno Doucey la publication d'une trilogie, dont Le poids d'un nuage est le second volume.

    30 prêts - 1825 jours
    20 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Une île en terre ; les continents sont des radeaux perdus

    Yvon Le Men

    Parution : 25 Novembre 2019 - Entrée pnb : 21 Novembre 2019

    Cette île en terre, qu'elle est-elle ? Pour Yvon Le Men, qui nous livre ici le premier recueil d'une trilogie, l'île est d'abord le hameau où se déroule une enfance en noir et blanc, aux lisières de la pauvreté, un lieu où des vies minuscules se sont attaché à tracer le sillon de leur humanité. Celle d'un père trop tôt parti, d'une mère chevillée au réel, d'un voisin, l'inénarrable Jean-Claude, auquel le poète consacre un texte épatant et que chacun pourrait avoir rencontré « dans la banlieue de sa vie ». Cette île est aussi celle que l'enfant s'invente pour grandir : des premières lectures une pile électrique sous les draps, aux rêves qui traversent la fenêtre comme des oiseaux blancs, il laisse à la poésie le soin de gouverner son coeur. La première étape d'une traversée des apparences.

    "Il était un pays notre pays.

    Je montais. Le pays de l'enfance devenait plus petit
    et j'oubliais mon rêve si grand. Jusqu'à ce jour de juin
    où j'allais atterrir sur la carte de mes songes
    où vivaient les cygnes et brillaient les lucarnes."

    Né à Tréguier en 1953, installé à Lannion, Yvon Le Men est la figure de proue de la poésie aujourd'hui écrite en Bretagne. Depuis son premier livre, Vie, écrire et dire sont les seuls métiers de ce poète qui fait partager sa passion au plus grand nombre, dans des spectacles ou au festival Étonnants Voyageurs où il programme des poètes du monde entier. Après Sous le plafond des phrases et En fin de droits, il confie à Bruno Doucey une trilogie dont le premier volume s'intitule Une île en terre.

    30 prêts - 1825 jours
    20 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Existence marginale mais ne trouble pas l'ordre public

    Yvon Le Men

    Parution : 17 Octobre 2012 - Entrée pnb : 21 Février 2014

    Vous êtes dans le poème ? demande-t-on à l'auteur. Oui, répond celui-ci au fil des histoires, mais je ne veux pas finir dans un roman. C'est pourtant ce qui va lui arriver... pour le pire ou le meilleur ?
    Dans ce recueil de nouvelles, on ne peut s'empêcher de sourire aux aventures du narrateur à la vie qui boite, à la langue bien pendue, aux amours qui avancent coeur baissé dans le mur, aux rencontres inattendues et toujours heureuses, à la fin des fins. Le conteur passe du coq à l'âne, saute de flaques de lumière en taches d'encre, du sourire d'un enfant au regard bouleversant d'un vagabond.
    Même dans les situations les plus prosaïques, le poème surgit pour nous empêcher de tomber dans les failles de nos jours et de nos nuits.
    Yvon Le Men a prêté ses poèmes au héros du dernier livre de Björn Larsson, Les poètes morts n'écrivent pas de romans policiers.

    25 prêts - 3650 jours
    5 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Si vous voulez connaître un homme, regardez le marcher, regardez son allure quand il s'approche de vous. Yvon Le Men s'avance les bras ouverts, les mains légèrement posées sur les épaules de ceux qu'il a un jour aimés. Pas un seul. Il n'en a pas oublié un seul et sa solitude est faite de cette mémoire-là, éblouie. Et voici maintenant qu'il parle - je veux dire : qu'il écrit, car parler, écrire, aimer, perdre sont chez lui consanguins. Il appelle chaque parcelle du monde par le nom qui lui est dû. Elle vient vers lui. Il la recueille au creux de ses mains et la donne à manger à ses morts. À présent il se tourne vers les vivants et leur offre le plus rouge de sa langue - la beauté immédiate d'un silence. Puis tous s'en vont ensemble, ceux du passé, ceux du présent, et la page tremble d'une vie à venir, inoubliable. Écoutez-la, écoutez-le, mangez le livre. Christian Bobin. L'aube, c'est l'instant où se lève la parole - et avec elle toute lumière. Dehors il fait froid. On ouvre la fenêtre, on jette du sel aux anges, quelques questions aux écrivains. Ils y répondent avec cette voix qui n'est plus celle de la vie courante, pas encore celle de l'écriture, avec cette voix faible - courante sous la cendre, tremblante sous la page.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le Chemin de halage

    Yvon Le Men

    Parution : 1 Janvier 1990 - Entrée pnb : 25 Novembre 2015

    Dans son Histoire de la poésie française, Robert Sabatier dit de la poésie d'Yvon Le Men : « Elle est claire comme le jour car il sait rendre par de subtiles unions les mots plus propres, plus neufs, et les chants généreux [...]. La phrase coule, serpente, harmonieuse et pure comme une rivière de montagne. Des images discrètement sensuelles la traversent [...]. Xavier Grall l'a dit cousin de Dylan Thomas. Douceur, passion, tendresse, il y a quelque chose de frais dans cette poésie d'espérance et de foi en la vie par-delà toutes les révoltes. »

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le tour du monde en 80 poèmes

    Le Men Yvon

    Parution : 18 Novembre 2009 - Entrée pnb : 21 Février 2014

    La poésie ne s'arrête pas aux frontières.
    C'est pour cela qu' Yvon Le Men a choisi, dans le sillage de Jules Verne et de son héros le gentleman anglais Phileas Fogg, de traverser à nouveau les mers et de proposer cette fois-ci un tour du monde en 8o poèmes et presque autant de pays. De l'Antiquité à nos jours, de l'Afrique du Sud au Venezuela, de la Hollande à la Grèce en passant par l'Irlande, l'Espagne, le Brésil, la Pologne, c'est un atlas inédit que l'on découvre poème après poème.
    Au cours de la traversée, on croisera Sapphô, Emily Dickinson, Katherine Mansfield, Pasolini, Issa Kobayashi, Constantin Cavaf, Tarjei Vesaas, mais aussi Seamus Heany, Nuno Jûdice, Mahmoud Darrvich, Claude Vigée, Nicolas Bouvier...

    Cette anthologie est une heureuse invitation au voyage.

    25 prêts - 3650 jours
    5 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • C'est chaque jour que Jean Malrieu (1915-1976) découvrait la route du prodige : tout requérait sa vigilance, son émoi, « pour que le temps vacille », pour que tombent les limites qui séparent le quotidien du fabuleux, le visible de l'invisible. Le poète de La Vallée des Rois et des Maisons de feuillages eut ainsi sans cesse « l'âge du premier amour ». Ses mots ne lui semblaient jamais assez vibrants, assez accueillants. Un souffle les porte, exceptionnellement généreux.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty